Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

« Monsieur Kabadi, assumez vos actes devant ce peuple qui vous a envoyé un temps dans ce perchoir, lequel vous donne aujourd’hui droit de la tuer  en guise de reconnaissance ! Alors que votre véhicule de fonction, acheté avec l'argent des contribuables a déjà dépassé le pauvre le « Bonheur », puisque c'est de ce malheureux qu'il s'agit, vos sbires lui tirent dessus pour l'assassiner ! Pourquoi, pourquoi monsieur Kabadi? Est-il une menace après que vous l'ayez dépassé? Était-il armé ? Et même si c'est le cas, a-t-on besoin de lui tirer dessus dès lors qu'il hors de votre champ visuel ? Aujourd’hui, vous avez laissé vos sbires tuer un pauvre diplômé sans emploi et qui s'est transformé en Clandoman pour nourrir sa famille. En rappel, vous n'avez jamais été capable de défendre la cause de cette jeunesse à accéder à la fonction publique ou lui offrir d'autres opportunités pour s'épanouir !De juillet 2018 au 04 novembre 2019, vous avez à votre actif deux jeunes victimes, toutes atteintes par balles et malheureusement, le dernier a succombé à ses blessures !Monsieur Kabadi, depuis votre législature régulière à celle qui vous est offerte par le Chef de L'État, quel est ce Tchadien qui a constitué une entrave à vous ? Lors du passage de votre fameux convoi, vos chauffeurs roulent à tombeau ouvert alors qu'ils circulent dans la ville et vous, tranquillement, les laissez faire! » Telle est la première partie du message d'indignation de Me Hissein Ngaro qu’il eut décidé d’adresser en toute âme et conscience à l’endroit du Président de l’Assemblée nationale tchadienne Haroun Kabadi après la mort  hier mardi 05 novembre 2019 d’un homme, un certain Bonheur Mateyan ,dont le corps criblé par d'impacts de balles causés par les tirs d’un policier au passage du cortège . Selon les informations qui circulent sur le net, l’incident a eu lieu en fin de journée à Chagoua , dans le 7ème arrondissement de la Capitale tchadienne, en face du Centre Don Bosco de la Mission Catholique en plein embouteillage. Selon toujours ces informations partagées par les internautes tchadiens, la victime qui circulait à moto a reçu deux balles dans l’abdomen. Il a aussitôt été  évacué d’urgence à l’Hôpital Général de Référence Nationale dans un état critique. Malheureusement monsieur Bonheur Mateyan finit par succomber à ses blessures au sein de cet établissement sanitaire.

Dans le second paragraphe, Me Hissein Ngaro a du mal à contenir sa colère face à un acte aussi grave :« Aujourd’hui, laissez-moi-vous dire ceci : Si durant votre législature régulière, aucun Tchadien ne vous a voulu du mal, ce n’est pas pendant cette période de bonus (législature par décret) que quelqu’un comme cette pauvre victime vous en voudra ! Monsieur Kabadi, après ce forfait dont vous êtes le premier responsable, je me permets de vous dire que désormais, vous êtes : indigne de vous comporter comme représentant d'un peuple qui se fait tuer par balles; indigne d'arborer l'emblème d'une Législature dont vous n'êtes plus le mandataire légal depuis des années; indigne d'entrer dans les locaux de notre Assemblée nationale qui est une propriété du peuple Tchadien. En d'autres termes, vous n'avez plus aucune légitimité du peuple qui vous l'a octroyé pour une période bien déterminée et vous n'avez désormais aucune qualité pour nous représenter où que ce soit parce que vous avez perdu tout dignité depuis le 04 novembre 2019.En attendant de plier bagages, livrez l'auteur de ce crime crapuleux à la justice et faîtes vos dépositions en tant que justiciable pour rapporter la preuve contraire de toute implication dans ce crime odieux ! » Il faut aussi préciser que les raisons ayant poussé le motard de l’escorte d’après toujours les internautes à ouvrir le feu, demeurent jusqu’à présent floues. Beaucoup d’internautes racontent que des témoins eurent déclaré qu’ils ne connaissent pas les raisons exactes des tirs. D’autres estiment que le jeune motard n’a pas été pris en charge à temps. Et c’est dans un tel contexte que depuis hier mardi 05 novembre 2019, cette bavure policière a suscité l’indignation au sein des réseaux sociaux  sans oublier les réactions multiples des défenseurs des Droits de l’Homme et quelques hommes politiques eurent dénoncé  cet agissement macabre et odieux d'un agent de police affecté pour assurer la sécurité du président de l'Assemblée nationale.

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article