Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

En Europe, l’agence belge rapporte le dimanche 30 décembre, qu’en Irlande, la police se prépare à lancer une recherche pour exhumer 796 corps de bébés localisés dans un ancien foyer catholique : «Les policiers irlandais qui enquêtent sur la découverte de restes de bébés découverts dans un ancien foyer catholique de mères célibataires en Irlande, sont à la recherche de 796 corps au total, a rapporté samedi la chaîne de télévision britannique Sky News. L'ancien foyer St Mary des sœurs du Bon Secours à Tuam, dans l'ouest de l'île, a été géré entre 1925 et 1961 par l'Eglise catholique. Des premiers corps y ont été découverts en 2014. Une commission officielle chargée d'enquêter sur cette affaire a indiqué qu'une « quantité importante » de restes d'enfants y avaient été inhumés clandestinement. Le gouvernement de Dublin avait mis sur pied cette commission en 2014 après les révélations d'une historienne, Catherine Corless. Celle-ci avait étudié les avis de décès de 797 enfants, des bébés pour la plupart, décédés dans ce foyer, mais n'avait trouvé qu'une seule tombe correspondante dans le cimetière local. Selon Sky News, le gouvernement doit modifier une loi pour permettre l'exhumation des 796 corps présumés enterrés. Le Taoiseach (Premier ministre irlandais), Leo Varadkar, a exprimé son espoir d'obtenir ce changement législatif d'ici la fin de l'année 2019. « D'ici là, nous pouvons déjà désigner des experts qui peuvent réaliser le travail préparatoire », a-t-il dit »

En Amérique du Nord, plusieurs journaux américains ont été frappés par une cyberattaque d’origine étrangère, a en croire l’agence Belga dan sa publication du dimanche 30 décembre pour le compte de la RTBF : « Une cyberattaque semblant être orchestrée hors des États-Unis a causé des perturbations dans l'impression et la livraison de plusieurs journaux américains samedi, dont le Los Angeles Times et The Times, The Wall Street Journal et The New York Times, a confirmé une source proche du milieu, citée par l'agence dpa. L'attaque a causé des retards dans l'édition dominicale des journaux The Times, The San Diego Union-Tribune, The Chicago Tribune, BaltimoreSun et plusieurs autres grands quotidiens qui opèrent depuis une plateforme partagée. La distribution des éditions de la côte ouest du Wall Street Journal et New York Times, qui sont imprimés dans la même usine que ceux du Los Angeles Times à Los Angeles, a aussi été perturbée. « Nous estimons que l'intention de l'attaque était de rendre indisponible l'infrastructure, et plus particulièrement les serveurs, mais pas tant de voler des informations », a indiqué la source, qui s'exprime sous couvert de l'anonymat car elle n'est pas autorisée à formuler des commentaires publics.

Pas davantage de détails ont été fournis sur l'origine de l'attaque ni sur le motif. La source des attaques est identifiée comme une "entité étrangère". Tous les journaux de l'ancienne filiale de The Times, Tribune Publishing, ont aussi été confrontés à des problèmes de production. Tribune Publishing a vendu The Times et The San Diego Union-Tribune à l'homme d'affaires de Los Angeles Dr. Patrick Soon-Shiong en juin, mais les sociétés partagent toujours plusieurs systèmes, dont des logiciels. Tribune Publishing a affirmé dans une déclaration samedi que les données personnelles des abonnés, utilisateurs en ligne et clients publicitaires n'avaient pas été compromises. Selon The Times, le problème a été détecté en premier lieu vendredi et depuis lors les équipes techniques ont progressé pour y remédier sans pouvoir rendre tous les systèmes disponibles avant l'impression. L'attaque semble avoir débuté dans la soirée jeudi pour toucher vendredi tous les maillons cruciaux de l'impression du journal. "En général quand quelqu'un tente de perturber une ressource numérique importante comme un journal d'information, il faut se tourner vers des pirates expérimentés et sophistiqués", selon Pam Dixon, directrice générale de l'ONG World Privacy Forum »

