Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Clarie Mbaidoum dénonce sur sa page Facebook le vol, l’escroquerie, ou la pénalisation administrative de planter les arbres dans une concession. Apparemment à travers sa réaction, elle fustige le comportement des Services des Eaux et Forêts. Le vol est-il vraiment transcrit dans L'ADN d'un certain nombre de Tchadiens? : «Pour mon pays, je serai toujours la voix des faibles qui se font voler. Même si c’est au péril de ma vie, leur vie, c’est la mienne. Quand élaguer un arbre planté dans sa concession qui menace une maison devient une fortune à payer pour le propriétaire. C est une surprise de constater qu’il faut payer une certaine somme à ces services pour avoir une autorisation d'élaguer les arbres plantés dans sa concession qui menacent de faire écrouler les habitations. Certes demander l autorisation pour un constat et avoir le droit de tailler son arbre, mais payer en plus une grosse somme sans pour autant avoir un reçu de paiement est une arnaque. Ce Monsieur dont je barre tous les indices de son autorisation pour ne pas l inquiéter en a fait des frais. On lui a demandé 45.000 Fcfa. Finalement il a du payer 15.000 Fcfa pour avoir cette autorisation. Pas de reçu de paiement. Et après, il engage des manœuvres à 30.000 Fcfa pour l'élagage. Alors où est le rôle de l'État de protéger les biens de la population ? Alors une personne qui n a pas de moyens assisterait à la destruction de sa maison par l'arbre planté et se contenterait de se retrouver dehors? Une cousine qui se débrouille dans la vente de poisson congelé en a fait aussi les frais. Elle a traversé légalement la frontière Camerounaise, payer les taxes avec son autorisation sanitaire pour ses poissons, s était fait retirer ses cartons de poisson par des agents des Eaux et forêts en pleine boutique. On lui demandait encore les droits des Eaux et forêts du Tchad, surtout que le poisson vient du Cameroun d une manière légale. Elle s’était pas laissée faire et porta l affaire chez le Gouverneur de Moundou et à la Radio pour enfin reprendre son poisson. Je demande aux opérateurs économiques de se payer plutôt un Conseiller Juridique permanent que de se faire arnaquer. Qui des Élus ont voté une loi pareille ? Aux juristes de saisir de ces affaires ».

Sur internet Zusâane Kemay eut abordé depuis le 18 novembre 2018 un sujet assez délicat touchant la religion. Voici l'analyse qu'il en fait sur sa page Facebook : «Quand le respect se perd. Aujourd'hui, je voudrais parler à ceux qui veulent nous dénigrer, nous humilier, nous descendre, nous honnir...simplement parce nous avons choisi de suivre Dieu, parce que nous sommes des croyants, parce que nous sommes Chrétiens. Ils nous disent que nous sommes des dingues, des "barjots", que avons fumé l'herbe. Que nous sommes trop naïfs...de croire en un Dieu puissant qui a fait le ciel et la terre. Ils affirment, sans le comprendre, que nous sommes des esclaves et des traitres, seulement parce que nous avons écouté la bonne nouvelle de Jésus Christ, y avons « naïvement » cru et avons décidé de suivre ce Dieu "étranger". Et que, de ce fait, nous avons trahi la religion ou les croyances de nos ancêtres. Oui, chers amis ou ennemis (à chacun de le déterminer), nous avons choisi, avec conviction, la voie qui mène au salut éternel. Et nous aimerions tant que vous fassiez chemin avec nous. Nous avons espoir et conviction que notre Dieu, le Dieu des impossibilités ouvrira les yeux de certains d'entre vous, et ce, dans un futur proche (voire d'ici à la fin de l'année).Maintenant, je voudrais poser une petite question à certains de ceux qui nous accusent d'avoir trahi les ancêtres en abandonnant leur religion ou leurs croyances. Beaucoup d'entre vous ont choisi librement de quitter leurs pays pour s'installer ailleurs: à Mbeng (France), chez l'oncle Sam, chez le patriarche Mao Tse Toung ou au pays de Mikhaïl Gorbatchev... Vous avez choisi, délibérément de suivre votre voie, votre cœur, votre conviction ailleurs, loin de vos parents, amis et connaissance. Allons-nous vous taxer de traîtres pour autant? » .

