Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Initialement prévue pour aujourd'hui lundi 02 décembre 2019 à 9heures ,la convocation à la police judiciaire du Sécretaire général de la Convention  Tchadienne de Défense des Droits de l'Homme(CTDDH) à la personne de Mahamat Nour Ahmed Ibedou ,serait vraisemblablement réportée pour demain mardi 03 décembre .En effet, d'après les informations circulant sur les réseaux sociaux, ce lundi 02 décembre est décrété jour férié sur décision du Président de la République Idriss Deby Itno. Mahamat Nour Ahmed Ibedou aurait informé l'opinion publique par le biais de son espace Facebook.

Que se passerait-il pour ce défenseur des Droits de l’Homme, dont des accusations malveillantes pèsent sur lui, liées surtout à l’Affaire Malik Ibet Ibrahim, présumé coupable de l’assassinat en avril 2014 de la défunte Fatimé Hamza Moussa.Selon la presse tchadienne, cette convocation fait suite à une enquête en cours à la direction de la police judiciaire suite à un soit transmis du procureur de la République relatif à une plainte.Ce mercredi, le Collectif des organisations de la société civile (COSC) qui réunit plusieurs associations- a dénoncé « la cabale montée contre la CTDDH et son secrétaire général Mahamat Nour Ibedou ». « Profitant de l’arrestation d’un membre de cette organisation pour homicide qui remonte à 2014, le gouvernement à travers ses services de renseignement, viole allègrement les procédures réglementaires d’arrestation d’un citoyen à son domicile. Au lieu d’ouvrir une enquête soutenue pour situer les responsabilités dans la transparence afin d’apaiser les cœurs des proches de la victime et d’étayer l’opinion, il cherche par tous moyens et sans preuves tangibles à ternir l’image de la CTDDH et de son secrétaire général engagés pour des causes nobles », selon le collectif. Le COSC a condamné « ces manœuvres abjectes et ces méthodes lâches et mafieuses indignes d’un Etat qui se dit démocratique ».

Et c’est dans le même ordre d’idées qu’hier dimanche 1er décembre 2019, au moment où le Tchad célèbrait soi-disant la journée de la Démocratie ,marquant justement la prise de pouvoir par les armes de l’actuel président Idriss Deby Itno, un jeune internaute nommé Abdraman Ali Saleh s’est penché sur l’Affaire Malik Ibrahim Ibet,le présumé assassin de l’élève Fatimé Hamza Moussa,assassinée en 2014.Voici ce que cet internaute Tchadien Abdraman Ali Saleh posta comme réaction ressemblant à une opinion personnelle : « Je suis contre l’acharnement gratuit qu’il soit Ibedou, Malik ou Ali (mon père), mais j’ai l’impression que ce dernier temps les tchadiens presque en général, les activistes et membres de CTDDH en particulier dénoncent et condamnent l’acharnement contre Ibedou et l’affaire de Bakhit Bahar que le crime lâche, barbare et odieux supposé commis par Malik. Et très injuste encore personne n’en parle de ce cas macabre (le crime commis par Malik). Comment un tel crime d’une jeune fille innocente peut être sans importance au regard ceux qui sont censés combattre l’injustice ? Certes il est logique de dénoncer l’acharnement gratuit mais avant cela ôter la vie à autrui doit être combattu. Les actes violents et lâches doivent être tous dénoncés et combattus quelque soit le statut de leurs auteurs. Mais quand ils sont commis par des autorités sensées mieux connaître les droits de l'homme, cela est inadmissible. Comment accepter qu'une personne en charge de la protection des citoyens soit le tortionnaire le plus redoutable parmi les autres et qu'on reste silencieux ? Ou bien quand un membre de CTDDH commet un tel crime ne mérite pas d’être dénoncé ? Ne déplorons pas parce-que c'est Ibedou mais dénonçons l'injustice d'où qu'elle vienne mais contre qui que ce soit aussi! Cette dernière n'a ni couleur ni religion, non plus de race, elle peut apparaître n'importe où et chez n'importe qui ».

Sa réaction eut suscité des débats multiples et contradictoires

Danibe Doudet : «  Sagesse ! ».

