Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

«Comment certains partenaires techniques et financiers (PTF) auprès du Tchad fragilisent le système de santé ?» Voici une question très pertinente posée par Dr Djiddi Ali Sougoudi et qui doit interpeller tous les Responsables conscients ou moins conscients de ce pays de la Sous-région Afrique centrale ayant du mal à aller de l’avant comme d'autres nations. Dans son Coup de Badangaï 761 du jeudi 16 janvier 2020,le Coordinateur Nationale du Programme de Lutte contre le Paludisme au Tchad a décidé de partager son observation personnelle face un phénomène qui asphyxie ou fragilise selon ses propres mots, le système de Santé du Tchad ».C’est  certainement pour toutes ces raisons que  Dr Djiddi eut décidé de le dénoncer avec la dernière énergie. Ainsi selon ce praticien de la santé  : « Ils se font appeler Partenaires techniques et financiers (PTF) et reçoivent respect et parfois vénération de la part de nos hautes autorités du pays, ce sont ces organismes et ONG qui appuient le Tchad, notre pays qui ne cesse de stagner dans le peloton de queue des pays en retard sur presque tous les domaines et surtout par l’effarant classement du PNUD à travers son fameux IDH qui classe le Tchad 187e sur 189 pays. En ce qui concerne la Santé, les mêmes partenaires bruyants qui prétendent aider le système de santé du pays sont pour certains les destructeurs de ce système. Certains PTF instaurent un vrai climat de corruption en produisant des fausses assurances et des données erronées. Certains partenaires venus pour appuyer le pays ont instauré une politique de débauchage des ressources humaines nationales pour faire fonctionner leurs propres institutions au détriment du pays. Ces agents du ministère qui se retrouvent en fonction dans certains ONG et institutions de Nations-unis se retournent contre les intérêts du ministère et de leur propre pays et cela dans une totale incompréhension. Ainsi de nombreuses cadres du Ministère de la santé sont au service de ces PTF, débauchés par un salaire plus attrayant et des conditions plus commodes. La politique instaurée est si cynique que les cadres nationaux qui travaillent pour la mise en œuvre des projets et des projets au compte de l’Etat tchadien ne bénéficient ni de primes ni de salaires que leurs salaires de la fonction publique. Seuls les fonctionnaires qui regagnent ces institutions venues pour appuyer le pays qui se font payer grassement, instaurant une fuite de cerveaux vers ces institutions dont l’agenda occulte est de détruire le système de santé du pays pour pérenniser leur existence. Une vraie politique de clochardisation des fonctionnaires nationaux est instaurée par ces PTF dont les uns sont dirigés par des personnes à la moralité douteuse.

Rappelons-nous des médicaments périmés remis en don mais aussi des produits douteux ou inéligibles envoyés dans les régions sans passer par le ministère, sans oublier la mise en difficulté des normes et directives du pays dans la prise en charge de certaines pathologies ravageuses. Au niveau même du Ministère, certains hauts responsables influents placent leurs cousins, neveux ou collatéraux tribaux dans ces institutions en leur délivrant des « mises en disponibilité » à des fonctionnaires du ministère dans une totale violation des textes, fragilisant de plus bel les capacités du ministère à mettre en place un système de santé résilient. Je recommande au ministre actuel : d’annuler tous les « mises en disponibilité » des cadres tchadiens qui se retrouvent dans des institutions au détriment du ministère; renforcer les capacités des programmes, des projets et des directions du ministère par ces ressources humaines détournées par les PTF ;muter tous ces cadres qui s’éternisent à des postes d’influences et qui font perpétuer la misère et la déconfiture du Ministère en facilitant des débauchages des compétences et donc de la fragilisation du Ministère de la santé; rappeler à l’ordre les PTF corrupteurs et corrompus qui mettent en œuvre directement des interventions de santé sans passer par le ministère de la Santé publique et dans une totale opacité. De demander le départ de certains responsables étrangers qui cultivent le mépris du pays par des actes de concussions, de manipulations et de mise en conflit des ressources humaines locales. De donner des primes, des allocations et des décorations aux fonctionnaires nationaux qui ont tant travaillé pour leur pays dans une grande indifférence du matériel. Ils sont nombreux.de renvoyer des instances dirigeantes les cadres du MSP qui s’acoquinent avec des PTF et qui instaurent des pratiques occultes pour l’épanouissement de leurs propres profits et de demander des résultats aux PTF qui prétendent avoir appuyé telle ou telle zones. Voir interdire tout projet de santé d’une ONG qui court-circuite les prérogatives du MSP! Enfin contrôler toutes les entrées des produits directement commandés par certains PTF et d’éviter de faire recours aux PTF et compter sur les ressources nationales qu’il faut gérer avec transparence »

