Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Les internautes brésiliens se sont déchaînés sur les réseaux sociaux pour se moquer de leur ministre de l’Education après avoir commis une série de fautes sur Twitter. Telle est l’information rapportée par l’AFP et publiée vendredi 10 janvier sur le site du journal de Montréal. Chargé de veiller à la bonne marche du système éducatif de l’un du plus grand pays d’Amérique latine, monsieur Abraham Weintraub a choqué de nombreux Brésiliens en publiant un tweet comportant une faute d’orthographe. Au lieu de mettre la lettre «s» au terme portugais «impressionante» (impressionnant en français), le ministre a commis l’erreur fatale d’utiliser la lettre « c » d’où «imprecionnant », le mot à la base de la polémique. «Le fait que le ministre de l’Education écrive «imprecionante» reflète la réalité de l’éducation brésilienne», s’est ému une internaute. «C’est imprecionnant qu’il soit ministre de l’Education », a lancé un autre. Le ministre en question s’est empressé d’effacer son tweet.

Tout ne s’arrête pas là puisque le ministre avait déjà précédemment commis d’autres fautes, écrivant notamment «suspença» (suspension) au lieu de « suspensao » et « paralizaçao » (paralysie) au lieu de « paralisaçao ». Malgré tout, il y a des internautes qui ont envoyé des messages de soutien au ministre. «Il vaut mieux écrire avec des fautes que de piquer dans les caisses », a notamment écrit l’un d’entre eux, en référence à la corruption endémique au Brésil. Vendredi, le ministre a publié une fois de plus, sur son compte Twitter, un message de soutien de Luciono Hang propriétaire d’une des plus grandes chaînes de grands magasins du Brésil et soutien actif du gouvernement du président Jaïr Bolsonaro. Publiant volontairement un message truffé de fautes d’orthographe, monsieur Hang note que « seuls ceux qui ne font rien ne commettent pas d’erreurs ». Âgé de 48 ans, le ministre qui occupe son poste depuis avril, n’en est pas à sa première controverse. Peu de temps après avoir pris ses fonctions, celui-ci a prévu de faire des compressions budgétaires dans trois universités accusées de « semer le désordre », leurs campus ayant accueilli des « manifestations contre le fascisme » lors desquelles des débats ont été engagés avec des élus de gauche. Début août, il s’est illustré en traitant le président français de « crétin ». C’était en pleine polémique sur les feux de forêt

Moussa  S. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article