Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

C'est une information assez surprenante qui a suscité une vague d'indignation sur les réseaux sociaux après la publication le 29 juillet d'un article signé Claudia Cohen. Le site du journal Le Figaro révèle qu'une infirmière a obtenu un avis défavorable à sa demande de naturalisation déposée à la préfecture du Val-de-Marne, au motif qu'elle «travaille trop». Selon une source médiatique crédible, la demandeuse recalée, a adressé un courrier au ministère de l'Intérieur. Tout le monde est en droit de se poser la question suivante : En quoi dépasser le temps de travail légal en France, constituerait-il un motif solide pour se voir refuser la nationalité française ? La préfecture du Val-de-Marne répond sans détour : «travailler trop» peut en effet porter préjudice à son titulaire. Le mois écoulé, une infirmière âgée de 45 ans, domiciliée dans le département 94, s'est vue ajourner sa demande de naturalisation, pour une période de deux ans, au motif du «non respect de la loi».

La lettre de refus, à lui envoyer par sa préfecture en premier lieu sur le réseau social Twitter par un ami de l’infirmière, a suscité une vague d'incompréhensions et de protestations de la part des internautes. Joint au téléphone par nos confrères de 20minites, la préfecture a bien confirmé l'authenticité du courrier officiel. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a été bien le destinataire d'un courrier de la part de la demandeuse déboutée afin qu'il examine de plus près sa demande, apprend-on via Le Parisien. Dans sa requête, l'infirmière s'insurge contre l'injustice de sa situation, et souhaite surtout que l’État ne pénalise pas ses trois enfants, pour qui elle avait également fait une demande de naturalisation. L'infirmière se voit clairement reprocher le fait de cumuler trois emplois totalisant en moyenne près de 271 heures de travail par mois, soit 59 heures de travail par semaine, est considérée en infraction «au regard de la réglementation sur le temps de travail en France». Cette dernière limite à 48 heures par semaine et «44 heures par semaine en moyenne sur une période de douze jours consécutifs», selon le site service-public. Cependant, sur Twitter, de nombreux internautes n'ont pas manqué de faire signaler que le dépassement du temps de travail était une pratique très courante dans le milieu hospitalier français.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article