Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Ce communiqué de presse signé depuis le lundi 04 mars 2019 du chef de l’opposition Démocratique monsieur Saleh Kebzabo de l’Union Nationale pour la Démocratie et le Renouveau(UNDR) vient une fois de plus affiché son mécontentement contre la composition de la  Nouvelle Commission Électorale Indépendante(CENI)au Tchad, mise en place par décret présidentiel 216/PR/2019 fin février , estimant ne pas y être convenablement représentée pour pouvoir organiser des législatives.Ainsi le chef de l’opposition démocratique tchadienne Saleh Kebzabo  de l’UNDR en tant que signataire dudit communiqué de presse eut réagi d’une manière radicalement forte : « Les Partis politiques de l’Opposition Démocratique, réunis ce jour 02 Mars 2019 à N'Djaména, ont examiné le décret 216/PR/2019 du 21 Février 2019, désignant les membres de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).Il ressort des échanges que ce décret viole les dispositions de la loi 30/PR/2018 et de l’ordonnance 40/PR/2018 portant respectivement création d’une Commission Électorale Nationale Indépendante et Statut de l’Opposition Démocratique.En effet, l’article 3 de la loi 30 stipule que: « la désignation des membres de la CENI obéit, autant que faire se peut, à la représentation à l’Assemblée Nationale et dans les Conseils locaux».

 

Dans le même ordre d’idée , monsieur Kebzabo de l’UNDR ajoute aussi dans ce communiqué de presse de l’opposition démocratique signé de lui-même depuis la Capitale tchadienne N’Djaména estimant qu':« un décret entérine la liste nominative des membres de la CENI, transmise par le CNDP ».Et au terme de l’article 3 de l'ordonnance 40 : « l’Opposition Démocratique désigne les partis ou regroupements de partis politiques qui ne participent pas au gouvernement et ne soutiennent pas son programme politique ».De tout ce qui précède, les partis politiques de l’Opposition Démocratique considèrent que le décret 216 qui viole gravement les dispositions des lois précitées est nul et de nul effet et exigent son annulation pure et simple.Aussi, si la classe politique tchadienne, et notamment le gouvernement, voudrait que les prochaines élections soient libres, transparentes, démocratiques et apaisées comme l’a souhaité le Président de la République, il appartient donc à l’Opposition et à elle seule de désigner ses représentants à la CENI conformément aux textes en vigueur».

La Rédaction

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article