Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Dans une citation qui ne date que de 1961, l’artiste et écrivain Bernard Werber eut déclaré: «Quand on a peur dans la vie, c’est parce qu’on ne sait pas quelle décision prendre». Certes, de prime abord on peut bien donner raison à l’artiste et écrivain Bernard Werber, car même les religions monothéistes ou autres courants de pensée avertissent les humains saisis de peur, les empêchant de mener à bien des projets ou simplement de prendre leur vie en main. Seulement, pour qu’une décision soit bien prise et ne fasse pas des dégâts comme le cas de cette information donnée depuis hier jeudi 21 février 2019 par Belga pour la RTBF selon laquelle les autorités du Bostwana, ce pays situé dans la zone de la sous-région Afrique australe tiennent à légaliser la chasse aux animaux sauvages. Il faudrait comme eut déclaré Samuel Ferdinand-Lop (les nouvelles pensées et maximes 1970 : «Tout acte demande réflexion ». Les autorités de ce pays ont-ils bien réfléchi et quelles seraient les conséquences d’une telle décision ? Ce sont des questions légitimes qui méritent d’être posées lorsqu’on est en face ou devant un acte qui toucherait en bien ou en mal la vie des êtres vivants, surtout que de nos jours beaucoup d’animaux sauvages ou domestiques sont menacés de disparation pour des multiples raisons. En effet, comme rapporte Belga, dont l’information fut publiée hier jeudi, le Botswana a confirmé son intention de légaliser la chasse aux animaux sauvages sur son territoire, qui abrite la plus grande population africaine d'éléphants, suscitant l'indignation des défenseurs des animaux. Le gouvernement avait chargé un comité de se prononcer sur la levée éventuelle de l'interdiction de la chasse, en vigueur depuis 2014.

Dans son rapport rendu public jeudi 21 février 2019 selon Belga et la RTBF, ce comité, présidé par le ministre du Développement rural Frans van der Westhuizen, « estime nécessaire de faire les recommandations suivantes: la levée de l'interdiction de la chasse » et « l'introduction de l'abattage régulier mais limité d'éléphants ».Ces propositions doivent encore être débattues au sein du gouvernement avant d'être adoptées. « Si besoin est, nous donnerons l'occasion au Parlement » d'en débattre, a ajouté le président Mokgweetsi Masisi jeudi.Le débat sur la légalisation de la chasse avait été lancé l'an dernier après le départ du président Ian Khama, défenseur passionné de la faune sauvage de son pays. En 2014, il avait interdit la chasse commerciale aux éléphants et à d'autres animaux menacés. La légalisation de la chasse permettrait de « promouvoir la conservation des animaux », estime le rapport, « quand les communautés prennent conscience (...) des revenus générés par les ressources de la faune, elles protègent la nature ».Mais des défenseurs des animaux se sont immédiatement élevés contre cette mesure. « Quel désastre! », a estimé Dex Kotze, homme d'affaires très impliqué dans la défense de la cause animale. « Le Botswana compte 2 millions d'habitants et son économie dépend des diamants et du tourisme », a-t-il déclaré. « La légalisation de la chasse pourrait faire des dégâts importants dans l'industrie touristique du Botswana. C'est fou », a-t-il ajouté. Coincé entre la Zambie et l'Afrique du Sud, le Botswana abrite la plus grande population africaine d'éléphants, évaluée à 135.000 animaux en 2015.La richesse de sa faune en a fait un sanctuaire très prisé des amateurs de safaris haut-de-gamme et un des moteurs du développement de son économie.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article