Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Sur internet Makaïla NGuebla eut publié hier samedi 03 novembre 2018 depuis Lomé que : «  Le peuple togolais reprend la rue pour exiger plus de liberté et de Démocratie. Petit pays, d’une superficie de 56 785 km², le Togo est situé en Afrique de l’Ouest. Il reste le seul pays n’ayant pas connu d’alternance démocratique dans la Région Ouest-africaine. Depuis 53 ans, règne, le régime Gnassingbé, à l’allure d’une dynastie. C’est dans ce contexte de confiscation du pouvoir et du refus d’alternance par les urnes que s’organisent des entités militantes qui revendiquent plus de démocratie, des libertés et du respect des droits de l’homme. Après plusieurs mois d’accalmie due aux négociations entre le pouvoir et l’opposition, réunie au sein de C14 (coalition des 14), Togo Débout, une coalition d’organisation de la société civile et des mouvements citoyens a appelé, ce samedi 03 novembre 2018, la population à une marche pacifique de 13heure à 16heure. Elle est scindée en deux cortèges dont l’un est parti du Marché de Bé côté Est et l’autre du Bé Gakpoto. Les deux cortèges ont drainé dans Lomé des milliers de militants pacifiques qui se sont joints au carrefour Esig à Enfamé devant l’église des Assemblées de Dieu à Bé Kpota où a eu lieu un meeting. Jean Pierre Fabre, leader de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), principal parti d’opposition au régime en place ainsi que d’autres forces politiques du pays, par devoir de solidarité aux organisations de la société civile(OSC), ont pris part à cette manifestation afin de dénoncer la situation difficile du pays. Depuis quelques mois, croupissent arbitrairement dans les prisons de Lomé, trois figures la société civile, les manifestants ont à travers des pancartes et slogans, appelé les autorités togolaises à les libérer sans condition. La médiation de la CEDEAO dans le contentieux politique togolais, a été aussi décriée par des manifestants excédés par la duplicité de l’institution Ouest-africaine. On peut lire. « CEDEAO : pourquoi comme en 2005, tu peux imposer des élections que le peuple n’a pas demandées. »Par le passé, les manifestations organisées, ont été violemment réprimées par les forces de l’ordre à la différence de celle-ci, de ce samedi qui s’est déroulée dans des bonnes conditions. Les forces de l’ordre togolaises s’accommodent-elles de plus en plus à la culture des contestations pacifiques pour un peuple qui aspire à une alternance politique et apaisée ? »

Sur internet on retrouve ce conseil publié depuis le 20 octobre 2018 par SO NDilmbaye, estimant que : « Les personnes qui aiment trop se plaindre des enfants des autres, qui voient toujours négativement ces enfants ou détestent tout ce qui viennent d'eux sans aucune autre explication ou seulement avec des tissus de mensonges là, ce sont eux les véritables bourreaux de vos enfants. Je me souviens que quand j'étais petite, les Tontons et les Tanties qui se pointaient à l'heure du petit-déjeuner et du repas mais qui aimaient trop encourager papa à nous gronder et maman à nous frapper là, je me vengeais sur eux en leur refusant à manger à mon tour quand les parents étaient absents. Une tante m'a gardé dent jusqu'à dire à d'autres que suis trop mauvaise parce que je n'aime pas les gens qui viennent du dehors et que je ne sais pas recevoir les étrangers. J'ai dis à la personne qui m'a rapporté cela de lui demander ce que je lui ai fait parce que je ne m'en souvenais plus. Personne n'est plus revenu vers moi avec cette histoire mais cela s'est toutefois amplifié et a pris d'autres tournures dans ma vie. Cela m'a appris à me méfier des personnes qui ont toujours à dire des autres, de ceux qui ont toujours raison, et de ceux qui pensent que c'est aux autres de faire des efforts pour les supporteurs sans aucun sacrifice de leur part. Cela m'a aussi encouragé à développer de liens très forts avec mes enfants et à être à leur écoute, et à mieux les connaître. Apprenez à lire au delà des mots, à voir au delà de ce qu'on vous rapporte, vous pourriez sauver une relation ».

Sur internet Mahamat Abdelbanat Kourma a publié cette information depuis samedi 03 novembre 2018 en rapportant que chez lui au Tchad et plus précisément dans la ville : «  d’Am-Timan,un homme a été  tué en pleine prière de vendredi  02 novembre dans une mosquée. La victime est un homme âgé qui vit dans le village du nom « Al-Kouk » situé à une soixantaine de kilomètres à l'est d'Am-Timan, dans la commune de Mouraye, département de Bahr-Azoum. Il est tué ce vendredi 2 novembre 2018.L'homme qui a perdu sa vie dans la mosquée, est tué à coup de couteau par un jeune homme. La scène s'est passée pendant la prière de ce vendredi. Selon une source, le tueur aurait agi suite au décès de sa sœur enceinte qui a trouvé la mort après une bagarre qui l'avait opposé à une autre femme quelques jours plutôt. Selon notre source, l'homme tué dans le lieu de culte est le tuteur de la jeune femme qui a trouvé la mort, donc il est aussi parent du jeune qui a commis l'assassinat. Le tueur avait assassiné un parent proche à lui. Selon la même source, les forces de sécurité sont sur le terrain pour prévenir d'éventuels débordements ».

Sandra Kane considére sous forme d’une dénonciation qu’elle a publiée samedi 04 novembre 2018 sur internet  en avouant ceci: « Je préfère me salir et défendre la cause de mes sœurs Tchadiennes victimes des hommes immorales qui salissent leur honneur. J’aurais ma conscience tranquille que de rien faire. Celles qui se sentent capables d’affronter Monsieur Manas Madjimbaye contacter moi. Je veux publier pleins de vidéos qui circulent déjà et je me défendrais jusqu’au bout.»

Sur internet Jeff de Sarh ne cache pas ce qu’il ressent : « Je suis extrêmement inquiet depuis que j'ai entendu qu'ils utilisent des vierges et les puceaux pour les rituels. Oh Seigneur! S'il te plaît, protèges moi! ».

Larkos Sabine publie aussi sur internet : « Qu'il s'agisse des individus, des organisations, des nations, des civilisations, de toutes les formes de la vie dans la nature, la vie est un défi permanent pour toutes les entités de cet univers. Dans cette lutte, nous trouvons l'essence et la vérité immuable de la vie. Quand on cesse de défier, le déclin commence... ».

De même sur Internet Sylvie Ramata eut posé la question de savoir : « Pourquoi avoir honte de notre gagne pain ? Je constate que beaucoup ont ce complexe. Il ya ceux qui disent à leurs amis(es) qu’ils sont ministre, comptable, Directeur général,Directeur de publication,avocat,secrétaire, médecin, interprète, journaliste, chargé de communication, administrateur etc. Ils vont jusqu'à utiliser l'image des autres comme ci c'était leur propre image ! Du moment où le lien sur les réseaux sociaux est beaucoup plus virtuel. Ce n'est pas le fait d'usurper le titre ou l'image qu'on va gagner la confiance des autres. La beauté de l'amitié doit être cette beauté naturelle, la beauté du cœur et non celle de l'extérieur. Soyons-nous mêmes et la vie sera plus simple ».

Choix de la Rédaction

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article