Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Au Zimbabwe, en Afrique australe, de violentes manifestations liées à la hausse des prix du pétrole ont fait plusieurs morts, selon la dépêche de l’agence Belga datant du lundi 14 janvier : «Plusieurs personnes ont été tuées lundi au Zimbabwe lors de violentes manifestations contre la forte hausse des prix du carburant décrétée par le président Emmerson Mnangagwa, dans un pays au bord de l'explosion sociale pour cause de crise économique et financière. Au premier jour d'une grève générale de trois jours, la police est intervenue pour disperser des centaines de personnes qui ont bloqué les routes et pillé des commerces dans les deux plus grandes villes du pays, Harare et Bulawayo (sud), paralysant largement l'activité. Ces opérations « ont provoqué des pertes de vie et de biens, ainsi que des blessures parmi les forces de police et la population », a annoncé en soirée le ministre de la Sécurité Owen Ncube, sans préciser le nombre de victimes. « Nous exprimons nos plus profondes condoléances aux familles en deuil », a-t-il ajouté, sans aucun autre détail. Plus tôt dans la journée, des ONG avaient affirmé avoir recueilli de nombreux témoignages rapportant que la police avait ouvert le feu dans la capitale, faisant état de 13 blessés. Ces troubles sont les plus graves dans le pays depuis la répression par l'armée d'une manifestation de l'opposition au lendemain des élections du 30 juillet, qui s'était soldée par la mort de 6 personnes dans les rues de Harare. Dans sa déclaration citée par le quotidien gouvernemental The Herald, le ministre de la Sécurité a indiqué que les forces de l'ordre avaient procédé à au moins 200 arrestations.

 

Il a attribué la responsabilité des troubles au Mouvement pour un changement démocratique (MDC), le principal adversaire de la Zanu-PF au pouvoir, « de mèche avec des ONG, la société civile, des organisations de jeunes ». Un porte-parole du MDC, Nkululeko Sibanda, a démenti ces allégations auprès de l'AFP. Il a accusé en retour le parti au pouvoir d'avoir tenté d'incendier en soirée le quartier général de son mouvement dans la capitale. Le sinistre a pu être maîtrisé, a-t-il ajouté. D'importants effectifs de l'armée ont été déployés en fin de journée dans plusieurs quartiers de Harare et Bulawayo. Depuis près de vingt ans, l’économie zimbabwéenne n’en finit pas de dégringoler, étranglée financièrement par un manque criant de liquidités et une inflation galopante. Sa situation s'est encore aggravée ces derniers mois. De nombreux produits de base manquent, à commencer par le pétrole. Des kilomètres de queue de véhicules se sont formés devant les stations-service du pays. Samedi soir, Emmerson Mnangagwa a annoncé la multiplication par deux et demi des prix de l'essence, dans l'espoir de réduire la consommation et les trafics liés à la dévaluation de la quasi-devise locale, les « bond notes ». Cette hausse a mis le feu aux poudres. De nombreux Zimbabwéens redoutent qu'elle provoque une flambée généralisée des prix. L'économie du Zimbabwe est sortie exsangue du règne autoritaire de trente-sept ans de Robert Mugabe, contraint à la démission fin 2017 par un coup de force de l'armée»

 

La tension est loin de retomber en RDC au lendemain de la victoire contesté de Félix Tshisekedi à la magistrature suprême, c’est un article du journal Le Devoir qui en fait écho : « Une organisation régionale d’Afrique australe a accentué dimanche la pression sur la Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo (RDC) en demandant un nouveau dépouillement des voix de l’élection présidentielle du 30 décembre, contestées par une partie de l’opposition. Le chef d’État de la Zambie, Edgar Lungu, président en exercice de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), a indiqué que l’organisation estime « qu’un second dépouillement permettrait de rassurer à la fois les vainqueurs et les perdants ». Contre toute attente, la Commission électorale congolaise (CENI) a annoncé, dans la nuit de mercredi à jeudi, la victoire de Félix Tshisekedi, 55 ans, fils de l’opposant historique Étienne Tshisekedi. Monsieur Tshisekedi a devancé avec 38,57 % des voix l’autre principal opposant, Martin Fayulu (34,8 %), selon les résultats provisoires. Il doit donc succéder à Joseph Kabila, 47 ans, au pouvoir depuis l’assassinat de son père en 2001. Mais Monsieur Fayulu a immédiatement dénoncé un « putsch électoral » du président sortant avec la « complicité » de Monsieur Tshisekedi, et revendiqué la victoire avec 61 % des voix. Il a déposé vendredi une demande devant la Cour constitutionnelle, qui a huit jours pour l’examiner.

