Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

En RDC. Hier samedi 05 janvier 2019 fut le jour où selon Belga pour le compte de la RTBF annonça en lien avec les élections dans ce grand pays d’Afrique que : « l'Eglise catholique renvoie la CENI à sa « responsabilité » en cas de « soulèvement ».La puissante conférence épiscopale, première force d'observation des élections en République démocratique du Congo (RDC), a affirmé samedi que la commission électorale porterait la « responsabilité » d'un « soulèvement de la population » si elle n'annonce pas des résultats « conformes à la vérité des urnes » après les élections du 30 décembre 2018. Parmi toutes les « irrégularités » possibles, « la plus grave qui pourrait porter le peuple congolais au soulèvement serait de publier les résultats, quoique provisoires, qui ne soient pas conformes à la vérité des urnes », a écrit le président de la Conférence épiscopale, Mgr Marcel Utembi, dans un courrier à son homologue de la commission électorale, Corneille Nangaa. « De ce fait, s'il y a soulèvement de la population, il relèverait de la responsabilité de la Céni », a ajouté Mgr Utembi. Il répondait à un courrier que lui avait adressé la veille le président de la Commission électorale.Dans cette première lettre, monsieur Nangaa avait accusé la Conférence épiscopale d'annoncer des « tendances » qui sont « de nature à intoxiquer la population en préparant un soulèvement ».Monsieur Nangaa avait ajouté que la Conférence des évêques (Cenco) « serait seule responsable d'autant qu'elle se fonde sur des données infimes et partielles ».Il avait demandé aux évêques « un démenti formel » de ces tendances.

La veille, la Cenco avait affirmé que « les données à sa disposition issues des procès-verbaux des bureaux de vote consacre le choix d'un candidat comme président de la République » - sans citer le moindre nom. Sans autre précision sur ces données, la Cenco présentait le rapport préliminaire des 40.000 observateurs qu'elle affirme avoir déployés dans tout le pays.La Cenco avait appelé la Céni « à publier en toute responsabilité les résultats des élections dans le respect de la vérité et de la justice ».La CENI devait publier ces résultats provisoires ce dimanche « au plus tard », mais samedi, le président de la Ceni  a renvoyé cette annonce à « la semaine prochaine ». « On est encore autour de 45 à 48% » dans la remontée des bulletins de vote, a annoncé samedi à l'AFP Corneille Nangaa.Pour l'élection présidentielle, trois candidats sont en course pour la succession du président Joseph Kabila, son dauphin Emmanuel Ramazani Shadary (dit ERS), et les deux opposants Martin Fayulu et Félix Tshisekedi.Des élections législatives et provinciales avaient également lieu le 30 décembre, date d'un scrutin trois fois reporté depuis fin 2016 ».

Au Venezuela: Cette fois-ci c’est dans ce pays d’Amérique latine que  la RTBF est allée depuis hier samedi 05 janvier 2019 chercher cette information selon laquelle le parlement déclare illégitime le nouveau mandat de Maduro .Ainsi décrivent ces deux médias belges que : « Le Parlement vénézuélien, contrôlé par l'opposition, a déclaré samedi illégitime, dans un vote à la portée symbolique, le nouveau mandat du président Nicolas Maduro qui doit débuter le 10 janvier.Nicolas Maduro, 56 ans, a été réélu le 20 mai pour un nouveau mandat de six ans à l'issue d'une élection contestée. Les principaux partis d'opposition avaient boycotté le scrutin marqué par une forte abstention. « Nous réaffirmons le caractère illégitime de Nicolas Maduro (...). A partir du 10 janvier il usurpera la Présidence et cette Assemblée nationale est en conséquence la seule représentation légitime du peuple », a déclaré le nouveau président de l'Assemblée, Juan Guaido. Ce vote intervient au lendemain d'une décision dans le même sens des pays du Groupe de Lima, à l'exception du Mexique.Il n'a toutefois qu'une portée symbolique, car depuis début 2016, la Cour suprême, réputée proche de l'exécutif, a déclaré nulles toutes les décisions adoptées par le Parlement.

