Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L’information portant la signature de la RTBF avec ses Agences, fut publiée depuis ce matin de dimanche 07 avril 2019 où les reporters eut notifié que Charles Michel a pris la parole à l'occasion des 25 ans du génocide des Tutsis au Rwanda. Le Premier ministre a reconnu « l’échec de la communauté internationale qui n’a pas pu prévenir, empêcher, stopper ce crime contre l’humanité ». Il a fait le déplacement avec d'autres chefs d'Etats pour assister aux commémorations du génocide. « Il y a 25 ans c’est l’horreur absolue qui a frappé », a déclaré le premier ministre Charles Michel devant un parterre d'officiels rassemblés pour l'occasion. « Ce génocide est aussi l’échec de la communauté internationale qui n’a pas pu prévenir, empêcher, stopper ce crime contre l’humanité », a-t-il poursuivi avant d'ajouter: « Je me tiens devant vous au nom d’un pays qui veut aussi assumer les yeux dans les yeux sa part de responsabilité face à l’histoire. C’est en ce sens que mon prédécesseur Guy Verhofstadt en 2000 a exprimé les excuses de la Belgique. Il l’a dit, c’est un cortège d’incompétence, d’erreurs et de fautes qui ont rendu cette tragédie possible ».Le premier ministre a également remis ces événements dans le contexte actuel: « le monde en entier est confronté une fois encore à des tentations de replis, de stigmatisation de l’autre qui serait différent. Il est important que des moments comme celui-ci soit des moments de prises de distance, de réflexion pour exprimer le courage et la volonté d’être du côté de la coopération, du côté du respect, du côté de la dignité ».Ce 7 avril 2019 marque les 25 ans du génocide des Tutsis au Rwanda. Des commémorations sont prévues toute la journée dans la capitale Kigali.Le premier ministre Charles Michel a été reçu hier  par le président rwandais Paul Kagamé. Il s’est rendu ce matin au monument Gisozi pour y déposer une gerbe de fleurs.

 

Selon toujours la RTBF avec ses Agences, Gisozi est l’un des lieux emblématiques du génocide des Tutsis au Rwanda. Sous ces dalles de bétons gisent plus de 250.000 des 800.000 Tutsis massacrés à l’époque par les génocidaires. C’est pourquoi ce matin, le Premier ministre en compagnie du président Paul Kagame y a déposé une couronne de fleurs.D’autres chefs d’Etats ont fait le déplacement comme le nouveau Président élu de la République Démocratique du Congo Félix Tshisekedi, le président du Djibouti Ismaïl Omar Guelleh, celui du Niger Mahamadou Issoufou ainsi que le Président du Chad Idriss Déby. Jean-Claude Juncker le président de la Commission européenne a également fait le déplacement en compagnie notamment du Premier ministre Ethiopien.Les différents chefs d’Etats ont ensuite allumé une « flamme du souvenir » qui brûlera pendant 100 jours pour représenter les 100 jours que dura le génocide.Ils ont ensuite pris la direction du Kigali Convention Center pour la suite des cérémonies. Des prises de paroles sont prévues notamment celle du Président rwandais et de Charles Michel.Le président rwandais Paul Kagamé et le premier ministre Charles Michel allument une « flamme du souvenir » en mémoire du génocide des Tutsis au Rwanda. Premier ministre a également rencontré les membres du personnel de l’Ambassade de Belgique au Rwanda et leur a témoigné son soutien. « Nous vous souhaitons beaucoup de force. C’était important pour nous d’être présent pour le point de départ de ce deuil 25 ans plus tard », a déclaré Charles Michel devant les membres de l’ambassade belge à Kigali.

 

Puis une marche du souvenir mènera M. Kagame et ses invités vers le stade Amahoro (Paix, en kinyarwanda) termine le reporter de la RTBF avec ses Agences sur le Rwanda, où aura lieu une veillée. Ce stade, dans lequel s’étaient réfugiés en 1994 des milliers de Tutsis pour échapper, sous la protection de l’ONU, aux tueries, est souvent le lieu de crises traumatiques, appelées Ihahamuka, parmi le public bouleversé qui revit le drame.Les cérémonies de dimanche, placées sous la devise « Kwibuka 25 » (« souviens-toi il y a 25 ans » en kinyarwanda, la langue nationale), marquent le début d’un deuil officiel annuel de cent jours – la durée du génocide, du 7 avril 1994, au lendemain de l’attentat qui avait coûté la vie aux présidents rwandais et burundais, Juvénal Habyarimana et Cyprien Ntaryamira, au 4 juillet, date de la prise de Kigali par le Front patriotique rwandais (FPR), la rébellion tutsie commandée par le général Kagame.Cette « tragédie », selon les propos tenus samedi soir par M. Michel peu après son arrivée à Kigali pour une visite officielle de 48 heures, a également coûté la vie à 22 Belges : dix Casques bleus assassinés le 7 avril 1994 alors qu’ils étaient chargés de protéger la Première ministre désignée, Agathe Uwilingiyimana, une Hutue modérée, et qu’ils servaient au sein de la Mission des Nations unies pour l’assistance au Rwanda (Minuar) et des douze civils, dont des coopérants.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article