En demandant un nouveau dépouillement, la SADC, qui a également appelé les dirigeants congolais à « considérer un accord politique négocié en vue d’un gouvernement inclusif », va plus loin que le reste de la communauté internationale. La SADC comprend notamment l’Afrique du Sud et l’Angola, qui ont des intérêts économiques en RDC, autre membre de l’organisation. Elle avait envoyé une mission d’observation le 30 décembre en RDC et avait estimé que le « processus électoral s’était relativement bien déroulé ». L’Union européenne a demandé « la publication des procès-verbaux de chaque centre local de compilation des résultats ». Les États-Unis ont réclamé une « clarification » et exhorté toutes les parties au calme, comme l’Union africaine ou l’ONU. La prudence internationale à l’égard des résultats fournis par la CENI tient aux objections de la toute puissante Église catholique, qui a demandé à l’ONU la publication des procès-verbaux du scrutin « pour enlever les doutes ». Selon la Conférence nationale épiscopale du Congo, les résultats de la CENI « ne correspondent pas » aux données recueillies par les 40 000 observateurs qu’elle affirme avoir déployés le jour du vote. « Comme tous les dimanches », Monsieur Fayulu s’est rendu dans la matinée à l’église protestante Philadelphie. « Notre foi est intacte, inébranlable. Parce que le peuple a décidé et la volonté du peuple sera réalisée », a-t-il confié à la sortie, les autres paroissiens saluant ses mots d’un « amen ».  Selon le président Zambien, un second dépouillement permettrait de rassurer à la fois les vainqueurs et les perdants. Devenus au cours de la campagne de farouches rivaux, Messieurs Fayulu et Tshisekedi ont la particularité de fréquenter tous deux cette même église. Mais ce dernier, très discret depuis la publication des résultats, ne s’y est pas déplacé dimanche. Monsieur Tshisekedi doit lentement prendre la mesure du défi qui l’attend s’il est confirmé président du plus grand pays d’Afrique subsaharienne, aux énormes ressources naturelles, mais marqué par de nombreux conflits internes et deux guerres entre 1996 et 2003.

À l’Assemblée nationale, les forces favorables au président sortant Kabila au sein de la coalition Front commun pour le Congo ont largement obtenu la majorité (250+1), en remportant plus de 350 sièges, selon le gouvernement. La RDC est un régime semi-présidentiel où le premier ministre doit sortir des rangs du groupe majoritaire à l’Assemblée. Monsieur Tshisekedi, qui obtiendrait une cinquantaine d’élus à la tête de la coalition Cap pour le changement, devrait ainsi être contraint à une cohabitation avec les partisans de Monsieur Kabila. Selon la Constitution, Monsieur Kabila ne peut prétendre à plus de deux mandats d’affilée. Mais, déjà assuré de devenir sénateur à vie, il envisage de revenir pour le prochain cycle électoral prévu en 2023. D’ici là, un accord aurait été passé avec monsieur Tshisekedi lui garantissant un droit de regard sur des postes stratégiques (défense, finances, gouverneur de la Banque centrale), selon une source congolaise. L’intronisation du nouveau président doit être annoncée pour le 22 janvier, après la proclamation définitive des résultats».

 

En Egypte, une étudiante a été exclue de son université après avoir enlacé un garçon, selon un article rédigé par Esmeralda Labaye pour le compte du site de la RTBF dans sa publication du dimanche dernier : « L'université Al-Azhar à Mansoura (nord) ne rigole pas avec les « bonnes manières ». Après la diffusion d'une vidéo dans laquelle on voit une étudiante enlacer un garçon, l'établissement a annoncé avoir exclue la jeune fille. Sur cette vidéo, la jeune fille enlace dans la cour d'un autre établissement, l'Université de Mansoura. Les images largement relayées sur les réseaux sociaux, ont suscité la controverse dans une société égyptienne très conservatrice« Le Conseil de discipline de l'université (d'Al-Azhar) a pris la décision d'exclure la jeune fille (...) à cause du tollé suscité par la vidéo », a déclaré à l'AFP le porte-parole de cet établissement, Ahmed Zarie, qui n'a pas donné de détails sur l'identité de l'étudiante.

La sanction prise ce samedi a officiellement été justifiée par « la mauvaise image » que l'étudiante aurait véhiculée de l'université. La jeune fille, inscrite à la faculté d'études islamiques où la mixité n'est pas tolérée, a toutefois la possibilité de faire appel de cette sanction. Bien que les faits se soient produits dans un autre établissement, le porte-parole de l'université Al-Azhar a affirmé qu'ils contrevenaient aux « valeurs et principes de la société ».L'étudiant de l'Université de Mansoura, inscrit à la faculté de droit, a également été reconnu « coupable », selon le porte-parole de son établissement, Hani Hilal. Il n'a pas été exclu, pour l'instant. « Le Conseil de discipline de l'université va examiner la sanction adéquate » lundi «  a précisé Hani Hilal à l'AFP. L'université Al-Azhar se présente régulièrement comme le porte-voix d'un islam tolérant et ouvert. Mais de nombreux intellectuels reprochent à ses établissements scolaires de favoriser l'intolérance et l'extrémisme. Pays conservateur, l'Egypte est régulièrement secouée par ce qui est perçu comme des scandales de mœurs, largement relayés sur les réseaux sociaux. Plusieurs personnes accusées d'homosexualité ou de diffusion d'images sexuellement connotées ont d'ailleurs été condamnées récemment à des peines de prison pour « incitation à la débauche » et « atteinte aux bonnes mœurs».

