Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Belga News attire l’attention à travers un article publié le 14 décembre sur des pratiques de ségrégation dont sont victimes les femmes journalistes dans l’exercice de leur métier : « Précarité, ségrégation, stéréotypes... Une étude menée par trois chercheuses de l'Université libre de Bruxelles (ULB) et de l'Université de Mons (UMons) dresse un portrait peu reluisant des conditions de travail des femmes journalistes en Belgique francophone. Les directions des médias semblent en outre ne pas se rendre compte de ces difficultés et réfléchissent rarement à la place des femmes dans leur rédaction. Les femmes représentent un tiers des journalistes belges, révèle une enquête nationale menée en 2018 par l'Université de Gand (UGent). «Nous constatons depuis longtemps que la proportion de femmes évolue lentement dans la profession" malgré qu'elles soient majoritaires à la sortie des études, explique Sophie Lejoly, secrétaire générale adjointe de l'Association des journalistes professionnels. Être une femme serait-il un inconvénient dans le journalisme il «existe une ségrégation verticale et horizontale au sein des rédactions », mettent en avant Florence Le Cam, Manon Libert et Lise Ménalque.

Les femmes rencontrent davantage de difficultés à progresser dans leur carrière, à grimper dans la hiérarchie. Pourtant, autant d'hommes (35%) que de femmes (32%) ressentent l'envie de diriger une équipe. En outre, « les femmes sont davantage placées ou vont elles-mêmes préférer rejoindre des rubriques liées à la culture, la société, le lifestyle alors qu'on retrouve plus d'hommes dans l'économie ou la politique », explique Florence Le Cam. Le discours des directions est contradictoire, note l'étude. Certains affirment que le sexe n'a aucune influence tandis que d'autres admettent qu'il joue un rôle car les femmes sont davantage prises par des problèmes de charge mentale et familiale. Certains directeurs de rédaction estiment par ailleurs que « les femmes seraient plus à l'aise dans certaines rubriques, développeraient des approches plus émotionnelles et pour certains, elles seraient plus faciles à convaincre et à diriger ». Les chercheuses relèvent que la place des femmes dans la rédaction reste un « impensé »: peu de directeurs y ont déjà réfléchi. Des charges mentales, liées au rôle de mère et aux vies personnelle et professionnelle sont par ailleurs pointées du doigt par les journalistes eux-mêmes. Au-delà de la condition de femme, c'est surtout la maternité qui est considérée comme un frein. »

 

Suite à une faille de sécurité,  le géant du réseau social Facebook  dévoile quelque 7 millions de photos des utilisateurs rapporte l’agence AFP le 14 décembre 2018 : «Une faille de sécurité a rendu accessible à des applications l'ensemble des photos postées sur Facebook par 6,8 millions d'utilisateurs durant une dizaine de jours en septembre, a annoncé vendredi le réseau social, qui a présenté ses excuses. La faille, qui a été corrigée au bout de 12 jours, ne concerne que des personnes qui ont téléchargé une ou plusieurs de ces quelque 1.500 applications et avaient initialement donné leur accord pour qu'elles utilisent une partie de leurs photos. Le défaut de sécurité a rendu accessible, du 13 au 25 septembre, l’ensemble des photos de ces utilisateurs, y compris celles téléchargées par des utilisateurs sur Facebook mais pas publiées sur leur page. Facebook a indiqué, dans un message posté vendredi par le directeur de l'ingénierie Tomer Bar que tous les utilisateurs ayant été exposés à cette faille seraient avertis par le réseau social. « Nous sommes désolés que cela ce soit produit », a écrit Tomer Bar. Le groupe proposera également, à compter de la semaine prochaine, aux développeurs des quelque 1.500 applications concernées un outil leur permettant d'identifier les utilisateurs dont certaines photos pourraient avoir été utilisé sans autorisation. La révélation de cet incident intervient à la conclusion d'une année difficile pour Facebook, marquée notamment par le scandale Cambridge Analytica, lié à l'utilisation indue par cette société britannique des données de 50 millions d'utilisateurs du réseau social. La semaine dernière, une commission parlementaire britannique a accusé Facebook, sur la base de documents internes, d'avoir offert un «accès total aux données des amis des utilisateurs» de la plateforme, bien que le géant américain ait annoncé avoir renoncé à cette pratique en 2015 »

