Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Les Etats-Unis en veulent-ils au chef de l’Etat vénézuélien Nicolas Maduro ? Si l’on croit l’information rapportée par l’agence Belga pour le compte du site RTBF, le président Nicolas Maduro a déclaré jeudi dernier, de façon péremptoire que les Etats-Unis avaient donné l’ordre à la Colombie de l’assassinat. «La Maison-Blanche a chargé Bogota de tuer Maduro », a-t-il lancé lors d’une allocution radio télévisée, sans en avoir apporté un seul élément de preuve. Il est à rappeler que le 4 août, un attentat présumé aux drones bourrés d’explosifs avait été déjoué lors d’une grande parade militaire à Caracas, en présence du président vénézuélien qui répète inlassablement en avoir été la cible. Le président colombien Juan Manuel Santos a été déjà montré du doigt par Nicolas Maduro qui le tient pour responsable d’être derrière cet attentat manqué, assurant que plusieurs de ses «complices» demeuraient en Colombie, aux Etats-Unis et au Pérou.

Il n’a pas épargné des diplomates chiliens, colombiens et mexicains pour leur soutien à l’opération. L’opposition vénézuélienne n’y croit guère à cette thèse qu’elle balaie d’un revers de la main. Elle dénonce une véritable mise en scène des autorités vénézuéliennes. Les Etats-Unis ont catégoriquement démenti ces allégations et nient toute ingérence. En revanche, ils ont récemment étendu leurs sanctions financières contre le régime en place à Caracas, notamment à plusieurs proches, y compris son épouse. «Toutes les options » sont sur la table au sujet du Venezuela, y compris «les plus fortes», a indiqué le président Donald Trump en marge des travaux de l’Assemblée générale des Nations unies. Pendant son allocution, Nicolas Maduro a préféré passer sous silence la mort de l’opposant Fernando Alban, décédé quelques jours après avoir été emprisonné dans l’affaire de l’attaque présumée aux drones chargés d’explosifs. Les conditions de son décès demeurent jusque-là troublantes. Les autorités avancent la thèse d’un suicide, alors que l’opposition évoque plutôt celle d’un assassinat.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article