Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Mythe ou réalité, Dieu seul sait ! Une chose est sûre, il a fallu une trentaine d'années à la tête de l’Etat pour que le Président tchadien Idriss Deby Itno fasse une telle promesse à l’endroit des jeunes et de femmes de son pays, dont nombreux d’entre eux n’y croient plus rien. D’ailleurs, ce n’est pas pour la première fois que le chef de l'Etat qui dirige ce pays d’une main de fer fait rêver la jeunesse, malheureusement très peu de ces promesses sont tenues au pied de la lettre. C’est du bluff ! Là où le bât blesse, dans ce discours à la Nation tchadienne, Idriss Deby Itno laisse entendre fallacieusement qu’il n’y a pas une catégorie de citoyens privilégiés qui échappent à la loi et une autre plus vulnérable exposée aux sanctions. De qui se moque-t-il? Peut-être le dit-il juste pour amuser la galerie et berner les esprits moyens et les petits esprits incapables de comprendre le discours démagogique d'un homme politique prêt à tout pour conserver le pouvoir et maintenir son peuple dans la soumission et l'oppression perpétuelle. De plus, les yeux dans les  yeux, il tient des propos mensongers à ses concitoyens en ce qui concerne les prévaricateurs de la république. En démagogue politique chevronné, il tente de rassurer son peuple en matière de dilapidation des biens publics en promettant que tous les crimes économiques seront punis sans ménagement. La rigueur de la loi s’appliquera dans toute sa plénitude et de façon indistincte à l’égard de tous ceux qui défient l’État en s’enrichissant sur le dos du contribuable tchadien. Il va jusqu’à dire que la corruption sous toutes ses formes n’a pas droit de cité au Tchad.  Combien de fois, le chef de l'Etat a bassiné l'opinion publique avec de formules  sensationnelles et creuses n'ayant pour seul but que  d'apaiser la colère des Tchadiens envers les pillards de l'Etat qui sont au contraire allègrement promus à de postes de responsabilité encore juteux. Ils écument toute la sphère de l'administration publique et de grandes institutions se rivalisant d'ardeur et d'ingéniosité dans le détournement des biens publics sans être véritablement inquiétés par la justice. Ce n'est pas une mise en garde occasionnelle comme une tombée de pluie sporadique de fin de saison dans le Sahel qui décourageraient les sangsues des biens communs. Sans une réelle volonté politique qui s'accompagne de traitement impitoyables de tous les protégés du pouvoir en la matière, le pays sera comme un malade  atteint d'une maladie incurable condamné à mourir à petit feu. Toujours en matière de politique intérieure, Idriss Deby Itno n’a pas cessé comme à l'accoutumé de débiter de vaines paroles faisant croire aux Tchadiens que : «L’Egalité devant la loi et la justice sociale serviront toujours de boussole à l’action publique dans toues les domaines ». Comme le ridicule ne tue pas, le véritable homme fort du MPS (Mouvement Patriotique du Salut) déclare que s’intensifiera la lutte contre la corruption, le détournement des derniers publics et la prévarication. Dans une phrase lâchée fortuitement, Idriss Deby Itno assène  : « Personne ne sera épargnée». Le fera-t-il vraiment?  Aucun Tchadien n'est dupe pour le croire. En effet, un dirigeant qui n’est pas capable de réaliser pendant trente ans au pouvoir des œuvres productrices pour son pays comme  certain de ses pairs présidents  l’ont fait chez eux, ce n’est pas maintenant que les populations croiraient à ses promesses truffées de mensonges. En tout cas, après lecture de son long discours publié ci-dessous, chaque Tchadienne ou Tchadien tirerait sa propre synthèse.