 

Au Nigéria, Le groupe djihadiste Boko Haram a incendié un village peuple d’une centaine d’habitants rapporte l’agence Belga pour le compte de RTBF : «Des centaines de personnes ont abandonné dimanche leur village dans le nord-est du Nigeria, après une attaque du groupe djihadiste Boko Haram qui l'a entièrement incendié, ont indiqué des témoins à l'AFP. Des combattants du Boko Haram à bord de plusieurs camions ont pris d'assaut le village de Maiborti, à cinq kilomètres de Maiduguri, ouvrant le feu sans discrimination et mettant le feu aux maisons, selon les mêmes sources. Un responsable militaire, qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat, a indiqué que des soldats appuyés par des avions militaires avaient été dépêchés sur place et avaient réussi après « d'âpres combats » à chasser les assaillants. Il n'y avait pas d'informations dans l'immédiat sur d'éventuelles victimes. «Nous avons abandonné nos maisons et fui à Maiduguri vers 17H30 (16H30 GMT) lorsqu'ils (Boko Haram) sont venus et commencé à ouvrir le feu dans le village», a raconté à l'AFP Abacha Kaka, un villageois de Maiborti. «Malheureusement, les terroristes ont réussi à incendier le village qui a complétement brûlé», a dit le chef d'une milice locale, Babakura Kolo. Boko Haram a lancé ces derniers temps plusieurs attaques avec pour objectif de prendre le contrôle de Maiduguri, ville natale de son fondateur Mohammed Yusuf. En novembre, les Djihadistes avaient attaqué le village de Jimmi, tout près de la ville, tuant une personne et s'emparant du bétail. Ces derniers mois, le groupe djihadiste a multiplié les attaques contre des cibles militaires dans le nord-est du pays, infligeant de lourdes pertes humaines et matérielles à l'armée. Depuis juillet, l'AFP a recensé plus de 20 attaques contre des bases militaires. Au Nigeria, l'insurrection islamiste a fait plus de 27.000 morts depuis 2009 et environ deux millions de personnes sont toujours déplacées ».

 

Au Brésil, le médium accusé d’agressions sexuelles par plusieurs femmes se rend volontairement aux autorités a rapporté le site 7sur7 : «Le célèbre médium brésilien Joao de Deus, accusé d'agressions sexuelles par plusieurs centaines de femmes, s'est rendu dimanche à la police, ont annoncé plusieurs médias brésiliens. De son vrai nom Joao Teixeira de Faria, le médium de 76 ans, qui recevait chaque semaine des milliers de fidèles du monde entier et de nombreuses célébrités dans son temple d'Abadiania, dans l'Etat de Goias, près de la capitale Brasilia, était sous le coup d'un mandat d'arrêt depuis vendredi. Une vidéo filmée à l'aide d'un téléphone mobile diffusée sur la chaîne Globonews montre le médium sortant d'une voiture dans un chemin de terre avant de se rendre aux policiers, qui l'attendaient à bord d'autres véhicules. Vêtu d'une simple chemise blanche à manches courtes, il semblait fatigué et abattu. Selon Globonews, il doit être acheminé en voiture au commissariat central de Goiania, capitale de l'Etat de Goias. Considéré comme fugitif par les autorités brésiliennes depuis samedi, le médium avait clamé son innocence mercredi, lors de sa dernière apparition publique à son temple d'Abadiania, où il pratiquait ses séances de « guérison spirituelle ». Le journal O Globo a révélé samedi que ce même mercredi, il avait retiré 35 millions de réais (environ 8 millions d'euros) de plusieurs comptes en banque. Ce retrait suspect mercredi dernier aurait motivé les autorités à émettre vendredi un mandat d'arrêt à l'encontre de Joao de Deus pour éviter qu'il tente de fuir le pays, ou qu'il mette cette somme à l'abri avant son arrestation, selon les médias brésiliens. Le scandale a éclaté après la diffusion la semaine dernière d'une enquête sur TV Globo, la plus grande chaîne de télévision brésilienne, présentant des témoignages de femmes relatant notamment avoir été contraintes de le masturber ou de pratiquer des fellations lors de séances de « guérison spirituelle ».  Depuis l'émission de TV Globo, des centaines de femmes ont affirmé avoir été victimes d'agressions sexuelles de sa part. Le parquet de l'État de Goias a reçu 330 plaintes de tout le pays, ainsi que de six pays étrangers: l'Allemagne, l'Australie, la Belgique, la Bolivie, les Etats-Unis et la Suisse.

