Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Aussi pathétique que cela puisse paraître, c’est l’arrangement conclu entre la fratrie de l’éditorialiste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné à Istanbul en Turquie le 2 octobre l’an dernier et les officiels saoudiens, comme l’a rapporté le lundi 1er avril l’agence française AFP relayant l’information publiée par le Washington Post selon laquelle les enfants de leur défunt confrère ont obtenu en compensation des maisons de plusieurs millions de dollars et perçoivent mensuellement des milliers de dollars des autorités saoudiennes. Le journal américain pour lequel Khashoggi rédigeait des éditoriaux, révèle que les maisons en question se trouvent à Djeddah, dans un même complexe résidentiel, et pourraient valoir jusqu’à quatre millions de dollars chacune selon les estimations par rapport au marché de l’immobilier.Selon les sources du Washington Post composées des responsables saoudiens et du cercle familial, des versements mensuels à hauteur de 10 000 dollars sont effectués en faveur des quatre grands enfants de Kashoggi. Et le journal poursuit en indiquant qu’ils «pourraient également recevoir des paiements beaucoup plus élevés-possiblement plusieurs millions de dollars par personne- dans le cadre de négociations pour «le prix du sang » qui sont attendues lorsque les proches des suspects du meurtre s’achèveront dans quelques mois.

 

L’assassinat le 2 octobre de Jamal Khashoggi, opposant notoire au prince héritier saoudien qui résidait aux Etats-Unis, a fait grand bruit. Il a été victime d’un assassinat politique exécuté par un commando de quinze agents saoudiens venus de Ryad à Istanbul, où ils l’ont sauvagement tué en démembrant son corps alors qu’il s’y était rendu pour effectuer des démarches administratives. Les autorités saoudiennes avaient d’abord nié le meurtre avant de reconnaitre qu’il s’agissait d’une opération menée par des éléments « hors de contrôle » et qui aurait dégénéré. Parmi les quinze agents suspectés, seulement onze ont été formellement incriminés et traduits en justice. Le procureur général a requis la peine de mort contre cinq d’entre eux. Malgré la tenue du procès, il subsiste des zones d’ombres dans cette affaire de meurtre du journaliste saoudien, à commencer par le rôle du puissant prince héritier Mohammed ben Salmane dit MBS suspecté comme responsable du meurtre par le Sénat américain. C’est le roi Salmane, père de MBS qui a personnellement autorisé fin 2018 les compensations à verser aux enfants, dans le cadre de ce qui a été décrit par un ancien responsable saoudien comme la reconnaissance qu’une « grande injustice a été commise » et la tentative de «réparer un tort », souligne le Washington Post. Selon la source citée par le journal américain, une telle pratique fait partie des traditions saoudiennes et de leur culture. Les négociations sur ces compensations auraient été conduites par Khalid ben Salmane, frère de MBS et ambassadeur d’Arabie saoudite aux Etats-Unis. Trois des quatre enfants de Jamal Khashoggi habitent aux Etats-Unis, alors que son fils aîné Salah, banquier de professionnel vit toujours en Arabie saoudite.

Moussa T.Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article