Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

En Afrique, l’internet a été coupé en RDC et la correspondante de Rfi privée d’accréditation, selon l’information rapportée le 2 janvier par l’agence Belga : « Les autorités congolaises ont retiré son accréditation à la correspondante de Radio France internationale (RFI) à Kinshasa et coupé la réception de la radio publique française dans toute la République démocratique du Congo, a indiqué à l'AFP le porte-parole du pouvoir Lambert Mende. RFI a « regretté » dans un communiqué la décision visant sa seule correspondante venue de Paris en RDC et demandé son annulation aux autorités congolaises, qui vont examiner ce recours, a assuré monsieur Mende. Ces mesures interviennent à un moment crucial du processus électoral en RDC, entre l'élection présidentielle de dimanche et la proclamation des résultats provisoires prévue le 6 janvier au plus tard. RFI couvre abondamment les élections en RDC.

Elle est très écoutée dans ce pays, le plus grand au monde ayant le français pour langue officielle (80 millions d'habitants). « RFI regrette le retrait de l'accréditation de sa correspondante à Kinshasa, Florence Morice, qui n'a exercé que son travail de journaliste professionnelle », a réagi la direction de la « Radio mondiale » dans un communiqué. « Radio France Internationale soutient pleinement sa correspondante Florence Morice et demande l'annulation de cette mesure de retrait d'accréditation et le rétablissement de sa diffusion », ajoute RFI. « J'ai reçu des arguments que RFI invoque, nous allons les examiner en commission. Nous allons écouter les arguments de RFI. Si c'est valable on y répondra positivement, si ce n'est pas valable, nous maintiendrons la mesure, nous sommes un Etat de droit », a déclaré monsieur Mende à l'AFP. Monsieur Mende avait auparavant reproché à la correspondante de RFI d'avoir violé « la loi sur la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et (le) non-respect du code de bonne conduite des journalistes étrangers pendant les élections ». Monsieur Mende reprochait à RFI « de proclamer les résultats, les tendances, alors qu'il n'y a que le président de la CENI qui peut proclamer les résultats et les tendances"."Des faux résultats d'ailleurs pour préparer les contestations stériles", avait-il ajouté. « Le signal de RFI est coupé dans toutes les villes du Congo parce que nous n'allons pas laisser une station mettre de l'huile sur le feu au moment où nous attendons la compilation des résultats provisoires », a ajouté monsieur Mende. « Depuis ce lundi, RFI ne pouvait plus être écoutée sur sa fréquence FM de Kinshasa. Ce mardi, les antennes de RFI à Goma, Bukavu, Kisangani, Lubumbashi et Mbandaka ne sont à leur tour plus audibles », avait auparavant indiqué la radio publique française».

En Amérique du Nord, le président américain Donald Trump est déterminé à rapatrier les soldats américains chez eux estimant que la Syrie n’est que du sable et la mort, tel que le rapporte l’agence Belga dans sa publication du 2 janvier : «Le sable et la mort »: c'est en ces termes que le président américain Donald Trump a décrit mercredi la Syrie, tout en restant évasif sur le calendrier de retrait des troupes américaines actuellement stationnées dans ce pays déchiré par la guerre. « La Syrie est perdue depuis longtemps. Et de plus, nous parlons de sable et de mort. C'est de cela dont il s'agit. Nous ne parlons pas de vastes richesses », a-t-il souligné lors d'une réunion avec son équipe gouvernementale. « Je ne veux pas être en Syrie pour toujours. C'est le sable et c'est la mort », a-t-il martelé. Interrogé à plusieurs reprises sur le calendrier de retrait des troupes américaines, qu'il a annoncé en estimant que le groupe Etat islamique avait été vaincu, il est resté évasif. « Nous nous retirons », a-t-il déclaré. « Cela se fera sur un certain temps », a-t-il ajouté. « Je n'ai jamais dit que nous partirions du jour au lendemain », a-t-il encore assuré. Lundi, le locataire de la Maison Blanche a affirmé que le retrait des soldats américains se ferait lentement », ce qui tranchait avec son annonce initiale, le 19 décembre. "Il est temps de rentrer (...) Nos garçons, nos jeunes femmes, nos hommes, ils rentrent tous, et ils rentrent tous maintenant", avait-il lancé. Quelque 2.000 soldats américains sont actuellement déployés dans le nord de la Syrie. Ces troupes, essentiellement des forces spéciales, sont présentes pour combattre le groupe EI et former les forces locales dans les zones reprises aux djihadistes. De hauts responsables militaires américains ont multiplié les mises en garde contre un retrait précipité qui laisserait la voie libre en Syrie aux alliés du régime de Bachar al-Assad, à savoir la Russie, grande rivale des Etats-Unis, et l'Iran, bête noire de l'administration Trump. En désaccord avec le président sur ce dossier, son ministre de la Défense Jim Mattis et l'émissaire américain pour la coalition internationale antidjihadiste, Brett McGurk, ont démissionné ».

