Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Alors que le président américain traverse une séquence politique périlleuse en raison de la procédure de destitution enclenchée par les élus démocrates, on apprend depuis hier 9 décembre par l’intermédiaire de la RTBF citant l’AFP, l’information selon laquelle Amazon met en cause directement le locataire de la Maison-Blanche dans l’attribution par le Pentagone d’un gros contrat de stockage de données en ligne (cloud) d’un montant de 10 milliards de dollars à Microsoft. Il lui est reproché le fait d’avoir influencé l’attribution fin octobre dudit marché à Microsoft. C’est un document judiciaire rendu public lundi, qui atteste la véracité. Les dirigeants du géant du commerce en ligne estiment que le président américain a «mené de manière répétée des attaques publiques et en coulisses » pour qu’Amazone n’obtienne pas ce juteux contrat JEDI (Join Entreprise Defense Infrastrucure), d’une durée de dix ans visant à moderniser l’ensemble des systèmes informatiques de l’armée américaine dans un système géré par intelligence artificielle. Et pourtant, la division Amazon Web Services (AWS), qui domine le secteur du « cloud computing » et fournit des services sécurisés à d’autres organismes américains, dont la CIA, était considérée comme favorite pour l’obtention  du contrat. En revanche, un document d’une centaine de pages laisse penser que l’inimitié de Donald Trump envers le patron d’Amazon Jeff Bezos, était « perçue comme un ennemi politique », a pesé de tout son poids dans la décision du Pentagone.

 

Donald Trump se montre particulièrement très virulent envers monsieur Bezos, notamment en raison de son investissement dans le Washington Post, un des meilleurs journaux quotidiens parmi les plus critiques  de monsieur Trump et de son gouvernement. «Le président des Etats-Unis et commandant en chef de notre armée s’est servi de son pouvoir pour +dégager Amazon+ du contrat JEDI dans le cadre d’une vendetta personnelle et hautement médiatisée contre monsieur Bezos, Américain et Washington Post », contient le document. La réaction d’Amazon ne  s’est pas faite pour  attendre pour demander au Pentagone de « réévaluer les offres de manière juste et sans influence inappropriée, directe ou indirecte ». «La question à se poser est la suivante : le président des Etats-Unis devrait-il être autorisé à utiliser le budget de la Défense à des fins personnelles et politiques ?, martèle le groupe. Selon une porte-parole de Pentagone, elle estime que la décision avait été prise « conformément au processus normal de sélection des sources » et qu’aucune pression extérieure n’avait été subie. Le ministère « est confiant dans le choix d’attribution du contrat JEDI », a-t-elle poursuivi. Il est évident que cette plainte du géant Amazon «va faire du bruit et entraîner des délais dans le démarrage du contrat », regrette Daniel Ives, du cabinet d’analystes Wedbush Securities «mais nous ne pensons pas que cela va changer le résultat ». Le marché des services d’informatique à distance en plein essor connaîtra un réel changement. Le contrat JEDI « change la donne en faveur de Microsoft », assure Daniel Ives. «Cette victoire va avoir des conséquences en chaîne pour l’activité cloud du groupe sur des années ».

Moussa S. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article