Juan Guaido s'est également engagé à « mettre en place les conditions nécessaires à un gouvernement de transition et à convoquer des élections libres ». Nicolas Maduro est accusé par ses détracteurs de mener une gestion économique erratique et d'être un "dictateur" accaparant tous les pouvoirs.Le Venezuela possède les plus grandes réserves de pétrole du monde, mais il est asphyxié par une profonde crise économique et se trouve sous le coup de sanctions financières des Etats-Unis. Vendredi, les pays du Groupe de Lima, à l'exception du Mexique, ont accentué la pression sur Nicolas Maduro, indiquant qu'ils ne reconnaîtraient pas le deuxième mandat du président vénézuélien. A l'issue d'une réunion, 12 pays d'Amérique latine et le Canada ont signé une déclaration destinée à coordonner des mesures à l'encontre du pouvoir de Caracas. Seul le Mexique, dirigé par le président de gauche Andrés Manuel Lopez Obrador, n'a pas signé ».

En Hongrie,c’est en Europe que notre confrère Jean-François Herbecq eut décidé de mener ce reportage publié depuis hier samedi 05 janvier 2019 par la RTBF en rapportant que  Les Hongrois à nouveau dans la rue contre le gouvernement Orbán :« Après la trêve des confiseurs, les Hongrois redescendent dans la rue pour protester contre le gouvernement Orbán et la loi sur les heures supplémentaires. Ils étaient à nouveau plusieurs milliers à Budapest pour dire non à cette réforme controversée du code du travail. 

Une loi très néolibérale qu'ils surnomment loi esclavagiste, parce qu'elle permettra aux entreprises d'imposer aux travailleurs plus d'heures supplémentaires. Jusqu'à 400 heures par an. Et la comptabilisation de ces heures sera faite sur 3 ans au lieu d'un, une flexibilité qui reportera encore le paiement de ces heures supplémentaires. Cette réforme que l'on dit taillée sur mesure pour les industriels de l'automobile touche les Hongrois.Et c'est pour cela que depuis que cette loi a été votée mi-décembre, les Hongrois manifestent contre leur gouvernement. Cette loi a déclenché quelque chose. Augmenter les heures de travail, cela fait penser au samedi communiste. Dans les années 50, les travailleurs offraient ainsi une journée à l'Etat. 400 heures, c'est l'équivalent d'une journée de travail en plus chaque semaine. Mais ce samedi c'est aussi contre la politique autoritaire de Viktor Orbán et sa mainmise sur les médias et la justice que défilaient les Hongrois. Et pour une fois c'était à l'appel des syndicats, d'ordinaire peu actifs en Hongrie, et avec tous les partis d'opposition, unis, de la gauche à l'extrême droite, en passant par les verts. Les syndicats font monter la pression et pourraient appeler à présent à la grève générale dans tout le pays si le gouvernement ne revient pas sur la loi travail. Une nouvelle manifestation nationale est prévue le 19 janvier ».

Au Yémen au Proche-Orient ou dans le Golfe. L’AFP eut signé depuis samedi 05 janvier 2019 cette information pour la RTBF en rapportant que l'émissaire de l'ONU est dans ce pays pour consolider la trêve à Hodeida : « L'émissaire de l'ONU pour le Yémen Martin Griffiths est arrivé samedi dans la capitale Sanaa pour des discussions avec les chefs rebelles en vue de consolider la trêve dans le port stratégique de Hodeida, selon un photographe de l'AFP. Il doit se rendre ensuite dans la capitale saoudienne Ryad pour rencontrer le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, en exil en Arabie saoudite voisine, et d'autres responsables. Sanaa est aux mains des rebelles Houthis. M. Griffiths doit avoir discussions avec des responsables Houthis et avec Patrick Cammaert, chef des observateurs de l'ONU au Yémen, qui préside le comité mixte (rebelles-gouvernement) chargé notamment de mettre en oeuvre la trêve à Hodeida (ouest), selon l'ONU.L'ONU espère réunir toutes les parties d'ici la fin du mois de janvier, peut-être au Koweït, pour un suivi des avancées obtenues lors de pourparlers à Stockholm en décembre, ont fait savoir des diplomates. Les consultations inter-yéménites en Suède ont permis d'aboutir à un cessez-le-feu entré en vigueur le 18 décembre à Hodeida (ouest), et à la décision d'un retrait des combattants de la ville et de son port, crucial pour l'acheminement de l'aide humanitaire.