Abdraman Ali Saleh : « Danibe Doudet, merci cher aîné pour vos encouragements et vos conseils que vous nous apportez à tout moment. Grand homme et visionnaire ».

Danibe Doudet :« Abdraman Ali Saleh, le plaisir est partagé très cher cadet, ma fierté c'est d'avoir des cadets qui savent s'exprimer dans la sagesse comme toi. Nous défendons une cause contre l'injustice et nous avons surtout le devoir de bien faire cette défense à défaut d'être partiaux et inobjectifs ».

Alhabbo le Panafricaniste : « Les tchadiens ont unanimement condamné l'acte criminel posé par Malik mais que Vient faire l'acharnement du pouvoir contre Ibedou? Puisque l'acte a été commis par Malick en 2014 lorsqu'il n'était même pas membre de la CTDDH ».

Abdraman Ali Saleh : « Cher Alhabbo nous sommes contre l’acharnement gratuit mais le fait qu’il soit convoqué n’est point un acharnement. En tant que homme de droit pourquoi ne pas collaborer avec la police? Qu’est-ce qui est étrange dans une convocation. C’est juste une audition et cette audition intervient dans le cadre d'une enquête et c’est une procédure qui se passe dans tout les pays. Pour autant, sachez que vous n'allez pas nécessairement être entendu concernant des faits pour lesquels vous seriez personnellement mis en cause. Il est donc inutile de paniquer si Ibedou n'a rien à lui reprocher. Il peut par exemple être auditionné en tant que témoin pour des faits auxquels il aurait assisté ou afin d'obtenir des renseignements sur son neveux et camarade. En revanche il n’est pas mise en cause alors c’est quoi le crime ici ? »

Danibe Doudet : « Alhabbo le Panafricaniste, oui très cher cadet mais les autres aussi peuvent croire à l'obstruction de l'assassinat de la pauvre adolescente par la convocation de l'illustre Mahamat Nour Ahmed Ibedou.Je crois que c'est juste un constat qui doit d'ailleurs nous unir contre tout mal ».

Alhabbo le Panafricaniste : «  Je suis parfaitement d'accord avec tout ce que vous venez d'énumérer mais le problème est qu'ils sont près à tout pour atteindre Ibedou l'exemple palpable est celui des faux mails montés de toute pièce pour nuire à Ibedou et ternir son image »

Danibe Doudet : « Alhabbo le Panafricaniste, calme toi très cher cadet la justice divine est puissante et meilleure ».

Haggar Mahamat Abdelkerim : « Bonjour Abdraman Ali Saleh,Nous avons dénoncé l'assassinat lâche de la jeune Fatimé tout en présentant nos condoléances les plus attristées à sa famille et au peuple Tchadien.Ce pendant,nous refusons que le pouvoir despotique d'Idriss, profite de cet acte isolé commis par inadvertance(selon la déposition de #Malik) pour atteindre la CTDDH et son Secrétaire général, qui il faut le dire, sont au dessus de toutes considérations partisanes ou ethniques. La #CTDDH en tant que organisation indépendante et impartiale ne fonde ses actions que sur le respect des droits humains. C'est ce qui lui confère aujourd'hui une solide crédibilité au niveau national et international. Les agissements des individus télécommandés par le régime moribond du MPS dans l'optique de nuire à la CTDDH ne peuvent aucunement nous décourager à poursuivre notre combat pour la liberté, dignité et prospérité de notre peuple; qui sont des droits inaliénables qui ne peuvent pas être retirés aux Tchadiens, en aucune circonstance ».

Abdraman Ali Saleh : «  Haggar Mahamat Abdelkerim, cher cousin inadvertance ou advertance c’est à la justice de définir car un criminel ne se déclare jamais coupable. Certes vous avez dénoncez et présenter les condoléances mais d’une manière insuffisante car ces genres de crimes méritent plus de dénonciation et condamnation et surtout quand ils sont commis par des ceux qui sont sensées mieux connaître les droits de l'homme, cela choque l'esprit au très haut niveau. Vous devez vous s’éterniser et pérenniser assez longtemps pour que cela ne se répète jamais comme vous faites actuellement contre l’acharnement d’Ibedou. En résumé je propose une justice équitable Nos combats pour les causes communes doivent être sincères à tous les niveaux. Nous devons soutenir toutes les couches de la nation sans arrières pensées .Combattons l’injustice dans toute la société avec une grande fermeté. Dénonçons éloquemment et sérieusement les dérives de nos gouvernants nos leaders nos parents. Je suis contre l’acharnement dès le début mais le fait qu’il soit convoqué par la police n’est point acharnement. S’il n’a rien il n’a pas à s’inquiéter. Si Ibedou est innocent ni le régime ni la police ne peut rien faire, il sortira par ses preuves et faire comprendre au peuple tchadien à l’appui des preuves qu’il est innocent ».

