Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

 

A quel but et pour quelles raisons exactes l’Etat indien sanctionne-il un tel grand nombre de personnes en les excluant de la liste de citoyenneté ? La réponse à cette question se trouve dans cet article publié depuis hier samedi 31 août 2019 par la  RTS Info où on apprend point par point que dans ce grand pays d’Asie,1,9 million de personnes, musulmanes pour la plupart, n'ont pas été incluses dans le controversé registre de citoyenneté indien finalisé par l'Etat d'Assam (nord-est), ont annoncé ce samedi les autorités.Elles risquent la déportation. Etat frontalier du Bangladesh, l'Assam a accueilli de nombreux immigrants de ce pays après la guerre d'indépendance de 1971. Pour pouvoir prétendre à la citoyenneté indienne, tous les résidents assamais doivent depuis 2015 prouver à l'Etat qu'eux-mêmes ou leurs familles se sont établis en Inde avant le conflit. Une opération de recensement qui n'existe que dans cette partie du pays.

Au total 31,1 millions d'habitants de l'Assam ont été inscrits au Registre national des citoyens (NRC), créé à l'initiative du gouvernement nationaliste hindou pour lutter contre l'immigration illégale. L'an dernier rappelle la RTS Info dans un article écrit en français facile, quatre millions de personnes étaient recensées sur une liste préliminaire.Trois semaines après la révocation de l'autonomie du Cachemire indien, la publication officielle du registre exacerbe les tensions et fait régner l'incertitude. Les 1,9 million d'Assamais exclus, musulmans pour la plupart, risquent le statut d'apatride, voire la déportation dans des centres de détention pour migrants illégaux.Ils ont 120 jours pour faire recours contre leur exclusion auprès des controversés « tribunaux pour étrangers », mis sur pied par le gouvernement de Narendra Modi. Le Bangladesh a déjà averti qu'il n'accepterait pas d'expulsés sur son territoire.Souvent pauvres ou illettrées, les populations ciblées ont de plus des difficultés à réunir les documents exigés par les autorités indiennes.

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article