Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Les Elus démocrates et républicains préparent minutieusement leurs arguments avant de prendre connaissance de la teneur du rapport du procureur spécial Robert Mueller, relatif à une possible collusion entre le cercle proche de Donald Trump et la Russie pendant la campagne présidentielle de 2016, apprend-on de sources crédibles, relayées par l’AFP. Prompt à réagir dans ces genres de circonstances, le principal concerné, le président américain, qui passe le week-end en Floride dans son club de Mar-a-Lago, s’est gardé de faire tout commentaire sur le sujet. Le document confidentiel déposé vendredi au ministre de la justice William Barr n’a fait l’objet d’aucune déclaration particulière, à part le communiqué conjoint des responsables démocrates du Congrès et du Sénat. «Bonjour, je vous souhaite une bonne journée ! », a réagi via Twitter dimanche matin,  Donald Trump, comme il publie régulièrement, le slogan inscrit sur les casquettes rouges vendues lors de ses meetings « Make America Great Again».

 

Le garde des sceaux devrait logiquement transmettre au cours de la journée de dimanche au Congrès les principales conclusions du texte, auquel la Maison-Blanche affirme ne pas avoir eu accès. L’enquête du procureur spécial Mueller a duré pendant près de deux ans. Le discret et méthodique Mueller  a mis un terme à ses investigations sur lesquelles très peu d’éléments ont fuité. Cette enquête a tenu toute l’Amérique en haleine, rappelant celle du Watergate qui a obligé Richard Nixon à démissionné du fauteuil présidentiel en août 1974. Que contient réellement le rapport de l’enquête remis au ministre de la justice ? Pour l’heure personne n’en sait grand-chose, seulement il soulève une foule de questions : l’équipe Trump a-t-elle vraiment travaillé étroitement avec Moscou pour faire élire le magnat de l’immobilier ? Le locataire de la Maison-Blanche a-t-elle fait obstruction à la justice ? De nouveaux fronts judiciaires ont-ils été mis au jour grâce aux investigations susceptibles de mettre le milliardaire en difficulté ?  Certains alliés de Trump sont déjà soulagés, voyant dans le fait que le procureur Mueller n’ait pas recommandé de nouvelles inculpations au terme de ses investigations.

 

C’est la preuve qu’il n’y a aucune « collusion ». De fait, cette qualification n’a jamais été retenue à aucun moment contre les 34 personnes mises en cause dans ce dossier, parmi lesquels six proches collaborateurs de Trump. Cet ouragan judiciaire a emporté sur son passage son ex-chef de campagne Paul Manafort, ou encore son ex-avocat personnel, Michel cohen pour ne citer que ceux là. Les Démocrates restent discrets et prudents sur le fond mais réclament la plus grande transparence possible afin que la Chambre des représentants, qu’ils dominent désormais, puisse mener ses investigations grâce à ses puissantes commissions. L’enquête s’intéresse à « des questions qui portent sur l’intégrité de notre démocratie », a estimé Nancy Pelosi, sa présidente. «Le peuple américain a le droit à la vérité ». Pour le jeune maire de la ville de South Bend et candidat aux primaires démocrates pour la présidentielle de 2020, le rapport est important mais son camp ne doit pas perdre de vue l’échéance électorale de novembre  2020. «Il est possible que la seule réponse possible soit une procédure de destitution mais, pour moi, la façon la plus claire de mettre fin au Trumpismee est de le battre de manière massive dans les urnes », a-t-il insisté. Mme Pelosi s’est dite opposée à titre personnel à une procédure de destitution à moins qu’il y ait quelque chose « de vraiment convaincant et accablant et soutenu par les deux partis », ce qui semble improbable au stade actuel des choses. Cela vient conforter la position de Donald Trump qui n’a sans cesse dénoncé une « chasse aux sourcières » orchestrée par les démocrates qui n’auraient pas digéré sa victoire inattendue le 8 novembre 2016 face à leur candidate Hillary Clinton. Récemment encore, il a ouvertement mis en cause la légitimité de l’enquête, prenant sa base électorale à témoin. «C’est assez extraordinaire que lorsque vous avez remporté une grande victoire, quelqu’un arrive et rédige un rapport venu de nulle part », a déploré Donald Trump. « Expliquez-moi ça, parce que mes électeurs ne le comprennent pas et je ne le comprends pas ».

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article