 Dans le Proche-Orient, «40 terroristes ont été tués en représailles à l’attaque perpétrée contre les touristes sur le territoire égyptien, selon l’information rapportée par l’AFP pour le compte du journal suisse Le Temps dans sa publication de samedi 29 décembre dernier : « Des raids des forces de sécurité ont été menés contre des combattants jihadistes présumés à Guizeh, lieu de l’attaque de vendredi, et dans le Nord Sinaï (est du pays), selon le ministère de l’Intérieur. Les forces de sécurité ont tué samedi «40 terroristes» dans des raids en Egypte, au lendemain d’un attentat meurtrier contre un bus de touristes vietnamiens près du Caire, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Trois touristes vietnamiens ont été tués vendredi dans l’explosion d’une bombe artisanale au passage de leur bus près du site des pyramides de Guizeh, en périphérie sud-ouest de la capitale égyptienne. Leur guide égyptien, blessé dans l’attaque, a ensuite succombé. Les raids des forces de sécurité ont été menés contre des combattants jihadistes présumés à Guizeh, lieu de l’attaque de vendredi, et dans le Nord Sinaï (est du pays), a rapporté le ministère dans un communiqué. «Quarante terroristes ont été tués dans les opérations de sécurité», 30 dans la région de Guizeh et 10 dans le Nord Sinaï, selon la même source. «Ils planifiaient une série d’agressions contre le secteur du tourisme, les lieux de culte chrétiens et les forces de sécurité». Le ministère n’a pas lié directement ces raids policiers à l’attaque de vendredi qui n’a pas été revendiquée, mais une source sécuritaire a précisé qu’ils avaient eu lieu «tôt» samedi matin, donc après l’attentat »

Alimentation à travers le monde, la collaboratrice Laurie Noreau du journal Le Devoir s’interroge sur la propension des hommes à boire l’alcool, un peu, beaucoup ou pas du tout : «Les Fêtes sont un moment de réjouissance et de retrouvailles… où l’alcool coule souvent à flot. Pour ceux qui souhaitent adopter une consommation responsable, il est souvent difficile de s’y retrouver dans toutes les études scientifiques sur le sujet. «Le Devoir» fait le point. Si les autorités de santé publique recommandent une consommation modérée, certaines études estiment que l’on devrait adopter un mode de vie sans alcool. D’autres affirment plutôt le contraire et affirment que l’alcool aurait un effet protecteur contre certaines maladies. Démêler tout cela a de quoi donner un sérieux mal de tête. Il ne faut pas nier les nombreuses maladies liées à une consommation excessive d’alcool. Les dangers sont bien réels. L’alcool reste un facteur de risque dans les maladies du coeur, du foie et du pancréas, en plus d’augmenter les risques de développer certains cancers, comme celui de la bouche, de l’oesophage, du larynx et du foie, pour ne nommer que ceux-là. Plusieurs mécanismes ont été associés au cancer, mais le plus connu se déroule pendant l’assimilation de l’alcool.

Une fois ingéré, l’éthanol est dégradé en acétaldéhyde, lui-même dégradé en acide acétique. C’est l’exposition à l’acétaldéhyde qui constitue l’effet cancérigène chez l’être humain. Le cancer survient donc parce qu’une partie de l’alcool consommé ne s’est pas entièrement métabolisée. Mais n’entend-on pas que l’alcool pourrait aussi protéger contre le cancer. En effet, une boisson alcoolisée peut à la fois augmenter et réduire les risques de développer un cancer. Le secret réside dans le dosage. Un verre de trop et c’est les effets délétères qui prennent le dessus sur les bienfaits. C’est le cas du vin rouge. Le resvératrol, molécule que l’on retrouve dans les raisins et donc dans le vin, permet d’éliminer les cellules endommagées qui sont les plus susceptibles de muter en cancer. Cette fameuse molécule répare les dommages causés plus tôt par l’acétaldéhyde. Elle possède également des propriétés qui tiennent les problèmes cardiaques à distance.