 

«Comment comprendre que dans un pays ou la police est bien organisée en police scientifique et police NTIC, des individus brisent la quiétude des citoyens à travers la téléphonie mobile et qu'on n'arrive pas à les débusquer ? ».Voici une autre question assez sincère et utile sortie de la pensée de la 1ère Responsable de la Station de Radio DJA-FM notre consoeur Zara Mahamat Yacoub dans sa réflexion Yadjama qu’elle anime sur le net depuis déjà plusieurs années. Zara Mahamat Yacoub lance une interpellation à ceux-là qui la liront bien évidemment: «Qui n'a pas reçu cet appel se présentant comme responsable de telle compagnie de téléphonie mobile vous annonçant avoir gagné un lot....et si vous vous prêtez à leur jeu, votre numéro est interrompu ou vous êtes contraint d'envoyer de l'argent .....Quotidiennement des citoyens sont victimes des arnaqueurs. A toutes les plaintes, la réponse de la police et.des compagnies de téléphonie mobile est la même « les arnaqueurs sont à la maison d'arrêt » qu'attendez vous pour les débusquer, qu’attendez vous pour les bloquer, qu’attendez vous pour empêcher ces gens de reconduire un numéro ou bloquer le numéro d'autrui ? »

 

La troisième réaction de ce Tchad Plus émane d’un homme politique et de surcroît huissier de justice. Il s'agit de monsieur Ramadan Souleymane qui eut décidé de réagir contre le « rêve » ou la proposition du Président Sénégalais Maky Sall exigeant deux postes de membres permanents avec droit de veto  comme les cinq puissances, dont la Russie et la France. L’auteur de cette réflexion relative à la politique internationale estime que l’Afrique n’est pas encore assez mûre pour exiger : « deux postes de membres permanents avec droit de veto comme les cinq puissances dont la Russie et la France. La preuve, rappelez-vous la rencontre de Pau hier où des leçons de gestion de leur propre sécurité sont dispensées par le jeune Macron. Rappelez-vous l'aveu du président tchadien devant les médias, qu'il n'a aucune marge de liberté et que c'est la France qui le maintien après lui avoir impose une révision de la constitution par des experts français. Vous voulez qu'on donne à la France d'autre voix via ces présidents immatures qui ne sont pas encore capables de réfléchir par eux-mêmes et pour eux-mêmes ? Non ! »

 

La quatrième interpellation provient de l’ancien chef  de file de l’opposition tchadienne monsieur Saleh Kebzabo et président de l’Union Nationale pour le Développement et le Renouveau(l’UNDR) qui finalement n’arrive pas à comprendre qu’à Pala dans l’une des parties Sud de son pays : « Sous les yeux médusés des Tchadiens, des Chinois envoient des sacs remplis de terre en Chine via DLA. C’est là que les Coréens exploitaient de l’or. Il  y a quelques années à Léré, des Sud-Africains envoyaient en Afrique du Sud chez eux de tonnes de cailloux en zone d’uranium. Où est l’Etat ? »

 

Pour boucler la boucle, Abakar Assileck Halata, l’opposant au régime de N’Djaména  a envoyé depuis le 12 janvier dernier un message fort au Président français Emmanuel Macron ayant dirigé le 13 janvier dernier à Pau le sommet de G5 Sahel réunissant justement les cinq chefs d'Etat du Sahel. Selon cet homme politique tchadien : « Le Sommet de Pau en France est un non-sens. Si le président Français Emmanuel Macron voudrait bien connaître les raisons de ce sentiment anti-français, il doit consulter par voix référendaire les populations des pays du G5 Sahel. Au lieu de se réunir avec ces présidents marionnettes acquis à sa cause .Ce n’est pas en cassant le thermomètre qu’on fera baisser la température .L’antidote de ce sentiment anti-français, sont la fin de la France-Afrique et l’émergence d’une nouvelle élite non complexée qui fera émerger des États libres et démocratiques dans l’espace du Sahel .Constants et fidèles à nos engagements vaille que vaille la lutte continue. A cœur vaillant rien d’impossible. Ta liberté naîtra de ton courage ! »

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article