Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Certains Touristes n’aimaient-ils pas qualifiés de géniale ou de formidable la vie que mène les Mexicains ou les Mexicaines chez eux, dans ce  grand riche pays situé au cœur d’Amérique centrale ?Et pourtant là-bas là où les narcotrafiquants paraissent intouchables et invincibles , il ne fait pas bon vivre pour les journalistes assez curieux et surtout assez engagés pour tout dénoncer.En effet, dans une publication de la RTBF de ce dimanche 10 février 2019, l’Agence Belga l’auteure rapporte que le présentateur d'un journal radio mexicain a été tué par balle samedi a annoncé à l'AFP le parquet local, devenant le deuxième journaliste tué en 2019 dans ce pays, l'un des plus dangereux pour les reporters.Ce journaliste est mort « à cause de plusieurs blessures provoquées par une arme à feu », a annoncé le parquet de Tabasco (est) dans un communiqué. Le ministère public a annoncé l'ouverture d'une enquête.
Selon toujours cette agence de presse belge menant son travail d’information pour la RTBF,le meurtre de Jesus Ramos Rodriguez a eu lieu « samedi matin dans un restaurant de la ville d'Emiliano Zapata », avait auparavant indiqué un porte-parole du ministère public qui a requis l'anonymat.Jesus Ramos Rodriguez présentait le journal de la station « 99.9 FM » depuis « plus de vingt ans », selon les médias locaux.Il a reçu « plus de huit balles du tireur, qui, selon les premiers témoignages, est descendu de son véhicule et s'est dirigé directement à l'endroit où se trouvait le journaliste avant d'ouvrir le feu à bout portant », précise le quotidien El Universal.Le 21 janvier, les autorités avaient annoncé le meurtre du directeur d'une radio située dans l'Etat de Basse-Californie du Sud, au nord-ouest du Mexique.Rafael Murua, 34 ans, avait récemment fait état de harcèlement et de menaces et bénéficiait du programme gouvernemental de protection des journalistes et des défenseurs des droits de l'homme.« Il avait seulement avec lui un bouton de panique », avait précisé à l'AFP la représentante au Mexique de Reporters sans frontières (RSF), Balbina Flores, mais n'avait pas de gardes du corps.Le Mexique est le deuxième pays le plus dangereux pour la presse, après la Syrie, avec plus de 100 journalistes tués depuis 2000, selon RSF. En 2018, 10 journalistes ont été assassinés dans différentes régions du pays.La grande majorité de ces assassinats restent impunis.

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article