La publication sur internet de monsieur Eric Mocnga Topona portant depuis le 16 novembre 2018 sur la signature de l’AFP révèle que : « les États-Unis renforcent les moyens anti-terroristes de l'armée tchadienne  en faisant un don vendredi d'équipements militaires de lutte contre le « terrorisme » d'un montant estimé à 1,3 millions de dollars au Tchad, pays allié de l'Occident dans la lutte antidjihadiste. Washington a offert six bateaux et six camionnettes à la brigade de sécurisation fluviale pour la « lutte contre Boko Haram et Daesh » dans le bassin du lac Tchad, a indiqué Richard K. Bell, chargé d'affaires à l'ambassade des Etats-unis au Tchad.Treize soldats sont actuellement en formation aux Etats-Unis, a précisé monsieur Bell qui a loué la renommée  internationale des militaires tchadiens lors d'une cérémonie au siège de l'état-major à N'Djamena. « La menace de Boko Haram et de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest est principalement centrée sur les marais et les voies fluviales du bassin du lac Tchad et du nord-est du Nigeria », avait indiqué en mars à l'AFP Samantha Reho, chargée de communication à Africom, le commandement Afrique des Etats-Unis. La dernière attaque de Boko Haram au Tchad date de début octobre, où huit militaires avaient trouvé la mort. Allié de l'Occident dans la lutte antiijihadiste, le Tchad est membre de la force du G5 Sahel, de la force multinationale mixte (FMM) au lac Tchad et a envoyé un contingent de Casques bleus dans la force onusienne (Minusma) au Mali.Le poste du G5 Sahel au Tchad, situé à Wour (extrême nord-ouest), n'est pas totalement opérationnel, indique-t-on de source militaire.Les Etats-unis avaient placé en septembre 2017 le Tchad sur leur « liste noire », le président américain ayant estimé que N'Djamena « ne partage pas de manière adéquate les informations concernant la sécurité du public et le terrorisme ». Le pays a été retiré de cette liste en avril, après une visite mi-mars à N'Djamena de l'ex-secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson. M. Tillerson avait déclaré que N'Djamena reste un « partenaire important » dans la lutte contre le Djihadisme en Afrique. En mai, les Etats-Unis avaient déjà fait un don au Tchad de 43 millions de dollars, comprenant deux avions Cessna 201 pour des missions de renseignement ».

Sur internet, on retrouve sur la page Facebook de Juda Allahondoum  le coup de gueule de Jean-Bosco Manga contre certains responsables de l’Eglise Évangélique du Tchad(EET), sous le titre : «Le mangement va tuer l'EET (Eglise Évangélique du Tchad). Ainsi, affirme-t-il : « Finalement c'est clair comme l'eau de roche. Le problème de l’EET (Eglise Évangélique du Tchad) n'est pas le Pasteur Paul Assoué et son équipe. C'est l'argent des dîmes, offrandes et autres collectes qui attisent les convoitises des leaders. L'équipe d’Assoué nonobstant ses dérapages a collecté beaucoup d'argent dans le cadre de mise en commun. Ça excite! Pendant ce temps de crise certains ont profité pour gérer de façon opaque l'argent en leur possession croyant à la consommation de la division. Maintenant comment justifier ? Il faut troubler l'eau pour mieux pêcher. Chacun veut prendre le contrôle de cette institution religieuse pour s'entourer des siens et «manger »... C'est l'ère de la « mangécratie » et non de prédication de l'Évangile, tant pis pour les âmes en déshérence... Il faut quelqu'un pour être affecté dans une «bonne» église pour 'manger' bien...Et l'autre grand problème, ceux qui pensent que l'EET est pour leurs ancêtres parce que née dans leur région... Écartés de la gestion, en silence et honteusement, ils activent le feu et viennent jouer aux pompistes...Des pasteurs et chrétiens très douteux, hypocrites, dangereux, des professionnels ecclésiastiques qui mènent en bateau des églises et des millions de fidèles vers l'enfer... Heureusement que la foi est personnelle. Et chaque chrétien de cette dénomination doit prendre sa foi en main. Pour une fois j'ai mis ma bouche dans ça Juda Allahondoum. Que Dieu me pardonne mais je crois à cette part de vérité... »

Makaïla NGuebla a publié depuis hier dimanche 18 novembre sur sa page  Facebook un communiqué signé simultanément par le Comité d’Auto défense et le secrétaire chargé des médias et des organisations non gouvernementales : «Les populations revendiquent une lutte historique nationale. Coordination du Comité D'auto Défense. Communiqué N°005/CAD/BN/2018. La lutte héroïque des habitants de Miski a une porte nationale. Les habitants de Miski au Tibesti ont pris les armes contre l'injustice et les tentatives de spoliation et de pillage de leur terre. Ils ont surtout pris les armes contre la « Hogra » et pour la défense de la dignité, non seulement des habitants de Miski, mais de tout le peuple Tchadien. Miski nous prouve que le régime est faible et que la lutte populaire est possible et surtout l'auto défense peut payer. Un groupe d'individus déterminés peut tenir tête à une armée. Le comité d'auto défense n'a pas de caractère ethnique, il a une porté patriotique et inclusive ; les filles et les fils de tout le pays sont les bienvenus. Toute tentative à visé ethnocentrique est un piège de la dictature. Oui, toute récupération, appellation et détournement de cette révolution sous l'aspect tribale est ni plus ni moins, un piège du régime via ses agents et garçons de course de toujours. Ceux qui hier ont semé la zizanie au sein du MDJT en sacrifiant une lutte qui a tant donné d'espérance aux peuples du Tchad ; les mêmes voleurs qui ont mis à genoux le BET et le Tibesti. L'histoire est têtue. Soyons vigilants. Restons sur nos gardes. Nous ne cesserons de dénoncer ces faux rebelles, ces espions payés par la tyrannie malgré leur exil en occident, ces doubles agents aux ambitions vils et indignes. L'heure n'est pas à la trahison, à la soumission et au tribalisme primaire. L'heure n'est surtout pas aux petits calculs carriéristes et de salon, l'heure est au don de soi tout entier à la patrie et à ses causes les plus justes ».

Choix de la Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article