Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

La situation sécuritaire en Irak reste précaire et volatile comme le rapportent le dimanche 26 janvier, PV avec agences sur le site de la RTBF. Plusieurs tirs de roquettes ont été lancés dimanche dans la capitale irakienne, notamment une partie est tombée dans l’enceinte de l’ambassade américaine de Bagdad. Le reporter de l’AFP en Irak précise que trois d’entre elles se sont abattues sur l’ambassade américaine,  selon une des services de sécurité, lesquels font état d’une roquette qui s’est écrasée sur une cafétéria à l’heure du dîner. C’est la première fois que ces tirs de roquettes tombent directement dans l’ambassade des Etats-Unis, situé dans la zone verte hautement sécurisée de Bagdad, régulièrement prise pour cible ces derniers mois. Contactée par l’AFP, l’ambassade n’a pas souhaité répondre dans l’immédiat, mais les forces de sécurité irakiennes ont annoncé plus tôt qu’il n’y avait pas eu de victimes. C’est la deuxième fois en une semaine que la mission diplomatique est soumise aux tirs de cette nature.

Déjà en date de 20 janvier dernier, trois roquettes se sont abattues à proximité de l’ambassade américaine à Bagdad. Selon une source américaine, dont les propos sont rapportés par l’AFP, l’une d’entre elles s’était écrasée près de la résidence de l’adjoint de l’ambassadeur. Les tirs de roquettes dimanche ont eu lieu plus tôt que d’habitude. Des reporters de l’AFP ont entendu une détonation provenant de la rive ouest du Tigre à 19h30. L’attaque a été condamnée par le Premier ministre irakien Abdel Mahdi et le chef du Parlement Mohammed al-Halboussi. Le Premier ministre a dénoncé une « agression » qui pourrait transformer l’Irak en une zone de guerre. Fin décembre, un sous-traitant a perdu la vie dans un tir de roquette sur une base abritant des soldats américains au Nord de l’Irak. En représailles, Washington a mené des raids aériens le 29 décembre contre plusieurs bases des brigades du Hezbollah, un groupe armé chiite irakien membre du Hachd al-Chaabi, coalition paramilitaire largement dominée par des factions pro-iraniens et intégrée aux forces régulières. Au moins 25 combattants des brigades du Hezbollah ont été tués dans les frappes et le 31 décembre, des milliers de leurs partisans ont attaqué l’ambassade américaine.

Moussa S. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article