Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

C’est l’accusation qui eut déroulé son argumentaire au Senat, où s’est poursuivi vendredi 24 janvier, le procès en destitution du Président américain. Selon les sources médiatiques, notamment nos confrères de Franceinfo, les procureurs démocrates ne sont pas allés avec le dos de la cuillère pour accuser Donald Trump d’être clairement un danger pour la démocratie américaine. Cette violente charge est adressée à la fois aux électeurs américains  et principalement aux élus chargés de juger le Président. Au troisième jour du procès, l’accusation a poursuivi à mi-journée de présenter ses reproches adressés au président Trump. Ce dernier n’est que le troisième président de l’Histoire des Etats-Unis à subir un procès  en destitution au Sénat. Les procureurs démocrates ont déroulé de façon méthodique leur récit des faits, émaillé d’extraits vidéo, de références historiques et d’envolées lyriques dressant au final un portrait peu flatteur de l’incontrôlable milliardaire républicain. « Le président a  tendance à mettre ses intérêts avant ceux du pays : c’est Trump d’abord et pas l’Amérique d’abord », a argumenté le procureur en chef Adam Schiff, élu Démocrate à la Chambre des représentants, en référence au slogan de campagne de l’ancien magnat de l’immobilier. «Il a travaillé dur pour étouffer l’affaire », a-t-il ajouté. Sa conduite « met en danger notre sécurité nationale », a-t-il poursuivi. Notre démocratie est en jeu, c’est aussi simple que ça ». Les faits qui incriminent le président américain lors de ce procès, sont peu contestés.

 

Donald Trump a bel et bien demandé aux autorités ukrainiennes d’enquêter sur le Démocrate Joe Biden, potentiel adversaire à la présidentielle de fin d’année, en même temps qu’il gelait une aide militaire importante pour ce pays en conflit avec son grand voisin la Russie. Il ne fait aucun doute pour l’opposition que le chef de l’administration américaine a utilisé les moyens de l’Etat pour faire pression sur Kiev afin de salir son rival le plus menaçant. « En d’autres termes, pour tricher à l’élection », selon Adam Schiff. Une fois « démasqué », par un mystérieux lanceur d’alerte,  « il a travaillé dur pour étouffer l’affaire » et bloquer l’enquête du Congrès, a martelé Hakeem Jeffries. L’acte de mise en accusation a été acté le 18 décembre par la Chambre des représentants dominée par les Démocrates. Les charges retenues contre lui sont : abus de pouvoir et entrave au travail du Congrès. Aucun Républicain n’a apporté sa voix lors de ce vote d’impeachment. Cette solidarité des élus républicains devrait se renouveler au Sénat où ils détiennent la majorité avec 53 sièges contre 47. Ce qui permettra au président américain d’être rapidement acquitté et d’échapper à la destitution programmée. Cependant,les Démocrates espèrent salir l’image du Président dans la perspective des futures batailles électorales

Moussa S. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article