Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Nouvelles révélations concernant l’affaire de faux diplôme du leader de l’UDPS qui a défrayé la chronique il y a quelques semaines. C’est le site de la RTBF qui revient sur cette affaire en publiant le vendredi 18 janvier, un article dans lequel nos confrères estiment que la justice congolaise aurait enquêté sur l’affaire de faux diplôme de monsieur Félix Tshisekedi. Nos confrères citent la VRT qui rapporte l’information selon laquelle le candidat de la coalition CASH déclaré élu par la CENI aurait vraisemblablement utilisé une fausse attestation de diplôme lors de dépôt des candidatures auprès de la Commission électorale nationale indépendante. Des rumeurs alarmantes ont circulé ces dernières semaines au sujet du dépôt d’un tel document. Les autorités de tutelles de l’ICC, une haute école bruxelloise n’ont pas tardé à réagir lorsque la rumeur a éclaté. Elles avaient précisé que Félix Tshisekedi n’avait pas achevé avec succès ses études au sein dudit Institut. La question que tout le monde se pose aujourd’hui : avait-il fait valoir un faux diplôme lors de la présentation de sa candidature ? L’intéressé  a catégoriquement nié via son porte-parole d’avoir utilisé ce diplôme fictif pour valider sa candidature à la Ceni. Alors que tout semble prouver le contraire, selon l’enquête menée par les journalistes de la VRT. Ils s’appuient sur le courrier relatif à la demande d’aide judiciaire transmis par la justice congolaise aux autorités belges, en septembre dernier.

L’objet de cette demande vise à déterminer l’authenticité du diplôme belge de Félix Tshisekedi. Après avoir mené son enquête, la justice belge a conclu que le document incriminé était un faux. La justice congolaise a bel et bien cherché à déterminer l’authenticité du document présenté par Félix Tshisekedi comme diplôme. Si les dossiers de candidature de monsieur Tshisekedi ne comportait pas ce document, pourquoi alors cette demande d’enquête de la justice congolaise transmise aux autorités belges ? La question demeure sans réponse. Un mystère ! Pour le porte-parole de Félix Tshisekedi, Louis D’or Ngalamulume, le leader de son parti n’a jamais remis aucun  diplôme au moment de son acte de candidature auprès de la CENI. Il aurait fait valoir uniquement ses acquis professionnels, et présenté, comme l’autorise la loi, la preuve de 5 ans d’expérience de travail et dans le domaine politique. Cette accusation est un montage de toutes pièces, insiste-il. La décision de la Cour constitutionnelle est très attendue après le recours introduit par le candidat perdant, Martin Fayulu. Les sages de la Cour auront la lourde responsabilité soit d’annuler partiellement ou totalement le scrutin, soit de validé les résultats proclamés par la CENI qui donnent vainqueur Félix Tshisekedi.  Ce dernier devrait alors être investi président de la RDC mardi 22 janvier. Cependant, la poignée de chefs d’Etat réunis à Addis-Abeba autour du président rwandais Paul Kagamé ont demandé la suspension de la proclamation  définitive des résultats, car ils estiment dans leur communiqué, qu’il subsiste des « doutes sérieux sur la conformité des résultats provisoires » donnés par la Commission électorale indépendante. Une délégation de haut rang est attendue lundi dans la capitale congolaise afin de trouver une solution adéquate à la contestation des résultats proclamés par la CENI.

Moussa T. Yowanga

Bon à savoir :

Résultats des élections en RDC: qui dit quoi?

C’est la question posée par le reporter de l’Agence Belga et dont l’information fut publié depuis le vendredi 18 janvier 2019.Selon notre confrère de Belga pour la RTBF,les résultats provisoires des élections en République démocratique du Congo sont mis en cause par l'Union africaine (UA) et l'opposant Martin Fayulu Madidi.

Voici les différentes positions concernant les résultats:

La Commission électorale nationale indépendante (Céni)

Présidentielle: victoire de l'opposant Félix Tshisekedi (38,57% des voix), devant l'autre candidat de l'opposition divisée Martin Fayulu (34,8%), et loin devant le candidat du pouvoir Emmanuel Ramazani Shadary (23%).

Législatives: large victoire des partis et regroupements politiques affiliés à la coalition au pouvoir Front commun pour le Congo (FCC): 337 sièges sur 500 pour le gouvernement, contre 102 pour la coalition Lamuka de M. Fayulu et 46 pour Cap pour le changement (Cach) de M. Tshisekedi, selon des sources onusiennes.

Cette victoire est étrangement contestée par la coalition de Félix Tshisekedi, qui accepte par contre les résultats contestés de la présidentielle donnant l'opposant vainqueur.

L'opposant Martin Fayulu

Martin Fayulu revendique 61% des voix à la présidentielle, contre 18% pour chacun de ses deux adversaires.

Le Groupe d'études sur le Congo (GEC) de l'Université de New York

Le GEC de l'Université de New York  affirme s'être procuré, grâce à un lanceur d'alerte, les résultats portant sur 86% des votes en provenance de la base de donnée centrale de la Céni.Le GEC affirme avoir également obtenu des données des quelque 40.000 observateurs de la Conférence épiscopale (Cenco) portant sur 43% des suffrages.« Les deux documents, qui ont été obtenus indépendamment, fournissent des résultats presque identiques, qui suggèrent que Martin Fayulu a gagné les élections avec une large marge », affirme le GEC.La fuite de la Céni lui donne 59,42% des voix, suivi par Félix Tshisekedi (18,97%) et Emmanuel Ramazani Shadary (18,54%).Le pointage de la Cenco donne 62,8% pour Martin Fayulu, 15% pour Félix Tshisekedi, et 17,99% pour Emmanuel Ramazani  Shadary.Le GEC reconnaît toutefois que les données ont transité par l'entourage de Martin Fayulu.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article