Voici le message à la nation du président Tchadien adressé hier mardi 31 décembre 2019 : « Tchadiens, Tchadiennes, mes chers compatriotes, l’année 2019 tire à sa fin, avec ses instants de peine et ses moments de réjouissance. L’année 2020 arrive avec son train d’espoirs, mais aussi son lot d’appréhensions qui peuvent habiter chacune et chacun d’entre nous. Avant toute chose, nous devons rendre grâce à Dieu pour avoir veillé sur notre chère Patrie tout au long de l’année qui s’achève, en préservant notre territoire des ravages qui affectent d’autres peuples tout autour de nous. En effet, malgré les pertes en vies humaines enregistrées principalement dans la Province du Lac du fait des attaques terroristes, notre pays a su préserver ce qu’il y a de plus cher pour une Nation : Je vais parler de la paix et de la stabilité ! Cette paix précieuse reste sous la menace permanente des vendeurs d’illusions qui voudraient faire imploser la concorde nationale. Elle est également sous la menace quotidienne de la multinationale terroriste qui ne cesse d’étendre sa zone d’action comme en témoignent les multiples massacres perpétrés dans les pays de l’espace sahélo-sahélien. La paix est l’affaire de tous, car elle profite à l’ensemble de la communauté. Nous devons redoubler de force et d’ardeur eu égard à la permanence et à l’ampleur des menaces réelles ou potentielles. Nous sommes astreints à plus de vigilance, d’engagement et de détermination dans la lutte que nous menons contre l’obscurantisme. Nous devons comprendre que les adeptes du mal ne cessent de développer et d’affiner les méthodes les plus criminelles pour tuer les innocents et assouvir leur infinie soif d’horreur. Les terroristes peuvent, à tout moment, surgir et frapper partout. C’est le lieu ici, de vous exhorter à la vigilance  dans les lieux de cultes et dans les divers espaces publics.

Chers Compatriotes, je voudrais saisir cette opportunité pour rendre un hommage appuyé à nos Forces de Défense et de Sécurité pour le sacrifice qu'elles consentent au quotidien, dans la lutte contre le terrorisme aussi bien au Sahel que dans le bassin du Lac Tchad et la frontière nord du pays.En ce moment même où les autres Tchadiens fêtent en famille l’entrée de la nouvelle année, nos forces de défense et de sécurité sont à pied d’œuvre dans les différents théâtres d’opération pour que nous puissions mener notre vie dans la quiétude. Au nom de tous les Tchadiens, j’adresse la profonde et éternelle reconnaissance de la Nation à ses filles et à ses fils qui, par vocation, ont choisi de sacrifier leur confort et leur vie au bénéfice de la sécurité de notre pays et celle d’autres peuples frères. A travers la présence de nos valeureux soldats qui bravent la faim, la soif et la fatigue, loin de leurs familles, nous donnons sens à la solidarité africaine.Il est indéniable que seule une vaste synergie d’actions à l’échelle internationale nous permettra de venir à bout du terrorisme. A cet égard, tout en remerciant tous les partenaires qui nous appuient dans ce combat difficile, je souligne, une fois de plus, l’impérieuse nécessité d’une plus forte mobilisation de la communauté internationale dans cette guerre contre un fléau qui ignore littéralement les frontières et la couleur de la peau. Chaque jour qui passe, l’hydre terroriste se déploie davantage dans le Sahel. Pendant ce temps, la solidarité internationale tarde à être à la hauteur des enjeux qui dépassent en réalité le seul cadre de la bande sahélienne.Le terrorisme ne peut être vaincu qu’à la double condition que des opérations militaires d’envergure soient menées tous azimuts, et que des investissements massifs soient réalisés dans le domaine socio-économique, afin d’assécher ce terreau fertile à la propagande djihadiste. L’usage concomitant et à grande échelle de ces deux leviers, militaire et socio-économique, demeure l’unique moyen capable d’assurer l’efficacité de la lutte antiterroriste.Une fois de plus, je lance un appel pressant aux pays amis et aux institutions internationales de se mobiliser davantage avant qu’il ne soit trop tard.