Les ports d'Al-Salif et de Ras Issa, dans la province de Hodeida, sont aussi concernés par des mesures de cessation des hostilités et d'évacuation de combattants.Selon l'ONU, l'arrêt des hostilités à Hodeida continue de tenir.Mais les accusations réciproques d'une violation de la trêve se poursuivent. Dans une lettre adressée à l'ONU, le gouvernement yéménite a accusé les Houthis d'avoir enfreint l'accord de cessez-le-feu à Hodeida, tandis que les rebelles ont accusé la coalition menée par les Saoudiens d'avoir mené des vols à basse altitude au-dessus de la ville.Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait entendre un rapport de monsieur Griffiths la semaine prochaine.Le conflit au Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique, a provoqué la pire crise humanitaire au monde et jusqu'à 20 millions de personnes sont « en situation d'insécurité alimentaire » selon l'ONU. Il a fait au moins 10.000 morts depuis mars 2015.L'Arabie saoudite sunnite a pris la tête en mars 2015 d'une coalition militaire pour aider le pouvoir yéménite à stopper une offensive des rebelles qui se sont emparés de vastes régions du pays dont Sanaa ».

En Chine en Asie : C’est dans ce pays que l’Agence France Presse révèle depuis hier samedi 05 janvier 2019 pour la RTBF que la population a baissé pour la première fois en 2018.Incroyable, mais pourtant vrai. Car , selon ces deux médias européens : « La population de la Chine, la plus nombreuse au monde, a baissé l'an dernier pour la première fois depuis au moins 70 ans, selon des experts, malgré l'abandon de la politique de l'enfant unique. Les chiffres officiels ne seront connus que courant janvier, mais sans attendre, le spécialiste Yi Fuxian, chercheur basé aux Etats-Unis à l'Université du Wisconsin-Madison, estime que la population de la Chine a reculé l'an dernier de 1,27 million de personnes. Une paille par rapport à une population totale de 1,39 milliard d'habitants, plus de 20 fois la population de la France, mais tout de même une première dans l'histoire de la République populaire de Chine, fondée en 1949.Après la politique nataliste du fondateur du régime communiste, Mao Tsé-toung, la Chine s'est lancée à la fin des années 1970 dans une politique de l'enfant unique, souvent critiquée pour sa brutalité. Mais face au vieillissement de la population, Pékin autorise désormais depuis 2016 toutes les familles à avoir deux enfants.

Problème: face aux coûts de l'éducation, de la santé et du logement, beaucoup de couples préfèrent en rester à l'enfant unique, voire à pas d'enfant du tout...Résultat, le nombre de naissances a décliné de 2,5 millions l'an dernier, estime Yi Fuxian, alors que Pékin tablait sur une augmentation de 790.000 naissances. Le total selon lui devrait atteindre 10,31 millions pour 2018.Dans le même temps, le nombre de décès a augmenté à 11,58 millions, estime le chercheur, qui fonde ses chiffres sur des statistiques locales.L'année écoulée est « un tournant historique pour la population chinoise », déclare-t-il à l'AFP, jugeant que la tendance est peut-être même « irréversible » compte tenu de la baisse du nombre de femmes en âge de procréer.« La population chinoise a commencé à baisser pour la première fois depuis 1949, le problème du vieillissement s'est accéléré et le dynamisme de l'économie s'est affaibli »,  observe-t-il.Les recherches de monsieur Yi doivent paraître dans une étude publiée avec l'économiste Su Jian, de l'Université de Pékin, sur la base de chiffres de la Commission nationale de la santé.

