Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

La question de monsieur Abakar Assileck Halata, ce farouche opposant au régime de N’Djaména  en exil en France depuis déjà plusieurs années, est tirée de son analyse politique publiée sur le net depuis le samedi 05 octobre 2019.Titrés : « La diversion du tyran Deby ! », les écrits de monsieur Abakar Assileck Halata  ,donnent dans un premier temps l’information  sur  un sommet réunissant respectivement durant trois jours (du 2 au 05 octobre 2019) des anciens présidents de la République à la personne de  Goodluck Jonathan du Nigéria, Nicéphore Soglo du Benin, Amos Sawyer du Libéria, Mahamane Ousmane du Niger et Mme Samba Penza Catherine de la Centrafrique.Il ya aussi celui du Sao tomé Michel Travoda, du Libéria Sirleaf Elen et leur hôte le président nigérien Mahamadou Issouffou.Il fut organisée au Niger dans ce pays situé en Afrique de l’Ouest par  l’Institut National Démocratique (NDI). Selon toujours monsieur Abakar Assileck Halata,le principal sujet abordé était celui de la limitation constitutionnelle des mandats présidentiels en Afrique.

C’est là où son analyse a son sens d’être, d’autant plus que son second point met en exergue l’absence de manque d’alternance politique dans son pays le Tchad où l’actuel président a sensiblement 29 ans au pouvoir. On voit apparaître à travers sa réaction publiée sur le net depuis le samedi 05 octobre, la déception de cet opposant et activiste politique tchadien  pour n’avoir pas vu Idriss Deby Itno prendre part à ce grand sommet africain sur la limitation constitutionnelle des mandats présidentiels en Afrique. Selon lui, le tyran du Tchad Idriss Deby Itno divertit les Tchadiens en improvisant sa présence à la rencontre des gouverneurs , soulignons que la plupart d’entre eux sont ses généraux dans l’armée , une contradiction totale avec l’accord signé entre lui et l’Opposition Démocratique (CPDC) .Il pense que l’absence du président tchadien Idriss Deby Itno à cette rencontre organisée par l’Institut National Démocratique (NDI) a pour but de désorienter le regard de son peuple  sur le sommet de Niamey ayant abordé la question des milites des mandats et de l’alternance démocratique. Selon toujours monsieur Abakar Assileck Halata,  le dictateur Deby fait une déclaration est interdit formellement la « Dia » (prix du sang), qui normalement devrait être débattu au sein du parlement par les représentants du peuple, puisqu’ils ont cessé d’exister depuis 2015, Deby joue ce rôle, il incarne toutes les institutions de la République (législatif- exécutif et le judiciaire) pourquoi ? Ce sont toutes ses raisons ayant poussé cet opposant et activiste politique  d’inviter ses compatriotes internautes à ne pas tomber dans le piège du tyran et surtout de partager au maximum les recommandations de ce sommet de Niamey. Il termine sa réaction politique en indiquant que le président Issouffou du Niger a rappelé lors de ce sommet réunissant un bon nombre d’anciens présidents africains qu’en Afrique, le débat sur le constitutionnalisme pour la consolidation de la démocratie et le transfert pacifique du pouvoir se concentre surtout sur un point essentiel : « celui de la limitation du nombre de mandats » avant de souligner que « le peuple aspire au changement de manière périodique et la limitation de mandats lui offre cette opportunité » tout en précisant que « en Afrique, 35 pays limitent les mandats, 12 n’ont aucune limitation, six ont aboli la limitation et deux ont modifie » .

A.Z.B

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article