En Asie, les réfugiés climatique du Cambodge deviennent des esclaves modernes des fabriques de briques, selon l’information rapportée le mercredi  2 janvier  par l’AFP : « Après des semaines de sécheresse, Chenda, criblée de dettes, a été contrainte d'abandonner sa rizière au Cambodge pour travailler avec ses quatre enfants dans une fabrique de briques, comme des milliers de réfugiés climatiques de ce pays d'Asie du Sud-Est. « Beaucoup d'industries dans le monde emploient des réfugiés climatiques. Mais ce qui est unique dans les usines de briques au Cambodge c'est que la très grande majorité des ouvriers sont emprisonnés dans la servitude pour dettes », relève Naly Pilorge, directrice de l'association des droits de l'homme Licadho. C'est le cas de Chenda, le propriétaire de l'usine de briques ayant racheté son emprunt. Elle travaille avec sa fille Bopha, 14 ans, dans le village de Thmey à une quarantaine de kilomètres au nord de Phnom Penh, le long d'une route de terre où des centaines de fours à briques semblables à de petites pyramides flamboient sous le soleil. Cinquante-six heures par semaine, Bopha, adolescente à la chevelure d'ébène, charge des pavés d'argile sur des chariots. « Je ne vais pas à l'école. J'essaye d'aider à rembourser les 4.000 dollars qu'on doit même si cela prendra des années », raconte-t-elle à l'AFP, avant de rejoindre sa mère près de la cahute en tôle où la famille est logée dans l'enceinte même de la fabrique. « Pour 10.000 briques transportées, nous touchons 7,50 dollars », ajoute-t-elle. Le Cambodge est l'un des pays les plus vulnérables au changement climatique. Et, comme Chenda, plusieurs dizaines de milliers d'agriculteurs cambodgiens ont abandonné les rizières à la suite de vagues de sécheresse et d'inondations, incapables de rembourser l'argent qu'ils avaient emprunté auprès d'une banque ou d'un organisme de microfinance pour cultiver leur lopin de terre.

 Ils ont trouvé un travail dans une des centaines de manufactures de briques qui fleurissent dans le royaume pour répondre au boom de la construction dans les grandes villes du pays. Ces fabriques font travailler "une main-d'œuvre d'adultes et d'enfants", relevaient en octobre des chercheurs de l'Université de Londres, dénonçant "une forme d'esclavage moderne". Au vu de ce qu'ils gagnent, les ouvriers sont souvent incapables de rembourser et leur dette grossit au fur et à mesure des années. Sov a emprunté 2.500 dollars quand elle a commencé à travailler à la fabrique. Vingt ans ans plus tard, à 57 ans, elle doit le double. « Je vais devoir laisser cette dette à mes enfants », s'inquiète-t-elle. Mais « il faut les nourrir, je suis souvent malade et les traitements coûtent cher ». Maladies respiratoires ou de la peau, maux de tête, saignements de nez: les ouvriers travaillent sans gant ni masque et les problèmes de santé sont légion près des fours qui crachent une épaisse fumée noire. Sov pourra bientôt prendre deux jours de vacances pour retourner dans son village de la province de Stoeng Treng dans le nord du pays, mais sans son mari et ses enfants qui doivent rester à la fabrique. « Le patron a peur que nous prenions la fuite sans payer », explique-t-elle.

Pour autant, elle ne se plaint pas du propriétaire « qui ne nous traite pas mal ». Dans d'autres manufactures, la situation est pire. « Certains patrons sont violents. Ils sont assez riches pour corrompre la police et les autorités locales. Et, malgré les abus, aucun n'a jamais été poursuivi », relève Sok Kin, président du syndicat de travailleurs BWTUC. Quant aux ouvriers, "aucun n'est syndiqué, ils ignorent leurs droits et ont peur de perdre leur emploi", ajoute-t-il. Au Cambodge, la durée hebdomadaire de travail est fixée à 48 heures et le travail des enfants de moins de 15 ans est interdit par la loi. Mais, dans la fabrique de Thmey, les ouvriers effectuent au minimum 60 heures par semaine. Contacté, le ministère du Travail n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP. Pour Sok Kin, «des mesures doivent être prises en urgence: établir un salaire minimum, lancer des enquêtes anti-corruption et une campagne d'information à l'échelle nationale pour faire connaître leurs droits aux ouvriers ».