La Chine entre dans « une crise démographique », s'alarme l'économiste Ren Zeping, du groupe immobilier Evergrande, alors que l'Inde devrait dans quelques années rattraper la Chine au rang de pays le plus peuplé de la planète.La population en âge de travailler (de 16 à 59 ans) a chuté de près de 5,5 millions de personnes en 2017, déclinant pour la sixième année consécutive pour tomber à 902 millions de personnes (65% de la population totale).Selon des estimations du gouvernement, le nombre de personnes âgées de 60 ans ou plus devrait atteindre 487 millions de personnes en 2050, soit 35% de la population contre 241 millions (17,3% de la population) fin 2017.Le nombre de femmes en âge de procréer devrait lui reculer de plus de 39% au cours des 10 prochaines années, selon He Yafu, un démographe indépendant, qui juge vraisemblables les estimations du professeur Yi.Ce dernier, critique de longue date de la politique de l'enfant unique, encourage désormais le gouvernement chinois à abolir la limite de deux enfants par famille et à soutenir la natalité par de généreux congés parentaux et des incitations fiscales.Si le régime communiste n'intervient pas dès à présent « la crise du vieillissement sera plus grave que celle du Japon et les perspectives économiques encore plus sombres », prévient-il ».

Sélection de la Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maitre Santos 18/01/2019 03:44

Maraboutage d'une femme ou d'un homme / Tel/whatsapp : +229 97 45 85 00

Vous qui avez tous essayé et sans résultat ou qui êtes en difficulté, la malchance vous
poursuit, les problèmes vous paraissent désespérer; ne vous faite plus de soucis.
Tous vos problèmes seront résolus définitivement ( MEME A DISTANCE ) et tous vos souhaits
seront réalisés très rapidement et garantis à 100 %.
Je suis un marabout qui peut intervenir dans les domaines suivants:
- Désenvoûtement....
- Protection contre les mauvais sorts....
- Amour: Retour de l'être aimé, maraboutage d'une femme ou d'un homme, mettre fin à un
divorce, attirer quelqu'un...
- Chance: Ce qu'il vous faut pour avoir plus de chance aux jeux, pour ne plus être poissard
dans la vie...
- Travail: Ce qu'il vous faut pour trouver un travail, ne pas se faire virer, pour être
augmenté, pour réussir les entretiens d'embauche.
- Business et affaires: Ce qu'il vous faut pour avoir de succès lorsque vous montez une
entreprise, pour mieux négocier les contrats, pour faire venir les clients et attirer des
partenaires..
PS: La consultation est gratuite.


Contact Maître SANTOS :
Tél Bénin: +229 97 45 85 00 (Joignable aussi sur Whatsapp)
Adresse E-Mail: Contact@marabout-vaudou-occulte.com

SiteWeb: https://retouraffectifvaudou.wixsite.com/retour-affectif
SiteWeb: https://retouraffectifvaudou.wixsite.com/mage-retour-affectif
SiteWeb: https://retouraffectifvaudou.wixsite.com/devenir-riche
SiteWeb: https://maraboutvaudou.wixsite.com/marabout
SiteWeb: https://sorcier-vaudou.onlc.be
SiteWeb: https://retour-affectif-ex.wixsite.com/marabout-vaudou
SiteWeb: https://richesse-rapide.wixsite.com/devenir-riche
Blog: http://marabout-vaudou-sorcier-retour-affectif-rapide.over-blog.com
Blog: http://magieretouraffectif.unblog.fr
Page: https://web.facebook.com/specialistedesrituelsderetouraffectifrapide