Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Climato-sceptique, le président américain dit ne pas croire aux conclusions d’un rapport américain publié par l’agence Belga pour le compte du site RTBF : « Donald Trump a expliqué ce lundi "ne pas croire" aux conclusions d'un important rapport gouvernemental américain mettant en garde contre les conséquences négatives du changement climatique sur l'économie. « Je n'y crois pas », a déclaré le président climato-sceptique à propos de l' "évaluation" commandée par le Congrès américain et rédigée par plus de 300 scientifiques Selon ce document publié ce vendredi, les Etats-Unis pourraient perdre « des centaines de milliards de dollars » d'ici la fin du siècle à cause des gaz à effet de serre. Donald Trump a expliqué avoir lu « un peu » le document. « Nous n'avons jamais été aussi propres que nous le sommes maintenant. Et c'est très important pour moi. Mais si nous sommes propres, et que tous les autres endroits sont sales, ce n'est pas si bien », a déclaré le président américain à des journalistes depuis la Maison Blanche. « Vu le niveau historique des émissions de gaz à effet de serre, les pertes aux Etats-Unis pourraient atteindre des centaines de milliards de dollars dans plusieurs secteurs d'ici la fin du siècle », a mis en garde vendredi le dernier « National Climate Assessment ». Donald Trump avait déjà remis en cause l'étude de l'an dernier. Juste avant la fête de Thanksgiving la semaine dernière, il a encore une fois invoqué la météo pour prouver le bien-fondé de son scepticisme sur le climat. « La vague de froid brutale et prolongée peut battre tous les recors - Qu'est donc devenu le réchauffement climatique? », a-t-il fait mine de s'interroger dans un tweet »

Gabon@ctu s’est penché sur la question de restitution des œuvres d’art africains détenues par la France et les autres pays européens : «Le ministre de la Culture Alain Claude Billie By Nze a convoqué lundi, une séance de travail avec des universitaires intéressés par le sujet, une séance de travail pour l’appropriation par les Gabonais du débat sur la restitution des œuvres d’art africains détenues par la France et d’autres pays occidentaux. Le Bénin fut le premier pays à revendiquer la restitution, par la France, de ses œuvres d’art illégalement détenues et qui enrichissent ses musées. De passage à Ouagadougou le 28 novembre 2017, le président Français Emmanuel Macron a promis qu’il plaiderait pour une restitution temporaire ou définitive selon les cas, des œuvres spoliées en Afrique et détenues par son pays. Déjà, le Bénin recevra quelques 26 œuvres d’art dont il a fait la demande à l’arrivée de Patrice Talon au pouvoir. Un rapport présenté à Emmanuel Macron fait état d’un «butin» de près de 400 000 œuvres d’art controversées dans les différents musées français »

 

Le site métrodakar rapporte que  des parlementaires sénégalais s’en sont venus aux mains dans l’hémicycle : «Quelle honte cette Assemblée Nationale: encore une bagarre rangée à entre députés de la majorité et ceux de l’opposition. Tout est parti de la publication de la liste des orateurs et le temps imparti à chacun d’entre eux. Ndeye Lissa Cissé, présidente de la séance en question, a été vivement contestée par Cheikh Abdou Bara Dolli Mbacké, chef de l’opposition parlementaire, qui s’est opposé farouchement au début des débats. Il s’en est suivi une bataille rangée entre députés de la majorité et ceux de l’opposition ».

 

La visite du chef de l’Etat est loin de faire l’unanimité même en Israël où l’opposition interpelle le premier Benjamin Netanyahu de s’expliquer sur la vente possible d’armes au Tchad. L’Afp rapporte que : «Des sources tchadiennes indiquant que la visite d’Idriss Deby porte sur la «sécurité» et que Jérusalem a déjà équipé l’armée tchadienne pour combattre les rebelles au nord. La chef du parti Meretz Tamar Zandberg a appelé dimanche le Premier ministre Benjamin Netanyahu à révéler si la rencontre avec le président tchadien Idriss Déby en Israël portera sur des négociations sur la vente d’armées israéliennes au pays africain. « Nous craignons que cette visite serve à des négociations sur des ventes d’armes secrètes, et qu’Israël vende des armes qui seront utilisées pour persécuter des opposants politiques, des militants des droits de l’Homme et des journalistes », a déclaré Zandberg dans un communiqué. Le président Idriss Déby Itno est arrivé en Israël dimanche pour la première visite d’un chef d’Etat tchadien dans ce pays, après plus de quatre décennies de rupture des relations diplomatiques.  Le Tchad est l’un des Etats africains engagés dans la lutte contre Boko Haram et l’organisation djihadiste Etat islamique en Afrique de l’ouest. A ce titre, il a reçu des Etats-Unis il y a quelques semaines des véhicules et navires militaires d’une valeur de 1,3 million de dollars (1,15 million d’euros). Pour faire face à des rébellions dans le nord et l’est du pays, l’armée tchadienne et l’Agence nationale du renseignement se sont équipées de matériels militaires israéliens, ont indiqué dimanche à l’AFP des sources sécuritaires tchadiennes. «Le dirigeant tchadien est une personne abjecte qui est coupable de persécution contre les personnes issues de la communauté LGBT, qui arrête les journalistes, les dissidents de l’opposition et qui établit un régime dictatorial dans son pays », a déclaré Zandberg au sujet de Deby. «Quand on peut choisir entre les démocraties libérales et les chefs d’Etat les plus contestables, Netanyahu choisit toujours les contestables. La politique étrangère de Netanyahu continue d’entacher la réputation d’Israël dans le monde», a ajouté la chef de l’opposition »

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article