Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

A vingt et un mois de la prochaine élection présidentielle américaine prévue en novembre 2020, le parti démocrate semble déjà en effervescence à travers la pléthore des candidats à la candidature qui se manifestent déjà ça et là pour être choisis le moment venu, lors d’une compétition à l’investiture démocrate, candidat de leur camp qui affrontera Donald Trump candidat naturel des Républicains. L’AFP a concocté depuis le samedi 09 février pour la RTBF la liste provisoire de tous les prétendants démocrates décidés à être adoubés par leur parti. D’autres possibles candidatures sont également attendues dans les prochains jours. Une kyrielle de grands noms sont tapis dans l’ombre et ne se sont pas encore décidés. Ce sont entre autres l’ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden, le sénateur et ex-candidat à la primaire de 2016, Bernie Sanders, la sénatrice Amy Klobuchar, le sénateur Sherrod Brow, l’ex-élu de la Chambre Beto O’Rourke, le milliardaire Michael Bloomberg, et le gouverneur du Montana, Steve Bullock. La lutte s’annonce très serrée pour les candidats déjà déclarés et ceux qui fourbissent encore leurs armes dans l’ombre en attendant d’officialiser leur candidature à l’investiture aux primaires démocrates de 2020. Officiellement ils sont ci-dessous :

 

Elisabeth Warren, femme sénatrice âgé de 69 ans avait la première à ouvrir le bal parmi les grands noms démocrates, en mettant en place le 31 décembre 2018, un comité présidentiel exploratoire. L’ancienne professeure en Droit à Harvard, surnommé «Pocahontas » par le président Donald Trump était passé outres la polémique sur ses lointaines origines amérindiennes pour annoncer officiellement sa candidature le 02 février. Elle est cataloguée à gauche de son parti au sein duquel elle a construit sa réputation en dénonçant vigoureusement les errements de Wall Street.

 

Cory Booker est un sénateur charismatique et très médiatisé, souvent comparé à l’ex-président démocrate Barack Obama. Celui-ci a officialisé sa candidature le 1er février en faisant du rassemblement son cheval de bataille dans une Amérique de plus en plus marquée par le racisme et les divisions. Il fut ancien maire de Newark dans le New Jersey. Agé de 49 ans, cet accroc des réseaux sociaux est un bon orateur pressenti depuis longtemps pour la course à la présidentielle. En 2016, Hillary Clinton avait failli en faire son co-listier.

 

Kamala Harris était la démocrate la plus attendue, car elle ambitionne de se faire élire comme la première présidente noire des Etats-Unis. Elue brillamment sénatrice de Californie, elle a annoncé sa candidature le 21 janvier, jour anniversaire de la naissance de Martin Luther King. Fille d’une chercheuse indienne en médecine et d’un économiste jamaïcain, Kamala Harris, âgé de 54 ans aujourd’hui, avait occupé successivement le poste de procureure à San Francisco, et le responsable des services judiciaires de toute la Californie entre 2001 à 2017.

Kriten Gillibrand est une femme qui a battu sa réputation autour de la lutte contre le harcèlement sexuel, en particulier au sein de l’armée américaine. C’est un combat qu’elle avait mené bien avant l’émergence du mouvement MeToo dont elle est l’une de soutien la plus indéfectible. Sénatrice de New York âgé de 52 ans, elle s’est lancée dans la conquête à l’investiture le 15 janvier lors de la création de son comité exploratoire.

 

Julian Castro est connu pour avoir été ex-ministre dans l’administration Obama. C’est un fils d’une immigrée mexicaine qui a annoncé sa candidature le 12 janvier, en langue anglaise et espagnol, lors de vifs débats sur la question migratoire. A 44 ans, il espère devenir le premier hispanique à conquérir le fauteuil présidentiel, lui qui  fut auparavant ancien maire de la ville texane de San Antonio.

Pete Buttigieg, jeune maire de la ville de South Bend, dans l’Etat d’Indiana, a fait acte de candidature à l’investiture démocrate le 23 janvier en faisant le pari d’un message résolument tourné vers le futur, ce qui semble à l’antipode du discours sombre de Donald Trump. Son orientation sexuelle, ferait de lui le premier candidat ouvertement homosexuel à briguer la présidentielle américaine s’il obtenait la nomination des démocrates. Âgé de 37 ans, il était un ancien militaire.

Tulsi Gabbard est une élue de la Chambre des représentants originaire d’Hawaï. A seulement 37 ans, elle s’est déclarée candidate le 11 janvier dernier. Soutien de Bernie Sanders contre Hillary Clinton en 2016 et ancienne militaire, Tulsi Gabbard avait été critiquée pour avoir rencontré le dictateur syrien Barchar Al-Assad en pleine guerre civile, et pour avoir tenu des propos homophobes qu’elle dit avoir regretté.

 

John Delaney est élu de la Chambre des représentants où il siège pour le compte de l’Etat de Maryland. Il s’est lancé dans la course à l’investiture dès le mois de juillet, mais c’est un candidat poids léger dont les chances de remporter sont très minimes.

 

Andrew Yang est né en 1975 seulement. Entrepreneur, très peu connu du grand public, il a lancé sa candidature dans la plus grande discrétion. Il donne l’alerte l’opinion américaine sur les dangers des nouvelles technologies pour l’emploi des Américains.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article