Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Dans une lettre dressée le jeudi 24 octobre 2019 par le Professeur Avocksouma Djona Atchenemou, adressée  respectivement à monsieur le ministre en Charge de la Sécurité publique de son pays et au Directeur général de la police, l’enseignant chercheur attire justement  leur attention sur cette tentative d’assassinat survenue le mercredi 23 octobre 2019, le visant directement. Selon l'enseignant chercheur, ce jour mercredi 23 octobre 2019, aux environs de 21 heures, alors qu’il rentrait chez lui à 200 mètres de la nationale 1 en venant de N’Djamena la capitale tchadienne  via Koundoul, il a été pris en chasse par deux personnes sur une moto cross, dont l’un tenait une puissante lampe torche qu’il braquait cyniquement sur lui.

«J’ai accéléré pendant qu’ils me poursuivaient », raconte-t-il ; «mais j’ai eu la vie sauve lorsque j’avais bifurqué légèrement à gauche les laissant continuer vers la droite », termine-t-il son témoignage. Selon toujours le professeur Avocksouma Djona Atchenemou, le mauvais état de la route avait bloqué leur progression, ce qui lui laissa l’avantage de continuer en direction de sa maison. Après cette tentative infructueuse, ils prirent la fuite. Mais ce n’est pas encore fini. Puisque l’Enseignant chercheur constate que deux autres personnes, dont l’un était habillé en djellaba (habit traditionnel porté par des hommes) étaient cachés dans son champ de mil et lorsqu’ils l’ont vu ressortir de chez lui,ils prirent aussi la fuite .Ce qui montre finalement que les quatre personnes agissaient de façon concertée. Il indique également dans cette lettre adressée aux  deux responsables en charge des questions de sécurité nationale, qu’il habite à droite sur la route qui mène à l’Ecole Nationale de la Police. Il ajoute aussi que quelques voisins qui les avaient entendus ont affirmé que les deux hommes qui étaient à moto s’exprimaient en langue arabe. «Je vous envoie cette note afin que vous preniez les dispositions qui s’imposent en pareille circonstance », a-t-il conclu.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article