Mes chers compatriotes,notre pays doit poursuivre, de manière inexorable, sa marche vers le progrès et la modernité en dépit des adversités de toutes sortes.Dans cette optique, le renforcement de la démocratie, la consolidation de la paix et de la stabilité, la préservation des acquis sécuritaires, la transformation structurelle de notre économie et la lutte contre la pauvreté doivent toujours constituer l’essence première de nos préoccupations de tous les instants.S’agissant du renforcement de la démocratie, l’année nouvelle devrait être marquée par la tenue des élections législatives et locales que nous appelons tous de nos vœux.A cet égard, j’invite la CENI et le CNDP qui sont à pied d’œuvre pour la préparation de ces importantes échéances à rendre public au plus vite le chronogramme y afférent. Nous avons perdu assez de temps à cause des tergiversations et autres palabres politiques. La recherche du consensus ne doit pas éternellement prévaloir sur l’obligation de renouvellement de l’Assemblée Nationale.Mon souhait le plus ardent est de voir ce scrutin se tenir enfin au courant du premier semestre 2020, en tenant compte des nouveaux retards enregistrés par les instances techniques et politiques en charge de l’organisation de ces élections pendant cette période.Je veillerai pour ma part, à ce que ces élections soient libres, transparentes et exemptes de toute irrégularité.J’invite par conséquent toute la classe politique à plus de responsabilité, de maturité et de sérénité dans la préparation et la tenue de ce rendez-vous démocratique.

Mes chers compatriotes,la consolidation de la paix,  de la stabilité   et de la cohésion fraternelle doit demeurer notre souci cardinal. C’est à juste titre que le Gouvernement veille sur tout ce qui a trait au vivre-ensemble, à la cohabitation pacifique et à l’harmonie sociale.Comme vous le savez, l’année qui s’achève a mis à rude épreuve l’idéal de cohabitation communautaire harmonieuse qui nous anime tous. C’est pour prévenir et contenir les violences entre les communautés que le Gouvernement a adopté, lors de la 4ème édition de la Conférence des Gouverneurs tenue à Abéché, un certain nombre d’actes et de décisions.Ces actes renforcent les acquis  louables des opérations menées dans le cadre de l’état d’urgence décrété dans trois provinces du pays. Je me félicite que cette action ait notamment permis de récupérer un nombre important d’armes de guerre détenues par les civils et de dissuader tous les entrepreneurs de violence et de haine.Nous avons, cependant, parfaitement conscience que les réponses aux conflits intercommunautaires ne peuvent être exclusivement militaire et sécuritaire. C’est pourquoi, j’invite chaque Tchadienne et chaque Tchadien à privilégier l’entente fraternelle qui doit être la matrice de notre vie en communauté.À cet égard, je mets en garde contre les tentations funestes exprimées ici et là dans le dessein abject de susciter une division artificielle des Tchadiens sur des bases claniques, géographiques ou confessionnelles.Le peuple Tchadien est Un et indivisible dans sa riche diversité socio-culturelle.Je mets en garde cette génération des tchadiens qui n’a connu ni l’exil humanitaire, ni la guerre civile, ni la dictature, et qui n’a pas conscience de l’intérêt commun à préserver la concorde nationale.Cette génération doit comprendre que l’expression virtuelle que permettent aujourd’hui les réseaux sociaux peut engendrer des blessures réelles susceptibles d’attenter au pacte républicain et à la cohésion sociale.Il est de la responsabilité et de l’intérêt de tous les Tchadiens de rejeter les discours de haine et de division d’où qu’ils proviennent.

