Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Chacun a sa façon de voir les choses et de réagir ! En effet, dans cette publication qui ne date d’aujourd’hui mercredi 23 janvier 2019, la RTBF avec le concours de l’Agence Belga informe l’opinion internationale que l’Allemagne a suspendu sa participation à l’opération européenne Sophia, qui vise à démanteler les réseaux de trafic de migrants et de traite des êtres humains au sud de la Méditerranée centrale, en raison du durcissement par les autorités italiennes des conditions d’accueil et de débarquement des migrants, rapportent mercredi la presse allemande et le site spécialisé Bruxelles2.La frégate Augsburg, présente dans l’opération depuis février dernier, ne sera pas remplacée début février par le navire de ravitaillement et de soutien Berlin, comme prévu initialement, a indiqué mardi l’inspecteur général de la Bundeswehr, le général Eberhard Zorn, aux députés de la commission des affaires étrangères du Bundestag (chambre basse du parlement), selon l’agence de presse DPA.Berlin participera plutôt aux manœuvres de l’OTAN en mer du Nord, restant en attente pour Sophia.

Selon toujours ces deux médias belges, les dix militaires et marins allemands présents au QG de l’opération restent pour l’instant, a précisé B2.Créée en 2015 après un naufrage meurtrier, l’opération navale Sophia, sous commandement italien, vise à lutter contre les passeurs au large de la Libye. Mais elle s’est, dans la pratique, largement limitée à secourir des migrants en détresse en Méditerranée, qui sont quasiment toujours débarqués dans un port italien. Selon la Bundeswehr, l’opération a toutefois permis l’arrestation par les autorités italiennes de plus de 140 personnes soupçonnées d’être des passeurs et la destruction de plus de 400 embarcations utilisées par les trafiquants d’êtres humains. Le Conseil de l’Union européenne avait prolongé fin décembre, aux forceps, le mandat de la mission Sophia jusqu’au 31 mars, le temps de tenter de résoudre la délicate question de la répartition des migrants et demandeurs d’asile rescapés. Faute de solution à cette question, Sophia pourrait cesser à cette date.

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article