Ali Dicky Abakar : «  Abdraman Ali Saleh, belle réponse monsieur le juriste ».

Djamal Tahir Guno : « Cher frère Haggar Mahamat Abdelkerim, qu'entendez vous d'un crime commis par inadvertance dont la pauvre défunte avait reçu trois balles à trois différents endroits et jeter à l'aéroport si c'est ne pas pour clapir de vue de la justice? Saviez-vous combien de fois est choquant de découvrir trahir par celui qui est sensé défendre tes droits ? La moindre des choses qu'il aurait fait est de suggérer à ce barreau de se rendre à la main de la juridiction compétente... croyez-vous que les proches de la victime seront si naïve de gober ce scène après six longues années ?Que la justice soit faite ».

Issak Ahmat Digo : «  Merci cousin pour cette sortie, sabakhtini wallah. A mes yeux, Ibedou est un présumé complice d'un meurtre odieux jusqu'à preuve contraire, qu'il soit défenseur ou attaquant des Droits de l'Homme.Que justice soit faite ».

Abdraman Ali Saleh : «  Issak Ahmat Digo, je t’ai devancé wala chnu cousin fais tout pour me rattraper alors. Y’avais déjà les incohérences des mails car l’adresse mail n’est pas le même sur les 2 échanges. En haut : 6 lettres avant 23@gmail.com. En bas : 9 lettres avant 23@gmail.com on dirait un document conçu pour nous endormir. Il est présumé complice ou même complice seul Allah, Ibedou et Malik le savent et à la justice de nous éclairer comme le juge ne peut refuser de statuer, en se fondant sur l’insuffisance des preuves qui lui sont fournies par les parties, sous peine de déni de justice. Il lui appartient, en cas de doutes de l’expert, de lui poser des questions ou d’ordonner une nouvelle expertise. Mais de toute façon que la justice face le travail juste et soit rendue quelque soit défenseur ou oppresseur ».

Abakar Abdelkerim Galma : «  Dans une équipe des défenseurs des droits humains, un des membres peut commettre un crime et cela ne doit en aucun cas être une responsabilité collective ».

Abdraman Ali Saleh : «  Abakar Abdelkerim Galma, d’où notre acharnement contre Malik et non CTDDH. La responsabilité est toujours individuelle et n’engage que l’auteur. Mais CTDDH doit dénoncer et condamner cette acte barbare au même pied d’égalité que les autres crimes et malheureusement ce qui ne pas le cas ».

Mahamat Saleh Brahim : « Sans avoir vous offenser Mr le juriste Les Droits de l'Homme sont des Valeurs que nous devons protéger à tout prix. Soutien total au Camarade Mahamat Nour Ahmat Ibedou, Secrétaire Général de la CTDDH. Compte tenue de la situation Ibedou doit être soutenu par tout le monde sauf les partisans de Deby qui se fait trembler par le Mr en question. Mais de quelle dénonciation voulez vous? CDDT a condamné l’acte en radiant afin que la justice soit faite en faveur de la victime et de la société tchadienne. Qu’est que vous voulez de plus ? Le CDDHT n’est pas la police judiciaire pour faire plus que cela? Et si Ibedou est l’oncle de Malik que vs l’appelez déjà criminel avant même que la police ne finisse l’enquête ne fait pas de lui un criminel car la responsabilité est toujours individuelle ».

