Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Sur Internet, SO Ndilmbaye  parle au citoyen lambda sous forme d’un conseil : « Ne revendique pas la paternité d'une réalisation, d'un travail, d'un projet pour lequel tu as été payé pour le faire. Ce qui n'est pas à toi ne le sera jamais. Ce pour lequel tu a été payé ne te reviendra jamais quelles que soient tes manigances. Donne-toi du temps, de l'énergie et des moyens pour ce qui est à toi, un jour tu seras fier d'avoir transpiré pour quelque chose d'utile pour toi et ta progéniture. La convoitise, la cupidité : deux vilains défauts qui ruinent notre âme et détruisent nos relations parce qu'ils nous poussent à désirer ou à voler ce qui n'est pas à nous. L’égoïsme ne te fait penser qu'à toi tout en faisant du mal aux autres pour être heureux. L’ingratitude te fait croire que tu n'as plus besoin des autres parce que tu es important tout en te faisant oublier tout le parcours de ton ascension. Tout a son importance dans la chaîne et chacun peut contribuer à la vie des autres à sa manière. Il suffit de savoir rester à sa place et faire valoir ce l'on sait faire le mieux tout en cherchant notre voie pour valoriser notre ascension. L’humilité et la reconnaissance élève toujours ... Ne l'oublions jamais. Faisons du réalisme et de l'objectivité nos compagnons les plus fidèles, ils nous éviteront d'être stupides et ridicule ».

20 minutes, le journal français distribué gratuitement aux publics eut publié ce matin lundi 12 novembre 2018 cette information selon laquelle : « Le président gabonais affaibli par sa maladie. La présidence gabonaise a reconnu dimanche la gravité de l’état de santé du président Ali Bongo Odimba, hospitalisé  à Ryad (Arabie Saoudite) en affirmant « qu’il est en phrase de recouvrement  de ses facultés physiques »

SO Ndilmbaye revient encore avec ce conseil en disant ceci : « Regarder toujours aux défauts des autres, les critiquer, avoir toujours à penser ou à dire d'eux nous empêche de voir et de corriger nos propres défauts et de nous améliorer. Si chacun prenait du temps pour soi et pour les siens, personne n'aura le temps de faire des bêtises ou de le constater chez les autres. Se rendre compte de ses erreurs, de ses défauts, de ses bêtises, de son immaturité (mieux vaut tard que jamais) est déjà le commencement de la sagesse, et la preuve d'une certaine maturité ».

20 minutes, ce journal gratuit français rapporte aussi que : « La Birmanie ouverte au retour des Rohingyas. Le gouvernement birman s’est dit « prêt » dimanche 11 novembre 2018 au rapatriement  des Rohingyas . Il incombe désormais au Bangladesh » de s’assurer que les délais seront respectés » et que tout retour « s’effectue sur une base volontaire », eut déclaré le ministre des Affaires sociales Win Myat Aye. La Birmanie et le Bangladesh ont élaboré une feuille de route prévoyant le rapatriement  de 2251 Rohingyas à compter du 15 novembre 2018 »

Sur internet, Dr Djiddi Ali Sougoudi eut publié ce constat alarmant à travers son Coup de Badangaï 515 du 9 novembre  2018 titré : « La cruauté des données économiques et sanitaires du Tchad et la quête de la vérité statistique! »Ainsi constate-t-il : « Les données économiques et celles sanitaires ne sont pas du tout appréciables. Elles sont mauvaises et c'est souvent les autres, les partenaires qui nous les brandissent sous le nez sans que les techniciens nationaux ne puissent se prononcer. Pour preuve, le Ministre du plan, Issa Doubragne se défend en ces termes: «Dans les publications de tout ce qui est données économiques ou que ce soit le capital humain par les partenaires techniques et financiers, généralement, nous sommes soit dernier, avant-dernier ou parmi les cinq derniers. Non pas parce que nous le méritons ou que nous avons cette place qui nous revient mais parce que simplement nous ne disposons pas de données irréfutables, construites, fonctionnelles, vérifiables, qui permettent au Tchad de se repositionner et de dire qu'il n'est pas dans cette position, mais plutôt dans celle-ci». Pourquoi les tchadiens n'arrivent pas à s'approprier de leurs données fiables et vérifiables qui placent notre pays au bon endroit du classement mondial des pays? Et si le raisonnement du Ministre Doubragne est acceptable que faut-il faire pour retrouver les vraies donnes statistiques ? Où est-ce un simple esprit de quérulence pour ne pas regarder la triste vérité en face en ces temps des indicateurs au rouge dans de nombreux domaines? Très souvent c'est le PNUD qui classe et reclasse les pays par son fameux IDH qui, en 2015, place le Tchad 185e sur 188 pays.

