Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L’alimentation est devenue un sujet de préoccupation à l’échelle mondiale, apprend-on à travers la sortie d’un rapport rendu public le jeudi 29 novembre par le site Le Temps : «Un rapport publié ce jeudi par plusieurs organisations internationales fait état d’une malnutrition inquiétante dans le monde. L’étude repose sur les données de près de 200 pays Alors que la faim est repartie à la hausse dans le monde depuis plus de deux ans, «la situation est alarmante»: «que les pays soient riches ou pauvres, ils connaissent une forme ou une autre de malnutrition», retard de croissance, carence en oligo-éléments, rachitisme, surpoids, ou obésité, a expliqué Corinna Hawkes, directrice du centre de politique nutritionnelle de University of London. Le rapport annuel, intitulé « Global nutrition report », fait le point sur l’ensemble des données internationales portant sur près de 200 pays. Ces données viennent de la FAO (l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), du Programme alimentaire mondial (PAM), de l’Unicef, de l’Organisation mondiale de la santé, mais aussi d’ONG, de fondations et d’universités. Au total, 141 pays combinent au moins trois formes de malnutrition – retard de croissance pour les enfants, anémie et/ou surpoids pour les femmes, dont 41 à un niveau très élevé, indique le rapport. Celui-ci s’inquiète en particulier de voir «de vastes populations réfugiées du Moyen-Orient combiné retards de croissance, rachitisme, déficiences en oligo-éléments et obésité», notamment au Liban. Les experts se préoccupent notamment de la forte hausse (+54,9%) des ventes de lait maternisé industriel enregistrées entre 2005 et 2017 dans le monde, estimant qu’un «changement significatif (et sans précédent) du régime alimentaire des bébés et jeunes enfants est en cours» dans le monde. Le rapport pointe le rôle de l’industrie alimentaire et des excès de sel, de sucre et de graisse dans les aliments transformés. 59% des enfants boivent ainsi des sodas quotidiennement en Amérique Latine et aux Caraïbes, 52% en Afrique, 44% en Océanie et 40% en Asie. En soulignant que 59 pays ont mis en place des taxes sur les boissons sucrées, le rapport appelle chaque gouvernement à définir ses priorités nutritionnelles. Il les exhorte à allouer des ressources pour mieux quantifier et comprendre les problèmes coexistant au sein d’une même population. Le Mexique, qui a institué une taxe, a vu ses ventes de boissons sucrées baisser de 10%, a expliqué Corinna Hawkes. «Lorsque les pays prennent des mesures, il y a vraiment des résultats», a-t-elle ajouté »

La RTBF avec Agences a publié le jeudi 29 novembre 2018 que : « La chancelière allemande Angela Merkel sera absente de l'ouverture du sommet du G20 à Buenos Aires après un atterrissage d'urgence de son avion à Cologne (ouest de l'Allemagne) jeudi soir, a annoncé une porte-parole de la chancellerie à l'AFP. « On ne continuera pas aujourd'hui » le voyage vers Buenos Aires, a-t-elle indiqué, après que l'Airbus de la dirigeante a fait demi-tour alors qu'il survolait les Pays-Bas.En revanche, selon l’agence allemande DPA, qui était présent lors du voyage avec la chancelière, elle montera dès jeudi soir dans un autre avion pour rejoindre le G20. L’avion forcé de rebrousser chemin est un Airbus A340-300. Baptisé « Konrad Adenauer », du nom du premier chancelier allemand d’après-guerre, il aurait été accueilli sur le tarmac par des camions de pompiers, selon la DPA.C'est aux alentours de 20h30 que le capitaine de l'appareil a informé ses passagers qu'il devait revenir vers Cologne. En cause : un problème technique a provoquant l’arrêt de plusieurs systèmes électriques. Retour à Cologne pour la chancelière. C'est dans l'aéroport de cette ville que se trouve le seul avion de remplacement, toujours selon la DPA.L'agence parle auss d'un « atterrissage brusque, l’avion ayant encore beaucoup de carburant à bord ». Les freins ont aussi été très sollicités en raison du poids de l’appareil ».