Il s’agit cependant d’un couteau à double tranchant. S’il est plutôt vrai qu’un verre par jour protège contre certaines maladies chroniques, une consommation quotidienne de plus de quatre verres estomperait les effets bénéfiques au profit des conséquences néfastes. « Le pire modèle de consommation, c’est boire de grandes quantités d’alcool à l’occasion, puis d’observer plusieurs jours d’abstinence. Autrement dit, il vaut infiniment mieux boire régulièrement de petites quantités d’alcool que de boire beaucoup de temps en temps », dit Hubert Sacy. Pendant la période des Fêtes, la quantité d’alcool ingurgitée est souvent plus importante qu’à l’habitude. Ce n’est de toute évidence pas un bon moment pour profiter des effets du resvératrol. Vous vous dites qu’abuser des bonnes choses une fois de temps à temps n’est pas la fin du monde : vous retrouverez bientôt vos habitudes de consommation et tout redeviendra à la normale. Erreur ! « L’effet favorable de l’alcool se manifeste quand il y a consommation régulière et à petites doses », rappelle le directeur général d’Éduc’alcool, Hubert Sacy. « Le pire modèle de consommation, c’est boire de grandes quantités d’alcool à l’occasion, puis d’observer plusieurs jours d’abstinence.

Autrement dit, il vaut infiniment mieux boire régulièrement de petites quantités d’alcool que de boire beaucoup de temps en temps. » Plus tôt cette année, une étude publiée dans The Lancet a fait les manchettes en prévenant que même un seul verre d’alcool par jour pouvait être dangereux pour la santé. Qu’en est-il vraiment ? Les chercheurs ont épluché des centaines d’études publiées partout à travers le monde pour conclure qu’il n’y avait pas de niveau sécuritaire de consommation d’alcool. S’il est vrai que la consommation excessive d’alcool augmente radicalement les risques pour la santé, les données pour une consommation responsable sont beaucoup moins marquées. Dans cette étude, la différence entre l’abstinence et un verre d’alcool est pratiquement négligeable. Ce n’est donc pas assez concluant pour bouder votre coupe de vin rouge pendant le souper. On peut donc dire que le risque croît avec l’usage… et que la modération a vraiment meilleur goût ! »

En Amérique Latine précisément en Philippine, 20 minutes avec l’AFP ont indiqué que le  président Rodrigo Duerte, a effectué un déplacement au mémorial de la Shoahs : « Il s’était comparé à Hitler, le voici deux ans plus tard en visite au mémorial de la Shoah. Le président Phlipin Rodrigo Duerte est en visite en Israël, où il a renouvelé son soutien au Premier ministre Benjamin. L’opposition israélienne et les défenseurs des droits de l’Homme dénoncent cette visite. Le président philippin s’est rendu ce lundi au mémorial Yad Vashem, haut lieu du souvenir de l’Holocauste et passage solennel obligé pour tout dignitaire étranger en visite en Israël. Ses détracteurs ne se sont pas privés de ressortir les déclarations faites par Rodrigo Duterte sur Hitler en septembre 2016, trois mois après son investiture. « Hitler a massacré trois millions de juifs. Bon, il y a trois millions de drogués [aux Philippines]. Je serais heureux de les massacrer », avait-il asséné, minimisant au passage le nombre de juifs assassinés par les nazis, chiffrés par les historiens à six millions. 

Ces mots avaient suscité une profonde indignation internationale ainsi que parmi les juifs. Le dirigeant philippin avait ensuite présenté ses excuses et s’était rendu dans une synagogue quelques jours plus tard. Alors que débute cette visite diplomatique de trois jours, Rodrigo Duterte et Benjamin Netanyahou ont souligné des « relations fortes » et une amitié « florissante », lors de la signature de trois accords, commercial, scientifique et sur les milliers de Philippins qui travaillent comme aides à domicile en Israël. « Nous partageons une même passion pour la paix », a soutenu Rodrigo Duerte en anglais. « Nous partageons aussi une même passion quand il s’agit d’empêcher que nos pays ne soient détruits par des gens à l’idéologie malfaisante qui ne connaissent que le meurtre et la destruction ». La visite de Rodrigo Duterte pourrait aboutir à la signature de contrats significatifs, au moment où Manille prévoit un programme de plusieurs milliards de dollars de modernisation de ses forces armées ».

Sélection de la Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article