 

Au Bangladesh en Asie, le secteur de l’industrie textile est paralysé par une grève persistante des ouvriers, rapporte l’AFP dans sa publication datant de lundi 14 janvier : «Des milliers d'ouvriers de l'industrie textile du Bangladesh ont à nouveau débrayé lundi, poursuivant une grève qui dure depuis plus d’une semaine pour demander de meilleurs salaires. Pour le huitième jour consécutif, des milliers d'employés ont refusé de travailler, selon la police, perturbant l'activité de l'industrie textile de ce pays d'Asie du sud où de nombreuses marques occidentales font fabriquer leurs vêtements. Le Bangladesh est le deuxième exportateur de vêtements après la Chine et ambitionne de développer encore ce secteur pour en faire une industrie pesant 50 milliards de dollars par an d'ici 2023, contre environ 30 milliards actuellement. À l'inverse des jours précédents, aucune violence n'a été signalée lundi. La semaine dernière, un travailleur avait trouvé la mort lorsque les forces de l'ordre avaient tiré des balles de caoutchouc et des grenades lacrymogènes sur 5.000 manifestants.

À Ashulia, près de la capitale Dacca, des véhicules blindés et des centaines de policiers gardaient les usines du plus grand centre textile du pays. Un message diffusé par haut-parleur lançait: « aucune violence ne sera tolérée ». Le gouvernement bangladais a négocié un compromis dimanche entre les syndicats et fabricants pour mettre fin au conflit social, convenant d'une augmentation pour les ouvriers situés dans la partie intermédiaire des grilles salariales. Mais certains d'entre eux ont reçu une augmentation d'à peine 20 takas (0,20 euro) par mois, insuffisant pour nombre de petites mains qui travaillent parfois pour des marques de luxe. « Je pense que la hausse des salaires était injuste », a déclaré à l'AFP Ruhul Amin, président exécutif du Garment Trade Union Centre. L'économie du Bangladesh, pays de 165 millions d'habitants, repose largement sur l'industrie textile. Des millions d'ouvriers sont employés à bas coût dans quelque 4.500 ateliers, fabriquant à tour de bras des vêtements pour les distributeurs occidentaux comme H&M, Primark, Walmart, Tesco, Carrefour et Aldi. Les exportations du secteur textile représentent 80% des exportations totales du pays.

Sélection de Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maitre Santos 18/01/2019 03:36

Maître médium pour travaux occultes sorcier vaudou / Tel/whatsapp : +229 97 45 85 00

maître médium pour travaux occultes sorcier vaudou Connu pour ces rituels d’amour,Maître Santos il permets aux couples de se donner
une nouvelle chance de revivre le bonheur d'être à deux,les conjoints infidèles prennent le droit chemin.
Il vous aide a avoir un boulot quelques soient les domaines visés (Professionnel_Financier_Sentimental_Santé_Famille ).Il dispose des rituels puissants ancestraux toujours depuis des

générations. Voici ces services : -Impuissance Sexuelle -Grossissement de L’appareil Génital Masculin -Arrêt de fumée -Retour d’affection -Crise conjugale -Problème familiale -Protection

contre tout mauvais sort ou dangers -Union rapide -Attirance des femmes ou des hommes -Attirance de clientèle pour les vendeurs et les entreprises -Retour immédiat de l’être aimé -

Désenvoûtement -Porte money magique . . . -Jeux du hasard
-Problème d’argent -Etre chef d’entreprise_Chance_Amour_Réussite


Contact Maître SANTOS :
Tél Bénin: +229 97 45 85 00 (Joignable aussi sur Whatsapp)
Adresse E-Mail: Contact@marabout-vaudou-occulte.com

SiteWeb: https://retouraffectifvaudou.wixsite.com/retour-affectif
SiteWeb: https://retouraffectifvaudou.wixsite.com/mage-retour-affectif
SiteWeb: https://retouraffectifvaudou.wixsite.com/devenir-riche
SiteWeb: https://maraboutvaudou.wixsite.com/marabout
SiteWeb: https://sorcier-vaudou.onlc.be
SiteWeb: https://retour-affectif-ex.wixsite.com/marabout-vaudou
SiteWeb: https://richesse-rapide.wixsite.com/devenir-riche
Blog: http://marabout-vaudou-sorcier-retour-affectif-rapide.over-blog.com
Blog: http://magieretouraffectif.unblog.fr
Page: https://web.facebook.com/specialistedesrituelsderetouraffectifrapide