Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

La problématique migratoire continue de faire de remous au sein des gouvernements de l’UE accusés ouvertement d’être complices de la tragédie des migrants par un certain nombre des associations et ONG oeuvrant dans le domaine de la défense des droits humains. La situation très préoccupante des migrants a conduit Oxfam et une cinquantaine d’ONG, de faire un appel dans une lettre ouverte, aux gouvernements européens afin de soutenir les sauvetages et de mettre un terme aux renvois des migrants vers la Libye. C’est le journal suisse le Temps qui en fait écho dans sa publication datée de vendredi 1er février. En 2017, un accord a été signé entre les autorités italiennes et libyennes dont l’objectif était de parvenir à endiguer les flux migratoires d’Afrique du Nord vers l’Italie : l’UE et Rome apportant le soutien nécessaire aux gardes-côtes libyens, la Libye étant chargée d’empêcher les personnes quittant ses côtes de gagner l’Europe.

 

Or en deux ans, «plus de 5300 femmes, hommes et enfants ont péri en Méditerranée », s’émeuvent Oxfam et 53 ONG dans une lettre ouverte publiée vendredi. Pour ces organisations humanitaires, les gouvernements de l’UE sont devenus «complices de la tragédie qui se déroule sous leurs yeux », car ils «nient les droits fondamentaux de personnes en exil en aggravant le danger qu’elles rencontrent déjà en mer, en les renvoyant en Libye ». Dans cette lettre ouverte, les ONG relaient les récits de migrants incarcérés en Libye dans des conditions indignes. «Beaucoup sont maltraités avant d’être vendus à des groupes armés ou en tant qu’esclaves», indique Jon Cerezo, responsable de campagne humanitaire à Oxfam France, cité dans un communiqué de l’ONG. Elles lancent un appel aux gouvernements de l’UE à « arrêter de renvoyer les personnes secourues en mer en Libye ». Par ailleurs, ces organisations de droit de l’Homme exigent que ces gouvernements appuient « les opérations de recherche et de sauvetage et veiller à ce que les personnes sauvées en mer puissent arriver en toute sécurité et sans retard en Europe ».

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article