Tchadiennes, Tchadiens,en insistant sur les préoccupations en lien avec la paix, la sécurité et la stabilité, nous comprenons parfaitement qu'il s’agit effectivement là, des conditions premières de notre émergence future.Nous devons, à cet égard, créer les conditions nécessaires favorisant le plein exercice des activités économiques qui doit suivre notre schéma de développement  axé sur  la diversification de l’économie.Nous devons poursuivre sans relâche nos actions visant à créer les conditions propices de développement à travers des investissements robustes tant des partenaires extérieurs que des acteurs économiques nationaux.Durant cette éprouvante période de crise, notre premier combat mené sur le plan national et dans le cadre de la CEMAC a consisté à assurer le sauvetage de tout notre système économique, financier, monétaire et bancaire.Cet effort hors du commun a permis de stabiliser une situation macroéconomique désespérée. Après cette longue phase de stabilisation, nous devons amorcer celle de la relance.Et c’est bien évidemment pour permettre à nos opérateurs économiques de jouer pleinement leur partition dans cette phase cruciale de la relance de l’économie que le Gouvernement va poursuivre et amplifier sa politique d’apurement progressif de la dette intérieure, avec l’appui de ses partenaires.Des ressources seront régulièrement mobilisées à cet effet pour soulager le tissu économique et le système bancaire qui ont tant souffert des effets de la crise.

Mes chers Compatriotes, c’est par le travail et la gouvernance responsable que nous pouvons gagner le défi de l’émergence.J’invite une fois de plus les Tchadiens à l’amour du travail et au respect de la chose publique qui sont l’expression la plus achevée du patriotisme.  Comme je ne cesse de le répéter, la corruption sous toutes ses formes n’a pas droit de cité au Tchad.A cet égard, la lutte contre la corruption, le détournement des deniers publics et la prévarication va s’intensifier, et personne ne sera épargnée.  Il n’y a pas une catégorie de citoyens privilégiés qui échappent à la loi et une autre plus vulnérable, exposée aux sanctions.Tous les crimes économiques seront punis sans ménagement. La rigueur de la loi s’appliquera dans toute sa plénitude et de façon indistincte à l’égard de tous ceux qui défient l’État en s’enrichissant sur le dos du contribuable tchadien.L’égalité devant la loi et la justice sociale serviront toujours de boussole à l’action publique dans tous les domaines.

Mes chers compatriotes,m’adressant aux travailleuses et travailleurs du secteur public, je voudrais saluer l’esprit de patriotisme et de sacrifice dont ils ont fait montre ces trois dernières années où il a fallu nécessairement renoncer à certains avantages pour sauvegarder l’essentiel.Je salue également l’ouverture d’esprit de l’ensemble des partenaires sociaux qui avaient compris que les grèves à répétition n’étaient nullement une réponse à la crise économique et sociale que nous vivions.La grève n’a jamais produit des ressources. Elle contribue au contraire à aggraver une crise avec le risque d’obliger les pouvoirs publics à prendre des mesures encore plus douloureuses.Le dialogue social fécond qui a permis de constituer un front patriotique pour faire face à la crise doit se poursuivre.Aujourd’hui, grâce aux mesures d’austérité qui ont été décidées au bon moment, nous avons pu amortir le terrible choc budgétaire qui aurait pu hypothéquer durablement tous les droits acquis des agents de l’État.Certes, les prémisses d’une reprise économique sont visibles, mais la situation globale demeure fragile et extrêmement volatile.J’invite les partenaires sociaux et le Gouvernement à tenir compte des réalités présentes, afin de conclure au plus vite un pacte social durable.Ce pacte social triennal doit être bâti sur un équilibre juste, c’est-à-dire sur des compromis garantissant un rétablissement graduel des droits des agents de l’État suivant un calendrier compatible avec l’obligation de soutenabilité budgétaire.Qu'il s’agisse du gel des effets financiers des avancements, de la réduction des indemnités ou de l’AGS, du payement des frais de transport, le Gouvernement doit faire preuve d’imagination pour proposer aux partenaires sociaux un scénario crédible et réaliste autour duquel sera conclu ce pacte social triennal.D’ores et déjà, je voudrais rassurer les agents de l’État que des orientations seront données au Gouvernement, afin de concéder dès le début de l’année 2020 une restauration partielle des primes, des indemnités et de l’AGS réduites depuis 2016.Cette mesure sera d’application immédiate dès la conclusion d’un accord dans le cadre des discussions en cours entre le Gouvernement et les partenaires sociaux.Tous les autres points de revendication feront également l’objet d’un examen, en vue de déboucher sur un accord global garantissant une paix sociale pluriannuelle.Il appartient aux partenaires sociaux et au Gouvernement d’accélérer leurs discussions pour que les effets financiers de leur futur accord soient susceptibles d’être pris en compte dans le mandatement du salaire du mois de janvier 2020.Pour être clair, j’exhorte les acteurs concernés à parvenir à un accord réaliste avant le 10 janvier prochain.

