Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le début de l’année s’avère compliquer pour l’Iran qui enchaîne de maladresses coup sur coup après l’élimination dans un raid américain du général Qassem Soleimani. Selon la dépêche de l’AFP publiée le samedi 11 janvier par le journal de Montréal, l’ambassadeur du Royaume-Uni a été brièvement arrêté samedi, a annoncé le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab. Ce dernier assure que « l’arrestation de notre ambassadeur à Téheran sans fondement ou explication est une violation flagrante de la législation internationale ». Les autorités iraniennes, selon le Daily Mail, accusent le diplomate d’avoir prétendument « incité » les manifestants dans la capitale iranienne qui exprimaient leur colère à l’égard des autorités après la déflagration de l’avion atteint par un missile de l’armée faisant de nombreuses victimes dont des ressortissants iraniens. Son arrestation n’a duré qu’une heure environ avant d’être relâché selon la même source.

D’après monsieur Raab, l’Iran devrait choisir entre « sa marche vers un statut de paria » ou « prendre des mesures pour la désescalade et pour s’engager sur le chemin diplomatique ». Finalement, l’Iran a reconnu samedi, à travers son président Hassan Rohani, avoir abattu l’avion par erreur par un tir de missile de la défense aérienne iranienne. L’annonce du président Rohani a suscité une vague d’indignation à Téhéran. Des étudiants ont manifesté samedi en scandant des slogans destructeurs et radicaux lors d’un rassemblement à la mémoire des victimes à bord du Boeing ukrainien, selon l’agence de presse iranienne Fars. Selon les reporters de l’AFP à Téhéran, plusieurs centaines d’étudiants s’étaient rassemblés en début de soirée en mémoire des victimes de cette catastrophe aérienne qui a fait 176 morts, en majorité des Iraniens et des Canadiens, dont des binationaux. Le rassemblement a eu lieu à la prestigieuse université Amir Kabir de Téhéran, lequel s’est transformé en manifestation de colère contre les présumés coupables de ce drame et ceux qui, selon les manifestants, ont tenté de les couvrir.

M.S Y

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article