Le site sénégalais métrodakar traite une information relative à une transhumance politique déjà démentie par les proches de Badoulaye Baldé à l’approche de l’élection présidentielle prévue le dimanche 24 février 2019 : « C’est une information qui est devenue virale sur les réseaux sociaux. La transhumance de Badoulaye Baldé fait beaucoup parler, mais l’info a été démentie par ses proches. Ce mercredi 28 Novembre 2018, le journal L’OBS a dans sa Une du jour : »Abdoulaye Baldé rejoint Macky ». Cette information serait repris par tous les sites d’informations et devient même viral en jeudi 29.sanslimitesn.com  qui a voulu en savoir un peu plus sur les raisons de la démission supposé de Baldé aura la surprise de constater que chez Baldé cette information n’est pas avérée selon ses proches. En effet depuis hier les journaux de la place et médias pour être plus générale ne parle que de certains sont même allé jusqu’à donner les raisons de la transhumance du leader de l’UCS vers les prairies marron beige. Ainsi chacun y allé de son propre schéma et scénario. Beaucoup de sites ont par exemple écrit que Baldé a décidé de rejoindre Macky pour échapper à la machine judiciaire de la CREI qui pèse sur lui comme une épée de Damoclès. Pour d’autres les liens familiaux entre sa première femme avec le président de la république Macky Sall ont eu raison de ses ambitions présidentielles. Pour savoir la véracité de cette information Sanslimitesn.com est entrain en contact avec le camp de Baldé, qui invraisemblablement dégage en touche cette info et dément de manière catégorique. Pour le patron de l’Union des Centristes de Sénégal, cette information est fausse et non avenue. Le parti dément avec la dernière énergie cette information qui n’est que pure intox, c’est une tentative désinformation dont le seul but est de manipulée l’opinion Sénégalaise. Certes il y’a eu des  discussions comme il y’en a toujours eu mais Baldé n’a pas encore une décision allant dans le sens de rejoindre Macky Sall pour l’élection présidentielle de 2019, tonne son porte parole au journaliste de Sanslimitesn.com. Abdoulaye Baldé qui prépare une sortie ce vendredi va certainement prendre la parole pour enfin éclaircir les Sénégalais et dire de sa voix ce qu’il en ait réellement, en attendant wait and see … »

 

Sur le site de la RTBF, il est notifié que: « Le taux du chômage en Allemagne a atteint un nouveau plancher en novembre à 5,0%, en restant à son plus bas niveau depuis la réunification du pays en 1990, selon les chiffres publiés jeudi par l'Agence pour l'emploi. Le marché du travail de la première économie d'Europe affiche une santé insolente, avec le chômage et le sous-emploi qui « continuent de diminuer » en novembre, selon Detlef Scheele, patron de l'Agence pour l'emploi, cité dans un communiqué. En données corrigées de variations saisonnières (CVS), le nombre de chômeurs a reculé de 16.000 personnes sur un mois. « L'emploi subventionné augmente à nouveau et la demande des entreprises est à un niveau très élevé », a ajouté Detlef Scheele. En novembre, 807.000 emplois au total ont été proposés par l'agence gouvernementale allemande. Selon elle, les candidats ont manqué particulièrement pour les métiers de l'hôtellerie et de la restauration ainsi que dans le commerce alimentaire ou encore l'énergie. En revanche, les apprentis étaient plus nombreux que l'offre de postes à pourvoir dans l'informatique, l'industrie automobile ou encore l'assistance médicale »