Abdraman Ali Saleh : «  Mahamat Saleh Brahim, les protéger a tout prix ? Même quand ils commettent des crimes barbares ? Non mon frère il faut être logique dans ton raisonnement. Si on le protège c’est pour qu’ils dénoncent et combattent l’injustice et non pour commettre cette dernière. Nous devons soutenir toutes les couches de la nation sans arrières pensées gouvernements comme oppositions, civil comme militaire pourvu qu’il est victime. Je suis très surpris que vous dites « vous l’appelez criminel avant même que ....l’enquête fasse son travail » non frère l’enquête est en cours c’est pourquoi j’ai dit « présumé criminel » attention à ne pas confondre ce deux termes. Et vous avancez en ce terme « Naître neveu ou oncle d’Ibedou ne fait pas de lui un criminel » mais mon frère j’ai l’impression que nous lisons deux publications différentes si non dans quelle paragraphe j’ai traité d’Ibedou d’un criminel ? Ou même oncle ? Et enfin merci pour ton intervention un peu confuse, partiale mais bénéfique ».

Gandalla Sokoya :« Mahamat Saleh Brahim, présumé criminel, coupable, délinquant. Il n'y a pas de suspect sans suspicion et il n'y aura non plus de peine sans infraction. Il faudrait que la police judiciaire établie le lien de causalité entre la victime le, couple et son complice. Et ensuite arrête nous donne de fil à retordre, car les éléments contenue dans la boîte de puzzle l'incriminé pour complicité. Dans ce cas nous verrons que la responsabilité est individuelle ou collective ! »

Mahamat Saleh Brahim : « Mr Gandala Sokoya, vous déjà à travers votre nom on sait certainement que vous êtes un régionaliste et il est difficile pour les régionalistes de faire un débat, un criminel un délinquant un suspect c’est la même chose pour vous ? Mais pourquoi les qualifications sont différentes selon vous donc je te conseille d’aller à la toilette avant d’apprendre quelques notions de droit pénal ».

Gandalla Sokoya : «  Écoute c'est un juriste privatiste pénaliste et Criminologue qui vous parle Alors. Revenons à nos moutons peut importe la qualification de fait, la charge qui sera retenue contre lui ce le fond qui est (la complicité). La langue française évolue de jour au lendemain, mais ça ne va pas lui empêcher d'employé 2 ou 3 synonymes à la fois. Enlèvement et séquestration bien que la qualification sont différentes mais veux dire la même. A titre d'exemple: la, le, les, une, un, de, des. Tout ça se résume en anglais par « The ». En bref la méthodologie juridique qualifié l'auteur de l'acte et son complice par : le criminel le coupable le délinquant. Écoute je suis régionaliste peut-être par mon nom et non par mes pensées. Ici ce مناقشة الأفكار ».

Moussa Sougour Agour : « Vraiment je crois bel et bien nos constats ont fait chemin, si réellement il faut combattre l'injustice pourquoi n'est pas dénoncé l'assassinat ou meurtre que sais-je au lieu de crier pour une victime de coup et blessures ? y a-t-il une différence entre un membre de CTDDH et un paisible citoyen en matière criminelle bien sûr au regard de la justice ?Au vue de la réalité de ce qui se passe dans ce pays tout en considérant toutes les dénonciations ont été faites par cette fameuse convention ,je l'accorde un bénéfice de doute sur l'impartialité de ces qui dénoncent.

Abdraman Ali Saleh : « Moussa Sougour Agour, l’accord du bénéfice de doute sur l’impartialité de leur lutte j’en suis sur la même lignée de la pensée à moins que cette expérience (meurtre de la fille ) me fait changer d’avis. Notre combat doit être au gré de l’intérêt général et notre lutte doit être nationale voir internationale. Notre force, c’est notre union...Ainsi le Tchad de demain sera un État uni, viable, vivable et bien construit.

Hassan Abdoulaye Tom : « Au Tchad quand t’es du régime c’est un crime mais quand tu es du CDDTH c’est un délit. Quand tu es Zakhawa c’est crime contre l’humanité mais quand tu ne l’es pas c’est la légitime défense. Quand tu es un activiste ou un neveu d’Ibedou tu as le droit d’ôter la vie d’une fille et jeter à l’aéroport mais quand tu es un Zakhawa ou MPS le viole est le plus horrible crime. Hypocrisie de la justice ».

