Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le climat politique s'est largement détérioré depuis les révélations embarrassantes qui touchent un membre important du gouvernement italien. C'est le Journal de dimanche daté du 16 juillet qui a divulgué l'information compromettante pour le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini. De graves soupçons de financement russe pèsent à l'encontre du parti la Ligue auquel appartient monsieur Salvini. Il y a déjà une semaine que le site américain Buzzfeed News a rendu public l'enregistrement d'une rencontre entre trois Italiens et trois Russes, précisément en octobre 2018, à l'hôtel Metropol de Moscou. Au nombre des participants figuraient le nommé Gianluca Savoini, considéré comme l'un des principaux contacts de la Ligue, le parti de Matteo Salvini, avec la Russie. L'hebdomadaire italien l'Expresso en avait fait écho en février, mais l’enregistrement de BuzzFeed apporte un sérieux discrédit sur le premier parti du pays. Les discussions entre les six hommes portaient sur un accord pour détourner vers la Ligue 65 millions de dollars soit un peu moins de 60 millions d'euros en provenance d'une transaction d'achat de pétrole russe via des intermédiaires. Selon Buzzfeed, ces échanges avaient un sous-jacent politique : «Saper les démocraties libérales et façonner une nouvelle Europe nationaliste alignée sur Moscou». Une enquête a été ouverte en février sur des soupçons de corruption internationale mais les choses se sont accélérées la semaine écoulée. Des procureurs italiens ont entendu lundi Gianluca Salvoini, qui dénonce «une mystification, une tromperie, une saleté». Cet ancien journaliste de 56 ans, marié à une Russe, est le président de l'association Lombardie-Russie. Lors de cette rencontre qui s'est tenue le 18 octobre, celui-ci laissait entendre, selon l'enrengistrement de Buzzfeed : «Les élections européennes auront lieu en mai prochain. Nous voulons changer l'Europe. Une nouvelle Europe doit être proche de la Russie comme avant parce que nous voulons avoir notre souveraineté». On ignore si l'accord financier a pu être conclu, mais la polémique enfle en Italie et Matteo Salvini en personne a été obligé de réagir. Je n'ai jamais pris un rouble, un euro ou un litre de vodka de financement de la Russie », s'est-il défendu. L'homme fort du gouvernement italien voue une admiration inqualifiable pour le président russe Vladimir Poutine, qu'il a rencontré à plusieurs reprises avant d'accéder au pouvoir, et le président russe a évoqué lors de son entretien avec le Pape la semaine dernière «un accord de coopération » entre son parti Russie unie et la Ligue.

Mais Matteo Salvini assure que son admiration et son combat contre les sanctions européennes imposées à la Russie se font sans arrières-pensée: c'est «gratis ». Pour la Ligue, cette enquête vient s'ajouter à celle sur le sort de 49 millions d'euros de fonds publics indûment perçus par le parti en 2008-2010, avant l'arrivée en 2013 de monsieur Salvini à la tête du parti. L’échelonnement sur plusieurs décennies que la Ligue a obtenu pour rembourser passe mal dans l'opposition, et le sujet est sensible pour le ministre de l'Intérieur. La grogne gagne même les bancs du Parlement où les députés italiens notamment les élus de l'opposition ont brandi des panneaux frappés des deux chiffres «49 millions» et «65 millions» pour réclamer des explications, alors que Matteo Renzi, l'ancien chef du gouvernement, a qualifié les discussions de Gianluca Savoini de «haute trahison». L'Affaire est d'autant plus gênante qu'elle rappelle la vidéo tournée en caméra cachée sur laquelle le nationaliste autrichien Heinz-Christian Strache se montrait disposé à se compromettre en échange de financements russes. Ce qui l'avait poussé dans la foulée à démissionner, en mai dernier. Depuis, le gouvernement italien s'est défaussé sur Gianluca Savoini : «Je ne l'ai jamais rencontré personnellement», a fermement déclaré le chef du gouvernement, Giuseppe Conte. Malgré tout, il était invité au dîner qu'il a donné à Vladimir Poutine lors de son arrivée à Rome. «Il n'était pas invité par le ministère de l'Intérieur», s'est dédouané Matteo Salvini, avant de s'emporter vendredi dernier lors d'une conférence de presse. «Les gars, laissez-moi faire mon travail sérieusement. Cherchez les roubles, bonne chance, et moi je fais mon travail. Je trouve cette enquête ridicule», a-t-il lancé en laissant entendre que les attaques de la presse contre lui étaient la raison pour laquelle les journaux «se vendaient de moins en moins ». Et pourtant l'affaire faisait encore la une de tous les journaux le week-end dernier : « Salvini ne pouvait pas ne pas savoir », titrait par exemple le quotidien La Repubblica.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article