Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Ce point de vue ci-dessus, il l’a exprimé à travers son Coup de Badangaï 758 : « Le dilemme des 5 présidents de G5 Sahel: « on ne peut gifler une personne dont on a les doigts dans sa bouche », posté sur le net depuis le samedi 11 janvier 2019. Dr Djiddi Ali Sougoudi comme tout autre Sahelien et de surcroit Tchadien eut décidé de réagir par rapport  à ce sommet qui en principe réunirait tous les Chefs d’Etat de G5-Sahel ce lundi 13 janvier 2019 à Pau, avec à leur tête leur homologue français Emmanuel Macron. Pour aller dans le même sens que ce sommet de Pau qui semble-t-il permettrait de renforcer la légitimité contestée des militaires français déployés sur la zone et mobiliser les alliés européens.Le Président de l'Union Nationale pour le Développement et le Renouveau (UNDR), Saleh Kebzabo, a estimé  dans un entretien réalisé par nos confrères du Tchad infos.com le samedi 11 janvier précise que « la présence militaire française au Sahel doit être comprise comme une stratégie de lutte mondiale contre le terrorisme». Il a ajouté en déclarant que : «la controverse viendrait du découragement de l’opinion africaine qui ne comprend pas que les Djihadistes gagnent du terrain malgré la présence de troupes étrangères en nombre et bien équipées. Il faut évidemment noter l’inefficacité des armées africaines incapables d’assurer la sécurité et la souveraineté des pays indépendants depuis 60 ans ».Saleh Kebzabo eut terminé son entretien avec nos confrères de la Rédaction Tchad Infos.com en indiquant que :«Tous les groupes djihadistes au Sahel se réclament des organisations internationales basées au Proche Orient qui les inspirent et les arment. Les pays sahéliens sont donc débordés et ont sollicité l’aide française qui, de mon point de vue, doit être élargie au mandat de l’ONU ».Mais le Coordinateur National de la Lutte contre le Paludisme au Tchad Dr Djiddi Ali Sougoudi pense-t-il de la même manière que le président de l’UNDR monsieur Saleh Kebzabo  ou s’oppose-t-il à la présence de l’armée française dans le Sahel,y compris chez lui au Tchad ? Et qui dit-il de ce sommet de G5-Sahel à Pau ?

Dr Djiddi Ali Sougoudi commence sa réflexion sur ce sujet par un adage tchadien tiré de son maître de médecine : « Un de mes maîtres de médecine à la faculté de Médecine de N’Djamena aimait ressasser cet adage tchadien:«on ne gifler une personne dont on a les doigts dans sa bouche »!Le dilemme est total pour nos 5 chefs d’Etat qui se rendront à Pau pour rencontrer Emmanuel Macron ( lundi 13 janvier 2020 N.D.L.R) le Commandant en Chef de Barkhane qui noue et dénoue la déferlante Djihadiste des pays du Sahel.Accepter d’une part la présence française partie pour l’éternité et apaiser d’autre part l’animosité grandissante des populations sahéliennes excédées par la persistance des attaques des insurgés, voilà le dilemme imposant sur les échines de nos 5 présidents qui sont interpellés pour clarifier leurs positions délicates.Les doigts dans la gueule du fauve français peuvent être brandis en ces coercitions à type de: « et vous là, vous n’êtes pas si bien élus et aimés par vos peuples. Et puis vous ne respectez pas les Droits de l’homme. Si la France quitte, tous vos pays seront pris, excepté le Tchad dont sa fragilité peut se fabriquer dans une petite salle d’Elysée. »Pas plus tard que le vendredi dernier, les Maliens vilipendent la France en sortant dans les rues. Au même moment un Porte-parole de  République en Marche de Macron reproche avec fracas à l’artiste malien Salif Keita d’être un anti-français par ses propos acerbes ».

Il poursuit son analyse en rappelant  à ses lecteurs de son Coup de Badangaï 758: « Le même vendredi, 83 soldats nigériens sont traqués et liquidés par les insurgés dans leur fuite éperdue pour se sauver.Les colonnes françaises de Barkhane qui traversent les villages du Niger ou du Mali sont caillassées, recevant des jets de pierres qui rebondissent sur les blindés qui ne répliquent pas.Les Armées des pays sahéliens, exceptées celle du Tchad et de la Mauritanien, sont inefficaces et constituent le ventre mou qui justifie amplement la présence des forces françaises tant détestée par les populations qui n’ont pas la même lecture politique de stabilité que leurs présidents convoqués à Pau pour répondre des fautes qu’ils n’ont pas commises.Je demande alors à nos 5 présidents de demander à la France de se réconcilier avec ces populations révoltées en les écoutant et en prenant en compte leurs desiderata. Une présence étrangère doit d’abord pactiser avec la population civile du pays hôte.La présence français ne doit pas être seulement militaire. Elle doit être socialement et économiquement rentable pour ces populations ignorantes et manipulables.Les légionnaires françaises doivent participer au développement de ces régions abandonnées aux mains des insurgés qui manipulent des milliers de jeunes désœuvrés et déscolarisés qui mordent à l’hameçon djihadiste.L’apaisement des populations civiles en animosité ne se trouvent pas nécessairement dans les besaces de nos 5 Présidents pris pour boucs émissaires par un Macron qui semble ignorer les revendications sur le terrain ».

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article