Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

De mauvaise en mauvaise nouvelle, ainsi s’enchaîne les difficultés pour les vols de Boeing 737 Max. En effet dans une publication  de la RTBF signée l’AFP d’hier mardi 12 mars 2019, il est clairement indiqué  que de plus en plus de pays, dont la Belgique, interdisent les Boeing 737 MAX dans leur espace aérien. L'espace aérien européen est maintenant interdit aux Boeing 737 MAX 8 à compter de 19H00 (GMT). Cette décision intervient après le crash d’un Boeing 737 Max 8 en Ethiopie dimanche.L’aviation civile australienne a également interdit, à l’instar de Singapour, tous les Boeing 737 MAX. Dans la foulée, l'Inde, la Chine, l’Indonésie, la Corée du Sud et la Mongolie ont décidé d’immobiliser tous les avions de ce type, de même que les compagnies Ethiopian Airlines, Cayman Airways et la sud-africaine Comair et Aerolineas Argentinas.Le régulateur de l’aviation civile de Singapour, un hub majeur du transport aérien en Asie, a un peu plus tôt interdit les Boeing 737 MAX. Les Emirats arabes unis, le Koweït et Oman ont aussi cloué au sol ou banni mardi leur espace aérien aux Boeing 737 MAX.Les Etats-Unis continuent toutefois d’afficher leur confiance en Boeing en dépit de la cascade d’immobilisations au sol des 737 MAX 8, nouvelle version de son mono couloir 737.« Pas de changement. Nous continuons à être impliqués dans l’enquête sur l’accident et prendrons les décisions sur les suites à donner en fonction des éléments récoltés », a indiqué l’agence fédérale de l’aviation (FAA), un des principaux régulateurs du transport aérien américain.La FAA a pris le contre-pied d’autres pays, un soulagement pour Boeing, dont ce nouvel avion a représenté un tiers des bénéfices en 2018.L’agence a toutefois demandé au constructeur aéronautique de procéder à des modifications de l’appareil, notamment du logiciel de contrôle MCAS conçu pour éviter les décrochages, après l’accident dimanche d’un avion de ce type en Ethiopie, qui a coûté la vie à 157 passagers et membres d’équipage.

Cette pression autour de Boeing affectait son action en Bourse eut constaté l’AFP pour le compte de la RTBF, qui cédait plus de 4% dans les premiers échanges à Wall Street mardi.De nombreuses autres compagnies aériennes, dont FlyDubai, Norwegian, American Airlines, Air Canada et TUI Belgium continuent à l’heure actuelle de faire voler leurs 737 MAX 8.Pourtant, la panique gagne les personnels navigants et les passagers, un grand nombre refusant désormais d'embarquer à bord de cet avion ou réclamant de le clouer au sol après l'accident d'Ethiopian Airlines.« Deux avions flambant neuf 737 MAX 8 se sont écrasés en cinq mois. Si la Chine cloue au sol ses 96 exemplaires de 737 MAX 8, alors SouthWest, American et United Airlines devraient rassurer le peuple américain sur le fait que leur flotte de 737 MAX 8 est prête à voler, ou alors les clouer au sol », fustige sur Twitter Eugene Gu, un habitant du Maryland.Comme lui, de nombreux Américains expriment sur les réseaux sociaux leurs doutes sur la fiabilité du 737 MAX 8 et cherchent des garanties des compagnies aériennes exploitant ce monocouloir, qui a représenté un tiers des bénéfices de Boeing en 2018. Un hashtag #GroundBoeing737max8 a été lancé sur Twitter pour que les autorités américaines fassent de même.« Nous recevons des questions de clients demandant si leur vol sera opéré par un Boeing 737 MAX 8 », explique Michelle Agnew chez SouthWest Airlines, dont les 34 appareils devaient normalement voler mardi.Si la réponse est positive, s'ensuit soit une demande de changement de vol, soit une demande d'annulation.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article