Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Pour beaucoup de lecteurs tchadiens qui prendraient connaissance de ce texte à caractère politique signé Don Ebert, membre du Mouvement les Transformateurs, accessible en ligne depuis hier samedi 08 juin 2019 sous le titre très ambitieux : « Nous réécrivons l’histoire de notre pays… ». C’est un véritable éloge en faveur de l’engagement politique de tous les membres du jeune Mouvement les Transformateurs. Bien qu’il ne cite aucun nom, on comprend facilement l'orientation politique de son message. En réalité, il s'agit tantôt d'une diatribe dirigée contre les tenants du pouvoir actuel, tantôt d'une opération de glorification de soi-même ou des militants du Mouvement les Transformateurs. D’ailleurs il ne s'en cache pas et le fait savoir aux lecteurs à travers l’utilisation du pronom personnel « Nous » ci-haut dans le titre de son analyse : « Nous réécrivons l’histoire de notre pays … »L’utilisation du pronom personnel « nous » domine quasiment la réaction de monsieur Don Ebert: « C'est un véritable Roman National ! Nous venons de tous les angles du Tchad, des territoires de la relégation sociale, culturelle et ethnique…Nous sommes de ces territoires de l’étrange et des fantasmes, de ces territoires qui cristallisent tous les refoulés d’un Tchad à qui l’on impose la peur bleue…Nous sommes de ces quartiers populaires mais remplis d’histoires, bouillons de cultures où ces dernières coexistent, se parlent, se marient quelques fois…Nous sommes de ces terreaux de mémoires fertiles, lieux de vies multiples, endroits de toutes les luttes, de tous les cris d’espoir, terrains vagues d’émergences et d’innovations malgré les vents contraires…Nous sommes de ces habitants hommes et femmes qui, par souci de Transformation profonde de leur pays, ont décidé de se remettre ensemble en scène…Nous voilà ! Transformatrices et Transformateurs, compatriotes, frères et sœurs ! Du silence à la parole, du coup de gueule à l’action, nos œuvres racontent nos mémoires collectives, nos héritages et nos patrimoines communs…Tchadiens d’ici et d’ailleurs, nous réécrivons ensemble les pages manquantes de l’Histoire de notre beau pays… Il y aura clairement des Lecteurs et des écrivains de cette Histoire… »

C'est une véritable rhétorique drapée des couleurs du narcissisme politique, qui requiert une certaine maturité intellectuelle pour saisir la profondeur. Un discours qui ne peut pas échappé à la vision des lecteurs avisés.Comme eut pensé Brahim Ouaicha, enseignant chercheur marocain en 1981 : « Le discours politique est un jardin chimérique orné de fleurs de rhétorique ». Et André Frossard journaliste 1915-1995 donne son observation sur le même sujet en estimant que : « Le discours politique vole bas, mais il n’atterrit jamais ».Trouve-t-on un rapprochement avec celui de Don Ebert du Mouvement les Transformateurs avec ces deux citations ci-dessus ? Ce n’est pas une simple affaire de l’avouer, mais libre à chacun de vous de se forger sa propre opinion, voire même de réagir après avoir lu ce second et dernier paragraphe du texte hautement politique de Don Ebert : « De l’Histoire de ce Tchad pluriel dont la diversité culturelle et les vagues des fleuves et du sable ont construit l’identité singulière jusqu’ici, la richesse et la beauté…Nous sommes de ce Tchad majuscule qui nous redonne subitement vie. De toutes les périphéries, nous sommes les périphéries et nous marchons vers le centre…Nous ne sommes pas des lâches. Nous ne sommes pas des victimes, mais des résistants. Nous ne sommes pas de sombres spectateurs, mais des acteurs éclairés d’un destin commun…Nous portons aujourd’hui par nos actes le combat pour la dignité et l’égalité des droits. Nous sommes le fruit et les dépositaires des mémoires ouvrières, des mémoires des luttes sociales…Celles que nous mimons, chantons, que nous dansons et que nous rejouons comme des pièces du Répertoire… celles dont nous transmettons la richesse et l’humanité…Produites dans le champ de la culture politique et démocratique, nos œuvres sont autant d’espaces, d’instants, de croisements humains, d’expression citoyenne…Elles sont autant d’actes vecteurs d’émancipation, de renouveau culturel et de Transformation sociale... Elles nous portent, et nous la portons. Elles nous racontent au monde, et elles racontent le monde à travers nous…Notre projet de société met en synergie la diversité des formes, croise les horizons, revisite et questionne les traditions, les patrimoines, valorise les émergences et suscite la régénérescence des formes…Nos écritures et plumes sont celles du réel, celles du ter-ter… du terrain. De cette poésie tchadienne dont l’encre est désormais faite du sang des combattants de la liberté, de la sueur des marcheurs, de la suie des travailleurs du sous-sol et des larmes des mères…Politiquement, nos œuvres sont des armes miraculeuses de lutte contre les discriminations, les inégalités, la haine et le rejet de l’Autre…Nous sommes des Transformatrices et Transformateurs ! »

Choix et commentaire de la Rédaction 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article