Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Que se passe-t-il réellement au cœur de cette dynastie chérifienne ? En effet, la RTBF eut publié depuis hier jeudi 23 janvier 2020  une information signée de l’AFP concernant le viol collectif d’une adolescente marocaine suscitant l’indignation de la population. Selon l’AFP, la police  a  précipitamment ouvert une enquête après que la famille d'une adolescente a affirmé dans les médias locaux avoir été enlevée et violée par une vingtaine d'hommes près de Casablanca, a-t-on appris ce jeudi de la sûreté nationale. L’enquête a été ouverte après des déclarations de la famille de cette adolescente nommée Oumaïma et âgée de 17 ans, selon la presse marocaine.

Selon toujours l’AFP, sa famille a raconté que la jeune fille avait été enlevée dans son quartier et violée par une vingtaine d'hommes dans un bidonville près de Casablanca. « Ma fille a été enlevée alors qu'elle faisait des courses et a été séquestrée pendant 20 jours », a affirmé sa mère au micro d'un média local. « Elle a convaincu un de ses ravisseurs de la relâcher. On l'a emmenée à l'hôpital qui a conclu qu'elle avait été violée, violentée et intoxiquée », a-t-elle dit, affirmant qu'une déclaration avait été « faite à la police avec un certificat médical » mais que « rien » n'avait été fait.  La police marocaine (DGSN) a pour sa part annoncé avoir ouvert une enquête, soulignant toutefois que la victime avait « refusé catégoriquement de porter plainte » et de « fournir la moindre information ».  La police a ajouté avoir reçu en 2018 une première plainte pour « viol et séquestration » de l'adolescente, qui avait désigné deux individus, mais ses proches avaient retiré la plainte le jour de l'arrestation du principal suspect. Une page de soutien appelée « Nous sommes tous Oumaïma » a été créée sur Facebook et l'affaire suscite des réactions indignées sur les réseaux sociaux.L'affaire n'est pas sans rappeler celle de Khadija, une adolescente marocaine séquestrée et violée par une douzaine d'hommes de son village, en 2018, selon son témoignage. Le procès qui devait démarrer en août 2019 est sans cessé reporté.

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article