Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

En Afrique du Sud, un braconnier de rhinocéros se fait tuer la semaine dernière par un éléphant avant que son corps eût été dévoré par des lions. D’après les autorités sud-africaines, la famille de la victime a été alertée par les membres du groupe de braconnage qui avaient pénétré dans le parc national Kruger (nord-est du pays) et qui ont été témoins de l’avènement. A son tour, la famille a alors saisi la police, qui a entamé des recherches pour retrouver le corps, tout en arrêtant les quatre autres braconniers. Les restes de la victime ont été découverts mardi déchiquetés par les lions qui se sont donnés à cœur joie.

«Les indications trouvées sur les lieux suggéraient qu’un troupeau de lions avait dévoré les restes, ne laissant qu’un crâne humain et un pantalon », ont indiqué par communiqué la direction du parc, qui a exprimé ses condoléances à la famille tout en rappelant la dangerosité de s’aventurer dans le parc. «Entrer dans le parc Kruger illégalement et à pied n’est pas sage, c’est un lieu plein de danger et cet incident en est une preuve », a déclaré le chef du parc, Glenn Philipps. On dénombre en Afrique du Sud près de 80% de la population mondiale de rhinocéros blancs, aujourd’hui composés de 20 000 indivis, ce qui aiguise la convoite de nombreux braconniers, appâtés par les cornes de cette espère rare en voie d’extinction. Composées de kératine, une matière semblable à celle qui forme les ongles, les cornes sont très prisées en Asie, où la médecine traditionnelle leur prête des vertus thérapeutiques. Quelque 769 rhinocéros ont été abattus dans le pays austral en 2018, soit une baisse significative de 25% par rapport à 2017, a affirmé le ministère de l’Environnement sud-africain

M.T.Y

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article