Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Les jeunes immigrés clandestins appelés «dreamers » ont été au centre de la polémique lorsque le président Donal Trump a annoncé le mardi 5 septembre dernier l’annulation du programme DACA (Deferred Action for Childhood Arrivals) mis en place en 2012 par l’administration Obama. Ce programme conférait un statut légal aux jeunes migrants arrivés illégalement aux Etats-Unis avec leurs parents. Cette mesure touche quelque 700 000 « dreamers», la plupart originaires du Mexique. Aujourd’hui, une centaine de grands patrons se penchent sur la question en publiant une lettre à l’attention des parlementaires américains, dans laquelle ils leur demandent de régulariser plusieurs centaines de milliers de jeunes immigrés menacés d’expulsion, afin de leur donner la possibilité de travailler et de vivre légalement aux Etats-Unis.

Les chefs d’entreprise américains, dont les propos sont repris par l’agence Belga, soutiennent que les dreamers (rêveurs) sont «nos amis, nos voisins et nos collègues. Et ils ne devraient pas attendre des décisions de justice pour connaître leur sort alors que le Congrès peut agir maintenant ». Cette correspondance des patrons américains a été envoyée respectivement à Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, et à Mitch McConnell, le chef de la majorité républicaine au Sénat. Au nombre des signataires de cette missive, on trouve des chefs d’entreprises aux secteurs d’activités divers même si la Silicon Valley arrive en tête de peloton. Il y a entre autres Tim Cook (Apple), Jeff Bezos (Amazon), Mary Barra (General Motors), Sundar Pichai (Google) ou encore Dong McMillon (Walmart). Chose étonnante, l’ami de Donald Trump, le milliardaire Stephen Schwarzman, patron du fonds BlackStone figure également sur la liste des signataires de cette lettre. Pour ces patrons américains, le moment est venu pour le Congrès de voter une loi donnant aux « Dreamers » les garanties dont ils ont besoin.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article