Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le président brésilien a encore attiré l’attention sur lui en publiant depuis son compte Twitter, une vidéo assimilant la Cour suprême à une hyène, apprend-on de source médiatique. C’est le quotidien Estado de. Paulo qui révèle mardi l’information rendue publique par le journal de Montréal en collaboration avec l’AFP, le mardi 29 octobre 2019. Après avoir publié la vidéo polémique, le président d’extrême droite, a affirmé au journal pauliste que le partage de cette vidéo était une « erreur » et a aussitôt présenté des « excuses publiques » à la Cour suprême, dont l’un des juges l’a sévèrement épinglé lundi soir pour manque de «stature présidentielle». Dans ce tweet controversé,  supprimé deux heures après sa publication, on y voit dans une vidéo, le président Bolsonaro représenté par un lion être harcelé par des hyènes, l’une d’elles symbolisant la Cour suprême, et d’autres l’ONU ou des partis politiques et médias brésiliens hostiles- comme l’Estado de S.Paulo lui-même.

Le juge Celso de Mello de la Cour suprême s’en est violemment pris lundi à Jaïr Bolsonaro après la publication de ladite vidéo. «L’audace présidentielle semble sans limite (…) car la vidéo comparant de façon offensante la Cour suprême à une hyène la fait passer, de façon absurde, grossière et erronée, comme l’un de ses opposants », a indiqué le juge Mello dans un communiqué. «Ce comportement caractérise non seulement une absence totale de stature présidentielle mais montre également une méconnaissance de la séparation entre les pouvoirs », se désolé-t-il. Etant le doyen de la Cour suprême, Celso de Mello est considéré comme un des garants de la légitimité de cette institution républicaine, a également averti monsieur Bolsonaro, qu’il ne devait pas se voir comme un « monarque présidentiel (…) comme si le pays était une jungle dans laquelle le lion a des pouvoirs absolus ». Harcelé par des questions gênantes des journalistes brésiliens lors d’un point de presse en Arabie Saoudite où il effectuait une visite officielle, le président brésilien a quitté illico presto les hommes de médias mardi quand un journaliste l’a interrogé sur la réaction du juge Mello. Lors d’un autre point de presse, à la sortie d’une entrevue avec prince héritier saoudien, le président brésilien a créé mardi une autre polémique en affirmant à une journaliste que «tout le monde aimerait passer l’après-midi avec un prince, surtout vous les femmes ».

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article