Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Existe-t-il des arrières pensées derrière une telle décision? En effet, les autorités zimbabwéennes envisagent de se retirer de l'accord qui interdit le commerce des espèces animales menacées afin de vendre le très rémunérateur stock d'ivoire dont il aurait tant besoin pour entretenir ses parcs, a-t-on appris mardi auprès des autorités. Englué dans une grave crise économique selon la description de l’Agence Belga de mardi 11 juin 2019 pour le compte de la RTBF, le pays a accumulé au cours des trois dernières décennies des réserves d'ivoire d'une valeur estimée à 300 millions de dollars qu'il ne peut monnayer en vertu d'une convention internationale (CITES) signée en 1989. « Nous disons que nous devons être autorisés à vendre, nous avons donc fait une proposition conjointe à la CITES », a déclaré à l'AFP Tinashe Farawo, un porte-parole de l'Autorité zimbabwéenne de gestion des parcs et de la faune.
Avec le Botswana, la Zambie et la Namibie cite l’Agence Belga sous forme d’exemple concret, le Zimbabwe a proposé de faire passer les éléphants, dont ces pays accueillent une large part de la population africaine, sur la liste 2 de la CITES, qui autoriserait la vente de leur ivoire sous certaines conditions notamment en trophées de chasse. « Les populations qui vivent près des réserves doivent profiter de la présence des éléphants grâce à la vente de leur ivoire », a estimé Tinashe Farawo. « Ce sont eux qui perdent les leurs du fait des conflits entre animaux et humains et leurs moyens de subsistance à causes des destructions causées par les éléphants », a-t-il insisté. « Que ceux qui nous interdisent de vendre (de l'ivoire) nous donnent de l'argent pour gérer nos parcs », a poursuivi le porte-parole, « la CITES devait réguler le commerce des espèces menacées, s'il n'y a pas de commerce du tout, elle ne sert plus à rien ».Ces dix dernières années, le nombre de pachydermes africains s'est rétréci de 110.000 pour atteindre 415.000 spécimens, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN).Quelque 40.000 éléphants africains sont victimes chaque année du braconnage.Le Botswana a décidé le mois dernier de rétablir la chasse aux éléphants pour mieux en contrôler la population, suscitant l'indignation de nombreuses ONG de défense de la faune.Le Zimbabwe, qui accueille 84.000 éléphants, en vend régulièrement à la Chine, pour financer leur protection.
A
hmat Zéïdane Bichara
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article