Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Maître Koudé Mbainaissem, avocat au barreau du Tchad a fait un point de presse le 31 août 2019, à la Maison des médias du Tchad, pour dénoncer la détention de deux journalistes, pour diffamation. Martin Inoua Doulgué et Abderaman Boukar Koyon, respectivement directeurs de publication du journal Salam Info et de l’hebdomadaire Le Moustik sont détenus à la grande Maison d’arrêt d’Amsinéné depuis le 16 août 2019. Ils sont poursuivis par Mme Toupta Boguéna, l’ex ministre tchadien de la santé publique et ancien Secrétaire exécutive de l'autorité du Bassin du Niger (ABN)  pour dénonciation calomnieuse et diffamation.Pour l’avocat Koudé Mbainaissem, les deux journalistes ont relégué simplement son point de presse du 13 juillet 2019, relatif au dossier qui oppose Toupta Boguéna à sa nièce Mémadji Henriette. En effet, poursuivie pour menace sur sa nièce, l'ex ministre de la santé publique du Tchad, Toupta Boguéna a été relaxée et renvoyée pour fins de non poursuites. Pour éclairer le public de ce qui s’oppose sa cliente à Toupta Boguéna, Me Koudé Mbainaissem a fait un point de presse le 13 juillet 2019. Suite à ce point de presse, le journal Salam Info avait écrit : « dame Toupta a été accusée par sa nièce de l’avoir violée et violentée mais aussi de l'avoir soumise à des pratiques habituelles de sorcellerie. Après l'instruction du dossier, le ministère public a requis que l'ex ministre soit retenue dans les liens de la prévention et qu'elle soit condamnée pour viol sur mineure, pratique habituelle de sorcellerie, menace à main armée, détention illégale d'arme. Mais le tribunal, après délibération, a relaxée dame Toupta. Pour Me Koudé, le droit n'a pas été dit. Malgré le certificat médical attestant que la fille a été violée, les juges ont déclaré la prévenue non coupable des faits à elle reprochés.

 

Pour l'avocat, les souffrances de cette fille sont sans commune mesure ». Avant ce compte rendu de Salam Info, l’hebdomadaire Le Moustik avait rapporté cette incroyable histoire sous la rubrique fait divers. A cause de leurs publications, les deux directeurs de publication ont été entendus par la police et envoyés en prison.Pour l’avocat de ces deux journalistes emprisonnés, leurs clients n’ont fait que rapporter les propos tenus par un avocat. « Ce que les journalistes ont fait comme travail relatif à notre point de presse, ce sont nos propos qui ont été rapportés à l’opinion publique. Ils n’ont pas connu d’infraction. C’est de la machination, des manœuvres orchestrées pour nuire, pas aux deux journalistes, mais principalement à Martin Inoua Doulgué. Mais comme il ne devait pas aller seul en prison, il fallait le faire accompagner de quelqu’un ». Selon Me Koudé Mbainaissem, il y a une cabale politico-juridique derrière ces arrestations. Il confie qu’il n’y a pas encore longtemps, le Tchadanthropus-tribune « aurait dénoncé certaines pratiques au sein de la juridiction tchadienne. Et de cette dénonciation, un groupe de personne s’acharne contre Martin Inoua Doulgué. C’est une présomption. Ils présument que Martin Inoua Doulgué serait l’un des journalistes qui aurait dû filer ces informations ».  C’est ainsi que, estime Me Koudé Mbainaissem,  des manœuvres judiciaires sont mis en place pour nuire à la personne de Martin Inoua Doulgué.L’avocat des deux journalistes incarcérés informe que la partie civile a interjeté appel et que l’affaire opposant sa cliente Mémadji Henriette à Mme Toupta Boguéna n’est pas encore éteinte. Quant à Martin Inoua Doulgué et Abderaman Boukar Koyon, ils comparaissent le 09 septembre 2019. Me Koudé Mbainaissem promet faire de grandes révélations au moment opportun.

 

Déli Sainzoumi Nestor

Directeur de la publication 

Journal Eclairages, le 3ème Œil

Tél. (+235) 62 05 37 43 /  66 53 45 72, Siège : Immeuble Marcel, Quartier Moursal, N'Djaména-Tchad

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article