Publié par Eric Topona sur son Facebook, l’AFP informe depuis mardi 27 novembre 2018 ses différents abonnés que : « Netanyahu serait « bientôt » à N’Djamena au Tchad pour rétablir les relations diplomatiques Le Premier ministre va se rendre bientôt au Tchad et y annoncer avec le président (tchadien Idriss) Déby la reprise des relations diplomatiques », rompues depuis 1972, a indiqué le bureau de M. Netanyahu à l'issue d'une nouvelle rencontre à Jérusalem avec monsieur Déby. Aucune date n'a été donnée pour l'instant par le bureau de monsieur Netanyahu pour la tenue de sa visite. Les deux dirigeants ont discuté « de la lutte contre le terrorisme, ainsi que du renforcement de la coopération notamment dans l'agriculture, le contre-terrorisme, la défense des frontières, la technologie, l'énergie solaire, l'eau et la santé », a ajouté le communiqué. Aucun détail sur la coopération militaire entre les deux pays n'a été divulgué. Arrivé en Israël dimanche, le président tchadien avait évoqué « la perspective » de la reprise des relations diplomatiques avec l'Etat hébreu, tout en soulignant que cela « n'occulte pas le problème palestinien ». « Le Tchad est profondément attaché au processus de paix entre Israël et la Palestine », avait-il souligné. Le Tchad est l'un des Etats africains engagés dans la lutte contre Boko Haram et l'organisation djihadiste Etat islamique en Afrique de l'Ouest. A ce titre, le Tchad a reçu il y a quelques semaines des Etats-Unis, grand allié d'Israël des véhicules et navires militaires d'une valeur de 1,3 million de dollars (1,15 million d'euros).Pour faire face à des rébellions dans le nord et l'est du pays, l'armée tchadienne et l'Agence nationale du renseignement se sont équipées de matériels militaires israéliens, avaient indiqué dimanche à l'AFP des sources sécuritaires tchadiennes. Arrivé au pouvoir en 1990, Idriss Déby, 66 ans, est l'un des dirigeants africains à la plus grande longévité au pouvoir. Il exerce aujourd'hui son cinquième mandat après avoir remporté des élections controversées en avril 2016 ».

En Afghanistan, la sécheresse contraint des familles à vendre leurs enfants, selon les révélations faites par l’agence Belga le mardi 27 novembre dernier en estimant «Alors que l'Afghanistan traverse la pire sécheresse depuis des décennies, avec des millions d'Afghans qui risquent la famine, certains "vendent" leurs filles en mariage pour rembourser des dettes ou acheter de la nourriture, a alerté l'ONU ce mardi. Au moins 161 enfants, dont six garçons, ont été « vendus » sur une période de quatre mois seulement dans les provinces afghanes de Herat et de Badghis, frappées par la sécheresse, selon le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef). Ces enfants ont entre un mois et seize ans, a spécifié une porte-parole de l'Unicef, Alison Parker, lors d'un point de presse à Genève. Certains ne sont que des bébés mais sont déjà fiancés, a-t-elle détaillé. S'exprimant en marge d'une conférence internationale sur les efforts de réforme du gouvernement afghan, qui se tient jusqu'à mercredi au Palais des Nations, siège de l'ONU à Genève, Alison Parker a déclaré que les enfants qui avaient été interrogés entre juillet et octobre avaient été « fiancés, mariés ou ... vendus car leurs parents étaient endettés ». « Avant la sécheresse, plus de 80% des ménages étaient déjà endettés », a-t-elle dit, ajoutant que beaucoup de personnes qui avaient espéré rembourser leur dette après les récoltes ont été incapables de le faire. Alison Parker a expliqué que « la pratique du mariage des enfants est en quelque sorte une norme sociale enracinée en Afghanistan », avec 35% de la population qui observe cette pratique dans tout le pays, et jusqu'à 80% dans certains endroits. Présents à Genève pour la Conférence sur l'Afghanistan, des membres de la société civile afghane ont fait part de leur consternation face à ce phénomène de jeunes filles « vendues ». « C'est très, très choquant », a déclaré Suraya Pakzad, qui dirige Voice of Women en Afghanistan. « Les gens ont désespérément besoin d'aide. Particulièrement de nourriture », a-t-elle ajouté. Selon l'ONU, au moins trois millions d'Afghans sont en situation d'urgence alimentaire absolue et risquent la famine, conséquence de la sécheresse due au manque de pluie et de neige l'hiver dernier. Le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a annoncé mardi dans un communiqué avoir mené samedi son premier « pont aérien » dans l'ouest de l'Afghanistan pour acheminer des milliers de tentes pour les personnes déplacées par le conflit et la sécheresse. La sécheresse et le conflit ont provoqué le déplacement de plus d'un quart de million d'Afghans dans cette région du pays depuis avril, selon le HCR. Actuellement, quelques 220.000 familles vivent dans des abris de fortune dans les provinces de Herat, Badghis et Ghor, et à l'approche de l'hiver, le HCR indique avoir constaté une augmentation du nombre d'enfants qui décèdent»

Sélection de la Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article