Mes chers compatriotes,la situation des jeunes et des femmes qui représentent les principales forces productives de notre pays sera toujours au centre de nos attentions.Le programme de valorisation du capital humain et de l’intégration des jeunes diplômés à la Fonction publique sera renforcé au cours de l’année nouvelle.Au total, 20.000 lauréats des écoles professionnelles, d’universités et d’instituts seront intégrés à la Fonction Publique pour compter de l’année 2020.Déjà, à la fin de cette année 2019, plus de 1800 diplômés ont été exceptionnellement admis à la Fonction Publique. Ce rythme sera accéléré au cours de l’année qui commence. Je m’y engage !De même, le Gouvernement va accompagner de manière résolue toutes les activités en lien avec l’entreprenariat des jeunes. Toutes les initiatives allant dans le sens de la promotion de l’entreprenariat et de l’auto-emploi seront soutenues.S’agissant des femmes et surtout celles du monde rural, nous continuerons à développer des programmes hardis  pour renforcer leur résilience et assurer leur plein épanouissement. Comme je l’avais annoncé lors de la clôture du Forum National de la Jeunesse, le fonds de l’entreprenariat d’un montant annuel de 500 millions de nos francs sera effectif dès le mois de janvier 2020.Conscient de l’insuffisance de l’action étatique dans l’appui aux jeunes et aux femmes, j’ai décidé d’engager une vaste réforme de la politique publique en la matière.Ainsi, en toute urgence, les entités éparses qui sont chargées d’appuyer et de financer les projets des jeunes et des femmes, seront profondément revisitées en vue de la création d’une robuste institution exclusivement dédiée à  cet objectif.Cette réforme structurelle s’accompagnera de l’affectation des ressources exceptionnelles et de la conclusion d’un partenariat ambitieux avec les banques.Dès l’année 2020, une enveloppe annuelle d’au moins 30 milliards de nos francs sera consacrée à l’accompagnement des jeunes et des femmes dans leur ambition d’entreprendre et de s’autonomiser.Il reviendra aux jeunes et aux femmes de montrer toute l’étendue de leur génie créateur en initiant des projets pertinents et porteurs.Outre l’appui aux initiatives féminines et aux divers groupements de productrices, un accent particulier sera mis sur l’éducation des filles, l’alphabétisation fonctionnelle des femmes, la santé maternelle,  l’autonomisation économiques des femmes et la lutte contre les discriminations diverses basées sur le genre

Mes chers compatriotes,au seuil de l’année qui commence, j’invite chacune et chacun de vous à s’armer de courage et d’abnégation pour que nous puissions ensemble, vaincre toutes les formes de résistances, afin de porter notre pays au firmament des Nations qui prospèrent.Ayons foi en l’avenir, aimons notre pays et œuvrons pour construire un Tchad meilleur pour les générations présentes et futures.Que l’année 2020, soit pour tous les Tchadiens de l’intérieur et de la diaspora ainsi que la communauté d’expatriés vivant dans notre pays, une année emplie de bonheur ; une année de prospérité et de succès.Que l’année 2020 soit pour notre pays, une année de paix et de progrès.Vive la République.Vive le Tchad.Je vous remercie ».

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article