Les taux de mortalité infantile et maternelle, l'espérance de vie, le taux de scolarisation sont  des indicateurs majeurs qui ne trompent pas sur la situation d'un pays. Dans de nombreux départements ministériels, les techniciens et data-managers qui recueillent les données sont les fonctionnaires pauvres des ministères, dépourvus des moyens élémentaires de leur travail qui est minutieux et capital pour fournir des indicateurs du développement. La DSIS ou Division des statistiques et de l'information Sanitaire du ministère de la santé publique peine à fournir des données exploitables. Cette direction est souvent si diminue qu'elle n'a même pas une bicyclette pour assurer sa logistique selon le responsable de cette entité. Comment avoir alors des données convaincantes par une division qui n'a pas les moyens minimales de son fonctionnement. La plupart de nos ministère n'ont pas des données et ne disposent pas des archivages de ces données. Les ressources ne suivent pas et il manque très souvent une expertise nationale.

Il revient au gouvernement d'initier un véritable esprit de collecte et de traitement des données fiables et exploitables. Il est aussi du devoir des Tchadiens de veiller sur leurs données au lieu de laisser les partenaires en créer selon leurs desseins. La publication des données est du droit régalien d'un pays et c'est au Tchad de prendre des précautions tout en corrigeant le vide statistique si criard qui laisse des brèches par lesquelles s'engouffrent les données des experts étrangers qui ignorent parfois tout de notre pays. Justement les fameux et farfelus experts créent des chiffres depuis leurs bureaux feutrés, sans mettre pied dans les zones stratifiées par leurs tableaux, figures et camemberts. Evitons ce vide statistique et c'est aux tchadiens de défendre leur pays. Pas aux experts venus d'autres contrées ».

La RTBF ,ce journal numérique belge eut publié ce matin du lundi 12 novembre 2018 avec l’aide de l’Agence Belga cette information : « Brésil: 14 morts à la suite d'un glissement de terrain près de Rio.Les équipes de secours déployées à Niteroi, près de Rio de Janeiro, ont découvert dimanche quatre nouvelles victimes du glissement de terrain survenu la veille après plusieurs jours de fortes pluies, dont le bilan provisoire s'établit à 14 morts. Au moins neuf maisons et un restaurant ont été détruits samedi à l'aube, dans la chute d'un pan de rocher de la colline Boa Esperança. Onze personnes, dont deux grièvement blessées, ont été retrouvées dans les décombres par les équipes de secours. Dans un premier temps, dix corps avaient été découverts et quatre personnes portées disparues, jusqu'à ce que leurs dépouilles soient retrouvées dimanche matin.« Il a beaucoup plu ces deux derniers jours, avec une situation de vigilance particulière pour Niteroi, où il avait été recommandé aux habitants de se diriger vers des lieux sûrs », a déclaré samedi sur la chaîne Globo News Roberto Robadey, chef des pompiers de l'Etat de Rio de Janeiro.

Les pompiers et la police militaire de Rio de Janeiro, qui ont déployé au total quelque 200 personnes sur le site du glissement de terrain, ont travaillé toute la journée samedi et dimanche pour tenter de retrouver des survivants dans les décombres, avec l'aide d'habitants de Niteroi, qui est reliée à l'agglomération de Rio par un pont. « En 2012, il y a eu un recensement des zones à risque, cette zone n'était pas considérée comme étant à haut risque », a assuré lors d'une conférence de presse le maire de Niteroi, Rodrigo Neves.Mais le responsable d'une associations de voisins du quartier de Boa Esperança, Claudio dos Santos, a affirmé à Globo News que l'une des maisons de la colline avait été condamnée il y a peu, en raison du risque d'effondrement, même si les résidents n'avaient pas voulu quitter les lieux, et leurs habitations précaires ».

Farouchement opposé au président vénézuélien Nicolas Maduro, celui de la Colombie Ivan Duque invoque la nécessité de mettre un terme à la dictature du régime colombien : « Le président colombien Ivan Duque a souligné la nécessité d'une action internationale pour mettre fin à "la dictature" de Nicolas Maduro au Venezuela, cause selon lui d'une "crise humanitaire gigantesque" et de la migration de millions de personnes."La véritable cause de ce choc migratoire est la dictature", a affirmé Ivan Duque, dont le pays a reçu "près d'un million de Vénézuéliens en moins de deux ans", sur les quelque 2,3 millions qui ont fui ce pays depuis 2015 selon l'ONU. En visite officielle en France du 11 au 13 novembre, le président colombien, au pouvoir depuis le 7 août, participe dimanche au Forum pour la paix organisé par le président Emmanuel Macron. Il entend y exposer son "agenda de paix", qui va "au delà des accords" avec l'ex-guérilla Farc, signés en 2016, et a réaffirmé ses strictes conditions pour renouer le dialogue avec l'ELN, dernière rébellion du pays. Lors d'une interview avec l'AFP, à l'issue d'une visite vendredi à Leticia (département d'Amazonas, sud), il a souligné la nécessité d'une action de "tous les pays du monde" contre le trafic de stupéfiants. Tout en refusant de prononcer le mot de glyphosate, il n'a pas écarté de recourir à ce désherbant, dont des experts dénoncent la nocivité sur la santé et l'environnement.

La Rédaction

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article