 

Le journal français Les Echos a donné dimanche 16 décembre la parole au Premier ministre qui revient sur les mesures annoncées par le président Emmanuel Macron en faveur du mouvement des Gilets Jaunes : « Premier ministre français Edouard Philippe a détaillé dans un entretien au journal Les Echos mis en ligne dimanche soir les mesures que le gouvernement a annoncées en réponse à la mobilisation des "gilets jaunes", précisant qu'elles auront pour conséquence de gonfler le déficit attendu pour 2019 à 3,2% du PIB (plutôt que 2,8%). Selon le Premier ministre, « les mesures annoncées par le président vont coûter de l'ordre de 10 milliards d'euros ». Afin d'atténuer les conséquences pour les finances publiques, le gouvernement a notamment décidé de limiter la baisse du taux d'impôt sur les sociétés à celles de moins de 250 millions d'euros de chiffre d'affaires l'année prochaine. Elle sera décalée d'un an pour les autres. Au rayon mesures pour le pouvoir d'achat, le Premier ministre indique que le gain de 100 euros net pour les salariés proches du Smic passera « par une hausse massive de la prime d'activité » qui sera versée « dès le 5 février pour compléter le salaire de janvier ». Cette hausse ne concernera donc pas tous les salariés au Smic car la prime d'activité tient compte de l'ensemble des revenus du ménage, mais « nous allons élargir le nombre de foyers éligibles, qui passera de 3,8 millions à 5 millions », a précisé le Premier ministre. « Cette réforme va bien au-delà des personnes qui sont juste au Smic: tous les salariés célibataires sans enfant auront 100 euros de plus jusqu'à 1.560 euros net de revenus. Avec un enfant, une mère célibataire (...) pourra percevoir la prime jusqu'à 2.000 euros de salaire. Un couple (avec) deux enfants, dont l'un gagne le Smic et l'autre 1.750 euros, verra ses revenus augmenter de 200 euros », explique Edouard Philippe. En marge de ces explications, le Premier ministre français a reconnu que l'exécutif n'a « pas assez écouté les Français » et a « fait des erreurs » face à la mobilisation citoyenne qui avait débuté avec la colère face à la hausse des prix du carburant. « Nous allons continuer à réparer le pays en les associant davantage », a souligné M. Philippe au sujet des citoyens.  Une des principales revendications des « gilets jaunes », celle d'une possibilité de référendum d'initiative citoyenne (RIC), sera débattue, a encore promis monsieur  Philippe.

