Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

« Le pouvoir Tchadien sous pression?» Cette interrogation provient depuis le jeudi 11 juillet 2019 du journaliste Rémy Mallet pour le compte de la Station de la Radio Deutsche Welle (D.W) section Française. Ainsi d’après donc la publication de cette Radio Allemande  : « Idriss Deby Itno, président du Tchad, a annoncé l’octroi de subventions annuelles aux partis d'opposition, suspendues depuis des années, ainsi que le maintien des législatives pour la fin de l’année.Les mesures de décrispation ont été annoncées par Idriss Deby Itno alors que l’Union européenne et les Etats-Unis font pression pour organiser des élections et ouvrir l’espace politique. Avant la rencontre avec les partis politiques mercredi (10 juillet), le mouvement les Transformateurs s’est vu refuser, début juin, un agrément qui lui aurait permis de devenir un parti politique. Il y a eu alors des échauffourées, entre les militants du mouvement et les forces de l’ordre, qui s’en étaient notamment pris à des membres du personnel diplomatique européen. Dans la foulée, l’ambassade des Etats-Unis a appelé à un processus électoral crédible dans le pays. La pression américaine a-t-elle eu des conséquences sur le gouvernement tchadien ? Pour l’opposant Saleh Kebzabo, le pouvoir tchadien cherche à « plaire » à la communauté internationale. « En ce qui concerne la subvention, c’est un droit. C’est la loi qui le prescrit donc ça ne doit pas être au bon vouloir du président. Pour ce qui concerne les législatives, le président s’est encore aventuré à annoncer le mois de décembre. Il s’est aventuré parce que les élections ne peuvent techniquement pas  avoir lieu en décembre. Il veut plaire peut-être à certains partis politiques mais surtout à la communauté internationale pour obtenir un financement ».Selon Saleh Kebzabo, les conditions ne sont pas réunies pour organiser des élections en décembre, le délai lui paraissant trop court notamment pour le recensement électoral.  Du côté du pouvoir, on réfute toute pression de la communauté internationale. Mahamat Zène Bada est le secrétaire général du MPS, le parti au pouvoir. « Nous n’avons pas besoin de plaire à qui que ce soit. Nous sommes un pays souverain. Et les élections sont une affaire de souveraineté. Nous ne subissons aucune pression. Et nous avons dit que c’est le Tchad qui organise les élections. Si les partenaires veulent nous aider, ils nous aident. Mais s’ils n’aident pas après tout ce n’est qu’une aide. Et les élections vont avoir lieu, quoi qu'il arrive ».Les législatives au Tchad ont été reportées à plusieurs reprises depuis 2015. Mais au-delà des appels à un processus électoral crédible, le régime du président Déby demeure un allié des puissances occidentales en matière de lutte contre le terrorisme ». 

« M. Deby, ces retraités et anciens combattants ont donné leur vie de dur labeur au Tchad. Aujourd'hui, ils croupissent dans l'extrême pauvreté et un parcours insupportable pour avoir leurs pensions. Ils sont organisés en syndicats et le gouverneur de N’Djamena les tourne dans la farine comme des moins que rien pour un petit bout de papier qu'on appelle récépissé. Ta retraite est garantie mais agis pour soulager leur retraite. Chers camarades vous imaginez qu'on aura une retraite comme eux? C'est flagrant et plein de méchanceté que Le Régime de DEBY les accompagne vers une mort lente. C'est trop. Je nous invite à rejoindre le Syndicat National des Retraités civils, militaires, veuves et Orphelins du Tchad (SYNAREVOT) ».Ce message, on le retrouve depuis jeudi 11 juillet 2019 sur l’espace Facebook de Demba Karyom qui se dit très en colère contre le gouvernement de son pays dirigé par Idriss Deby Itno.

 

La journaliste et Fondatrice de la Station de Radio Dja-FM Zara Mahamat Yacoub pense que les camions gros porteurs doivent respecter la circulation.S’appuyant sur une source de la mairie de N’Djaména la capitale publiée depuis le mardi 09 juillet 2019, « le  maire de la ville de N'Djamena, Saleh Abdelaziz Damane, a dénoncé lundi, le non respect des règles et horaires de circulation des gros porteurs dans la capitale.« Ces derniers temps, il y a des gros porteurs qui circulent dans la ville. Certains gros porteurs ont des autorisations du maire pour des cas exceptionnels tels que l'armée française, des hôpitaux. En dehors de ça, si vous voyez des gros porteurs stationnés ou circulent dans la ville, ce n’est pas vraiment dans la logique. C'est de l'incivisme », a-t-il expliqué. Les mesures sont là, c'est de 22 heures à 6 heures du matin ». Il a précise que « l'arrêté est toujours valable et (que) normalement les commerçants doivent respecter cet arrêté ».

 

Hier jeudi 11 juillet 2019, c’est le  début où cette information selon laquelle la sociologue et réalisatrice Tchadienne, Aché Coelo a été choisie par le président français, Emmanuel Macron, comme membre du Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA),circule sur le net. Selon toujours cette information, « pendant que la Tchadienne Aché Coelo s’apprête à siéger au jury de la 22ème édition du festival Ecran noir à Yaoundé, Aché Coelo, cette jeune tchadienne, elle entend sa nomination  au Conseil présidentiel pour l’Afrique. Elle fait son entrée au CPA avec cinq autres nouveaux membres. Il s’agit de : Mbaye Diallo, professeur des universités, Sénégalais de 38 ans ; Patrick Fandio, journaliste d’origine camerounaise de 44 ans ; Florelle Manda, journaliste d’origine congolaise et sénégalaise de 39 ans, et Bourry Ndao, entrepreneuse sénégalaise de 41 ans. Ils remplaceront Elisabeth Gomis et Karim Sy, appelés respectivement à de nouvelles fonctions au sein de la saison culturelle « Africa 2020 » et de l’initiative « Digital Africa ». Aché Coelo est à ce jour la deuxième tchadienne à siéger au sein du CPA après Vanessa Moungar. Le CPA est une structure dont l’objectif est de servir l’ambition et de s’appuyer davantage sur les diasporas africaines pour construire une « nouvelle relation » entre la France et les pays africains.« Le CPA a été créé pour concevoir et mettre en œuvre le discours de Ouagadougou en 2017. Cela reste un enjeu central, mais nous souhaitons aussi construire une relation privilégiée avec les diasporas établies en France », explique l’Élysée à nos confrères de Jeune Afrique ».

 

Monsieur Ramadan Souleymane a écrit depuis hier jeudi 11 juillet 2019 : « qu’Au Tchad de Deby, on organise un forum sur le numérique pendant que toute la ville est plongée dans le noir et l'Internet coupé ».

 

Quatre de ses compatriotes ont réagi par rapport à son opinion

Basile Nguerko Tarsanguem : «  Maître, ça peut être une confusion du côté du gouvernement !!! C'est-à-dire peut être que le gouvernement ne connaît pas le sens du mot numérique ».

Demba Karyom : « C'est un pays de merde avec des dirigeants de merde. Ils ne connaissent pas Internet et ont grandi avec les lampes à pétrole. Tchad en péril »

Abdramane Sakine : « C'est normal parce-que chez lui il n' y a pas  de coupure »

Mahamat Alkher Alhabbo : «  Ce sont là les incongruités de la 4ème République ».

 
La Rédaction
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article