En Europe, un article de Thi Diem Quach fait le point sur les pays européens où le service militaire est toujours obligatoire :«En Belgique, le service militaire a été supprimé en 1992. Et depuis plusieurs années, le débat sur un éventuel retour du service militaire revient fréquemment, mais jusqu’ici aucune décision politique n’a été prise en ce sens.  La grande majorité des pays européens ont, tout comme la Belgique, abandonné le service militaire obligatoire, mais il reste quelques exceptions. Depuis les années 80-90, la plupart des pays européens ont opté pour des armées composées de professionnels volontaires abandonnant ainsi progressivement l’appel sous les drapeaux. Pourtant certains pays y restent attachés, c’est le cas notamment de la Grèce, la Finlande, la Suède, le Danemark ou encore de l’Autriche et la Suisse. Ces deux derniers pays ont même récemment confirmé la conscription obligatoire par référendum à une très large majorité. L’Estonie et la Lituanie voisines de la Russie appliquent aussi le service militaire obligatoire. Autre pays, plus au Nord, la Norvège. Cet état a même innové en la matière en devenant le premier pays européen à rendre obligatoire le service militaire pour les femmes. La durée et les conditions (sexe, âge et examens) d’un éventuel service militaire ou civil varient d’un pays à l’autre. Les femmes peuvent aussi servir leur pays mais dans la plupart des cas, c’est uniquement sur base volontaire. Pour les binationaux, il n’a pas de règles générales. Si vous êtes concernés par la tranche d’âge ou appelés aux tests, le mieux reste de se renseigner via les ambassades de votre pays de résidence.  Des exemptions sont possibles comme par exemple la maladie, un handicap ou des études universitaires à l’étranger. Mais une nouvelle fois, elles divergent d’un pays à l’autre. Certains états reconnaissent la double nationalité et permettre à leurs concitoyens de prester une forme de "service militaire ou civique" dans l’autre pays. D’autres pays comme la Grèce ou la Suisse font payer une taxe militaire à ceux qui veulent éviter un service militaire obligatoire ».

En Océanie, l’Australie croule sous l’effet de la canicule avec de températures qui frôlent 50 degrés par endroits, a en croire l’information publiée le samedi 29 décembre par RTBF citant l’AFP : «L'Australie étouffe cette semaine en raison d'une vague de très grande chaleur qui a vu le mercure atteindre de nouveaux records, les pompiers étant de leur côté sur le pied de guerre face aux risques d'incendie. Dans certaines zones de l'Etat d'Australie-Méridionale (sud), les températures ont dépassé cette semaine de 16 degrés les normales saisonnières, plusieurs villes enregistrant de nouveaux records, ont annoncé vendredi les services météorologiques. « La vague de chaleur recouvre une partie importante du pays », ont-ils précisé. Il a ainsi fait jeudi 49,3 degrés à Marble Bar, une bourgade de l'Etat d'Australie-Occidentale qui se présente comme la ville la plus chaude du pays. La plupart des agglomérations de l'île-continent souffrent également de la chaleur, enregistrant des températures supérieures à 40 degrés. La canicule devrait se poursuivre au-delà du Nouvel An. De nombreux habitants de Sydney en quête de fraîcheur ont envahi les plages de la ville. Les autorités municipales ont de leur côté lancé une alerte à la pollution à l'ozone. « Tout cela est dû à un système de hautes pressions provenant de la mer de Tasmanie et qui évolue lentement », a déclaré à Fairfax Media, Nick Neynens, de l'agence météorologique australienne. « C'est une situation très stable avec très peu d'évolution, ce qui signifie qu'il fait chaud partout et qu'on ne voit aucun changement se profiler ». Les autorités ont interdit les feux et appelé la population à se protéger de la chaleur. Les vagues de chaleur sont relativement fréquentes sur l'île-continent lors de l'été austral, et génèrent parfois des feux de brousse. Mais ces épisodes de canicule se sont intensifiés avec le réchauffement climatique».

Sélection de la Rédaction

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maitre Santos 18/01/2019 03:47

Papa vaudou Retour Affectif Rapide / Tel/whatsapp : +229 97 45 85 00

Bonjour ,mon nom c'est Maitre SANTOS et je suis de nationalité
béninoise. Je suis un Prête,voyant et un médium; dans ma famille la
voyance vient de la nuit des temps. Compétent,sérieux et honnête,je
résous les problèmes familiaux et de couple; retour immédiat et
définitif de la personne aimée; chance; examen;protection assurée;
santé;amour;affaire. Je travaille n'importe quelle difficulté;
j'enlève le mal qui vous suit; fidélité entre époux; attraction de
clientèle pour les vendeurs; stress; impuissance sexuelle; obésité;
difficultés liées à votre emploie ou promotion dans votre service.
Grace à mes dons surnaturels de père en fils,mettez-moi à l'épreuve
et vous serai agréablement surpris par les résultats très surprenants
et garantis.


Contact Maître SANTOS :
Tél Bénin: +229 97 45 85 00 (Joignable aussi sur Whatsapp)
Adresse E-Mail: Contact@marabout-vaudou-occulte.com

SiteWeb: https://retouraffectifvaudou.wixsite.com/retour-affectif
SiteWeb: https://retouraffectifvaudou.wixsite.com/mage-retour-affectif
SiteWeb: https://retouraffectifvaudou.wixsite.com/devenir-riche
SiteWeb: https://maraboutvaudou.wixsite.com/marabout
SiteWeb: https://sorcier-vaudou.onlc.be
SiteWeb: https://retour-affectif-ex.wixsite.com/marabout-vaudou
SiteWeb: https://richesse-rapide.wixsite.com/devenir-riche
Blog: http://marabout-vaudou-sorcier-retour-affectif-rapide.over-blog.com
Blog: http://magieretouraffectif.unblog.fr
Page: https://web.facebook.com/specialistedesrituelsderetouraffectifrapide

Contactez moi le plus tôt possible pour qu'enfin vous ayez la paix
dans votre vie. Bien de choses à vous et que
les bénédictions soient.