Abdraman Ali Saleh : « Hassan Abdoulaye Tom, une justice de deux poids, deux mesures vis-à-vis d'autres. C’est tout simplement pathétique et injuste ».

Gandalla Sokoya : «  Hassan Abdoulaye Tom, tellement que l'hypocrisie bat son plein essor. un jour ils vont dire que révise la constitution ou adopter un projet loi qui soit disant que naître Zaghawa est un « crime ».

Mahamat Saleh Brahim: « Hassan Abdoulaye Tom, nul n’est au dessus de la loi donc il n’y a pas une exception pour vous ».

Abdraman Ali Saleh : «  Ahmat Ouchar Aldjazouli, d’où le mot présumé criminel ou acharnement car leur culpabilité n’a pas été légalement démontrée, si non on les appellera tout simplement des criminels mais heureusement on respecte le principe «Chacun a droit au respect de la présomption d'innocence.»

Ahmat Ouchar Aldjazouli : « Il n'y a nulle part mentionné dans tous article qu'ils sont présumés innocents. T'es partie de la base que Malik à commis le meurtre d'où tes interrogations dans le 3ieme paragraphe ».

Ahmat Ouchar Aldjazouli :«Voici ta position. Ceci est dans ton mure de publication ».

Abdraman Ali Saleh : «Déjà la base du crime j’ai commencé par le mot supposé crime qui est en droit le principe selon lequel toute personne, qui se voit reprocher une infraction, est réputée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement établie ».

Ahmat Ouchar Aldjazouli : «Abdraman Ali Saleh, tu peux lire ce qui est entre parenthèses « le crime commis par Malik ».

Abdraman Ali Saleh :«Ahmat Ouchar Aldjazouli, c’est drôle vous raisonner comment ? Cette publication n’est pas la mienne et n’engage que la responsabilité de l’auteur. Essayer de vous défendre intellectuellement et juridiquement. J’ai l’impression qu’à défaut des arguments vous tourner autour de pont »

Ahmat Ouchar Aldjazouli : « Abdraman Ali Saleh, Tu es associé sur cette publication c'est comme signé un article en commun. Si tu n'était pas d'avis tu aurais manifesté cela ».

Abdraman Ali Saleh : « Et pourtant, j’ai manifesté dans ladite publication mais tu zappes mon commentaire comme cela ne t’arrange pas ? »

Ahmat Ouchar Aldjazouli : «  Tâches de répondre sur  ce crime commis par Malik ».

Mahamat Togou : «  C’est pourquoi j’aime lire tes écris ».

Abdraman Ali Saleh : « Mahamat Togou, ce commentaire vaut mon estime réciproque ».

Nassour Bahar Mahamat : « Des criminels et pseudo défenseurs des droits humains et les complices de ce meurtre macabre doivent répondre de leurs actes. Que justice soit rendue à la famille de la jeune Fatimé. C’est pathétique »

Hassan Abdoulaye Tom : «Réponse constructive et intellectuelle. Une analyse incontestablement pertinente.Il faut bien regarder cette intervention limpide et exceptionnelle ».

Saleh Hamit Brahim : «Un bel rappel à l’ordre à ces borgnes qui n’en perçoivent qu’une partie de l’histoire en ignorant son intégralité. Nul n’a le droit d’ôter la vie à autrui. S’ils combattent vraiment l’injustice ils doivent être sincères et impartiales dans leur lutte. Un simple acharnement est moins grave face à un crime. Deby et CDHHT sont presque pareils dans leur lutte et protection car chacun essaie de protéger le côté qui lui semble bien ».

Sibey Fils : «  Qu'ils soient péris par le feu, les injustes ».

Ahmed Nessek : «  J’en doutais très longtemps de ce fameux, défenseurs des droits de l’homme. Pour défendre, il faut être neutre, et impartiale. Depuis plus d’un an, pour n’est pas indexé quelqu’un les administrateurs n’ont jamais tenté de publier l’injustice dans certains coins du pays. Et ceux prétendant défenseurs, ont la haine à certaines communautés, vues leur réactions et publications partiales.Je ne suis pas contre personnes, que Ibedou et ses complices répondent devant les tribunaux. Que la justice soit faite ».

 

La Rédaction

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article