Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Il n’y a plus rien à ajouter, puisque le Coordinateur National de Lutte contre le Paludisme au Tchad a tout dit dans son Coup de Badangaï 750 : «Système de santé au Tchad, faut-il construire des bâtiments au lieu de «construire» les Hommes d’abord?». Que dire de plus ? Absolument rien à part prendre son temps pour lire et comprendre cette analyse qui ressemble à un cri d’alarme. En effet, Dr Djiddi Ali Sougoudi a certainement raison de faire le constat suivant : « Les inaugurations de bâtiments, des hôpitaux régionaux et des unités spécialisées se font à un rythme effréné qui dépasse les compétences qui peuvent y travailler. Construire un bâtiment flambant neuve ou réfectionner un édifice sanitaire ne doit pas faire oublier la question principale: qui va y travailler et pour quels résultats? Le Tchad dispose de nombreux bâtiments aussitôt construits et aussitôt oubliés. Quelques exemples: Unité pédiatrique d’oncologie réfectionnée par la Fondation Grand Cœur et la banque de l’habitat reste non-fonctionnelle faute de médecins et d’infirmiers oncologues capables de donner des prestations idoines pour soulager les enfants qui souffrent de cancer. Que sont devenus les trois médecins envoyés en formation au Maroc pour six (6) mois et pour quelle prestation? Pourquoi cette unité reste fermée ?l’Hôpital régionale de Farcha: un si grand hôpital pour décongestionner les autres hôpitaux pris d’assaut peine à fonctionner depuis plus de 5 ans alors que l’édifice est construit et réceptionné et un personnel y est affecté ».

Il enchaîne dans ce second paragraphe en démontrant aussi que : « L’Hôpital régional de Fada dont la première pierre fut posée en 2009, achevé depuis plusieurs années mais les équipements achetés ont été réorientés ailleurs. Les populations de Fada et de ses environs parcourent 400km vers Abéché pour avoir une chirurgie curative la plus anodine car il manque des ressources humaines capables de curer une hernie ou de traiter une simple appendicite non compliquée. Il faut d’abord construire les hommes avant d’ériger du béton armé, car un personnel compétent peut bien sauver des vies sous un hangar de fortune mais un personnel non qualifié ne récoltera que des morts même s’il est logé dans un hôpital en marbre. Quelques centaines de millions peuvent former plusieurs dizaines de personnel spécialisé pour sauver des milliers de vie. Ces milliards de nos ressources déversés dans les achats d’ambulances mal entretenues et dans la construction des édifices non-fonctionnels doivent plutôt servir d’abord à former un personnel tchadien compétent, compétitif et hautement qualifié! Le flambant neuf et autre biling-biling inaugurés avec fastes ne résoudront pas les problèmes aigus de la santé au Tchad. Revisitons nos façons de faire car seuls les femmes et les hommes bien formés et encadrés qui peuvent faire des miracles sanitaires. Telle est ma conviction et ma vision d’un système de santé résilient ! »

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article