Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

«Notre Tchad des paradoxes», un titre choisi délibérément par le secrétaire général de la Convention Tchadienne de Défense des Droits de l’Homme(CTDDH) pour sa redoutable analyse politique publiée sur son espace Facebook dimanche 03 novembre 2019 au moment où les militants et tous les dinosaures du Mouvement Patriotique du Salut(MPS) venus de tous les coins du Tchad clôturaient le 8ème Congrès de leur Parti. C’est un cri d’alarme ou un appel au secours lancé par monsieur Mahamat Nour Ahmed Ibedou en tant que l’homme fort de la société civile tchadienne face à ce poids de misère et cynisme qui pèsent sur les épaules des populations démunies ne sachant plus à quel saint se vouer. Qui peut faire mieux? En tout cas, c’est impossible de rester insensible en lisant  un texte si poignant qui dénonce les violations des droits les plus élémentaires des populations tchadiennes bafoués par l’autoritarisme d'un homme, Idriss Deby Itno en perpétuel auto-satisfaction, pourtant, tout semble aller à vau-l'eau. Mais il n'est responsable de rien, au contraire il se permet de lâcher des  phrases complètement stériles du genre : « ça fait 30 ans que nous avons appris à nous connaître,30 ans que nous avons appris à connaître les besoins réels et légitimes du peuple». Fort heureusement, son discours  prononcé de façon irréfléchie a été balayé d’un revers de mains par cet acteur majeur de la société civile en la personne  de monsieur Mahamat Nour Ahmed Ibedou de la CTDDH. Un mensonge grossier qui ne pouvait pas tenir longtemps face à des citoyens qui ne sont plus surpris d'entendre souvent des fadaises de leur président de la République, aveuglé par le pouvoir et l'hystérie inqualifiable de tous ces militants venus à ce 8ème Congrès de leur parti. Un tel propos n'est rien d'autre que de la démagogie voire du populisme pour galvaniser ses partisans. En effet le secrétaire général de cette organisation défendant l’être humain et particulièrement l’Homme tchadien eut observé que :« Pendant que dans la capitale et dans certaines grandes ville du pays, des tchadiens du clan Deby se prélassent dans leurs foyers dans l'opulence la plus totale, et ne sachant pas trop comment dépenser ces immenses fortunes accumulées sur le dos du reste des tchadiens, Pendant que ces milliardaires continuent à regarder du haut de leurs châteaux avec un sadisme primaire, la misère de leurs voisins considérés par eux comme des sous hommes incapables de trouver 500 Fcfa pour faire bouillir la marmite pour leurs enfants; Pendant qu'à N’Djamena des opportunistes et autres mendiants de postes de responsabilité de tous poils se retrouvent avec quelques autres en conclave dans un forum baptisé 4e congrès du MPS; forum au cours duquel des cadres ayant perdu tout repère et toute valeur s'évertuent à trouver la meilleure formule pour faire perdurer et consolider d'avantage le pouvoir d'Idriss Deby; pendant que celui-ci qui venait de présider la cérémonie d'intronisation de son neveu avait claqué à cette occasion plus d'une dizaine de milliards de Fcfa et égorgé plus d'un millier de chameaux, festoyant sans vergogne et complètement indifférent au sort du reste de ses compatriotes qu'il a préalablement et délibérément plongé dans la misère, dans les zones sous état d''urgence, des villageois, des citoyens tchadiens continuent à vivre depuis plus de deux mois un calvaire indescriptible dans l'indifférence générale ».

Mahamat Nour Ahmed Ibedou signant cette déclaration politique au nom de son organisation eut également observé que : «Après le feu vert et l'autorisation de tuer accordée aux forces dites de l'ordre par Idriss Deby lui-même lors de l'instauration de son état d'urgence, l'hécatombe s'est abattue sur les villages des zones concernées. Sous le couvert de recherche des armes, des militaires des forces mixtes se comportant comme des forces d'occupation se livrent depuis presque deux mois à des violations graves des droits de l'Homme, des tortures, des viols de femmes, des traitements humiliants et dégradants, des atteintes graves à la dignité humaine, des rackets éhontés des biens des paysans etc. Conséquence, plus d'une centaine de villages avaient déjà été désertés par leurs habitants ; certains nomades des ferricks qui se sont vus dépossédés arbitrairement de plusieurs têtes de bétails après avoir subi des tortures, n'osent plus réclamer leurs biens de peur d'être accusés de cacher des armes et être ainsi transféré à la sinistre prison de Korotoro ;certains villageois ne sachant où aller et à quel sain se vouer sont contraints avec leurs familles de vivre en pleine brousse comme des animaux sauvages dans des conditions infrahumaines. Ceux qui se résignent à rester reçoivent plusieurs visites des hommes armés qui leurs infligent des tortures plus cruelles les unes que les autres; il est clair qu'il sera difficile dans ces conditions pour eux de se livrer cette année à la moindre activité lucrative ou génératrice de revenus; ce qui fait planer dans cette zone, le spectre d'un drame humanitaire certain. Jusqu’a quand ce calvaire que subissent nos compatriotes de l'est du pays continuera t il ? »

Enfin il termine sa réaction en  informant les Tchadiens et l’opinion internationale que :« Les correspondants, les points focaux et même les membres de la CTDDH au niveau central sont assaillis par des appels au secours et des témoignages difficilement croyables mais confirmés par plusieurs sources concordantes ou par nos correspondants eux-mêmes, témoins oculaires de ces cruautés quasi quotidiennes. Le gouvernement pour faire durer le supplice des villageois a délibérément ignoré la proposition qui lui avait été faite par la CTDDH de faire accompagner chaque détachement de militaires en mission de fouille dans les villages pour chercher des armes par des représentants des Organisations de la Société civile. Par ailleurs, la CTDDH a pu établir avec certitude le fait que les responsables de ces forces mixtes auteurs des atrocités n'obéissent à aucun responsable local de l'administration et reçoivent leurs ordres directement du ministre de la défense qui reçoit les siens du Président de la république. Idriss Deby est à cet égard le principal responsable de ces actes odieux. Nous aurions souhaité de tout cœur que les tchadiens dans leur ensemble puissent se sentir concernés par cette situation. Toutefois, la CTDDH continuera toujours à relayer les cris de détresse de ces malheureux qui ont eux aussi le droit de vivre comme les autres compatriotes. La CTDDH continuera toujours et ne se lassera donc jamais de lancer des alertes en direction de tous ses partenaires internationaux jusqu'à ce que cette barbarie s'arrête ».

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article