Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Au Brésil, la lutte contre la mafia liée aux activités illicites de la drogue demeure la principale préoccupation des forces de l’ordre. L’information rapportée le mercredi 03 avril par la RTBF renseigne que seize personnes ont été arrêtées pour détention de cocaïne à la descente de leur bateau. Parmi les suspects interpellés à bord du bateau se trouvent également trois Belges qui étaient en partance vers l’Italie. Tous ont été arrêtés au Port de Santos, près de Sao Paulo, à la suite d’un simple contrôle de routine. Selon les enquêteurs brésiliens, ils détenaient chacun entre 16 à 19 kg de cocaïne dans leurs valises. La mère de l’un des jeunes adultes inculpés a livré son témoignage au sujet de ces arrestations policières. Elle dit avoir appris l’arrestation de son fils grâce aux confrères de la presse néerlandophone, seulement cinq jours plus tard. Ce sont les médias brésiliens qui lui apprennent les circonstances de son inculpation. Ses moult tentatives auprès de la police brésilienne pour avoir des renseignements, sont restées vaines. «La police brésilienne ne me donne aucune information sur mon fils. Je n’ai même pas eu droit à un coup de fil de mon fils. Tout ce que je sais est qu’il est incarcéré à la prison de Sao Paulo et qu’il est assisté d’un avocat là-bas. Mais je n’ai aucune information sur son état de santé. Or, il souffre de dysphasie. Autrement dit, il souffre d’un problème de langage, de mémoire et de représentation du temps. Je suis donc très inquiète».

 

Face à l’absence d’informations, et convaincue de l’innocence de son enfant, cette maman se tourne vers la commune de Waterloo pour demander de l’aide. « Ils m’ont expliqué que c’est un bagagiste qui pourrait avoir glissé la drogue dans les valises de mon fils. Cependant, ce ne sont que des hypothèses, car personne ne m’informe des éléments de l’enquête. » Selon elle, un des copains avec lequel est parti son fils aurait déjà fait de la prison et les autorités brésiliennes en auraient connaissance. C’est qui les aurait poussés à fouiller les bagages de son fils et des autres personnes inculpées. Ce n’est qu’une simple hypothèque jusque là. «Personne ne sait rien sur cette affaire, ni sur la suite.» La commune de Waterloo l’aide également à trouver une avocate à Sao Paulo pour assurer la défense de son enfant. La maman a envoyé une missive au bourgmestre de Sao Paulo afin de l’alerté des soucis de santé de son fils et du fait que ce dernier dispose d’un casier judiciaire vierge. Une lettre restée pourtant sans suite. La maman dépassée s’est tournée vers le ministère des Affaires étrangères belges, sans obtenir plus de précision sur la situation de son enfant. «Ils sont au courant de cette affaire, mais ils ne me communiquent pas davantage de renseignements sur l’enquête. Je suis simplement informée par e-mail s’il va bien ou non », affirme-t-elle. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a bien confirmé l’information de la maman, soulignant « que notre Département est bien au courant de cette affaire et qu’il est suivi de très près par notre poste consulaire au Brésil et par l’Administration générale à Bruxelles. Mais que de manière générale, nous ne fournissons pas d’informations supplémentaires sur les dossiers individuels.»

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article