 

A Toulouse, le journal 20minutes révèle que médecins ont découvert du compresse vielle de 27 ans dans les poumons d’un patient : «Les pneumologues de l'hôpital Larrey de Toulouse ont révélé dans une revue médicale qu'ils ont retiré du poumon d'un patient une compresse oubliée 27 ans auparavant...Un patient opéré en 2016 à Toulouse présentait une toux sanglante inexpliquée. Les médécins de l’hôpital Larrey ont découvert dans son thorax une compresse vieille de 27 ans. Ils viennent de dévoiler cette experience peu banale dans une revue médicale spécialisée. Ce cas incroyable a longtemps défié radios et scanners. Mais la tumeur au poumon un temps soupçonné n’était autre qu’une compresse oubliée. Plus que vieille. Les médecins et chirurgiens de l’hôpital Larrey à Toulouse  viennent de décrire dans la Revue des maladies respiratoires, l’insolite découverte qu’ils ont faite en 2016 en opérant un patient de 65 ans. D’après le Blog Réalités biomédicales du Monde, qui a pu avoir accès à l’intégralité de l’étude, le malade est entré dans le service de pneumologie toulousain en raison d’une toux sanglante qui survenait régulièrement depuis une dizaine d’années. Il présentait des antécédents cardiaques et s’était fait poser un défibrillateur en 1989 dans un autre hôpital. A son arrivée, le scanner montre une lésion dans le poumon gauche. Plusieurs hypothèses sont avancées, de la tuberculose à un cancer. Mais les examens bactériens, tout comme les biopsies sont négatifs. Les médecins décident alors de boucher avec des ressorts métalliques les artères qui saignent. Sans succès, puisque la toux sanglante revient, s’aggrave même, ne leur laissant d’autre choix que d’opérer C’est lors de cette intervention que le mystère est levé : ils extirpent un abcès inflammatoire à l’intérieur duquel ils découvrent dans leur jargon « un textilome ». En fait, une banale compresse, oubliée là depuis 27 ans, au moment de l’implantation du défibrillateur. Le patient est rentré chez lui « cinq jours plus tard ». Son cas, lui, est rentré dans les annales. Selon la Société française de chirurgie thoracique, 173 corps étrangers oubliés ont été retrouvés sur les 266.000 opérations réalisées entre 2003 et 2016. Mais ils sont en général découverts beaucoup plus vite. Par ailleurs, l’utilisation de compresses « radio-opaques », plus facilement repérables sur les clichés, peut éviter qu’un fâcheux oubli se transforme pendant des décennies en énigme médicale »

 

Une Russe avoue avoir cherché à influencer la politique américaine rapporte l’agence Belga : « Une Russe qui avait noué des contacts dans l'appareil politique américain via le principal lobby pro-armes des Etats-Unis a plaidé coupable ce jeudi d'avoir agi au profit du Kremlin. Maria Butina, 30 ans, est la première Russe dont la culpabilité a été reconnue à la suite de l'une des nombreuses enquêtes portant sur les ingérences de Moscou dans la campagne présidentielle de 2016 aux Etats-Unis. Elle a reconnu avoir cherché à ouvrir dès 2015, au profit de la Russie, « des canaux de communication officieux avec des Américains influents ». En plaidant coupable, elle espère une peine allégée. Elle encourt jusqu'à six mois de prison et risque d'être expulsée à l'issue de sa peine. Moscou a immédiatement dénoncé une « inquisition politique ». « Il est évident qu'elle a plaidé coupable sous pression. Ils ont réussi à la briser », a déclaré le président de la commission des Affaires étrangères de la Douma, Leonid Sloutski, cité par l'agence de presse publique RIA Novosti. La jeune femme, originaire de Sibérie, s'était fait remarquer du lobby conservateur américain en militant pour une organisation pro-armes russe, le « Droit aux armes ». Sur les réseaux sociaux, elle dénonçait la stricte régulation sur les armes dans son pays, posant souvent avec un pistolet à la main. Lors de visites aux Etats-Unis, elle avait rencontré dès 2015 des responsables de la National Rifle Association (NRA), le premier lobby des armes américain, largement favorable au parti républicain ».

Sélection de la Rédaction

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article