Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L’entretien d’embauche a été souvent un moment d’angoisse et d’appréhension pour beaucoup de candidats. Une des raisons principale, c’est la peur que les réponses données ne soient pas convaincantes pour le recruteur. Dans son article publié le mercredi 17 octobre sur le site RTBF, notre confrère David Brichard s’est penché sur un sujet si important que celui de l’entretien d’embauche traité sous l’angle des questions auxquelles vous ne devez pas répondre. Lorsque vous décrochez un entretien, faites attention à certaines questions posées par le recruteur. Parmi les questions qui vous sont posées, vous n’êtes pas du tout obligés de répondre à celles relatives à votre vie  privée. David Brichard rapporte dans cet article, l’amère expérience de Nathalie De Man qui s’est confrontée à la dure réalité de l’entretien d’embauche. Après avoir décroché et passé un entretien d’embauche, Mme De Man, demandeuse d’emploi a été subjuguée par un  certain nombre de questions trop personnelles qui lui ont été posées par le recruteur. Le comportement d’un de ses potentiels employeurs l’a interpellée au plus haut point. En août dernier, une agence de casting lui propose un entretien pour le poste de bookeuse. Véritable cheville ouvrière de l’agence de mannequins, cette dernière révèle et accompagne les top models de demain. Son rôle est d’encadrer et de suivre la carrière des mannequins qui lui sont confiés.

C’est un trait d’union entre les services photos des magazines, des agences de pub et des maisons de couture. Elle œuvre en coulisse pour décrocher castings et contrats. Bref, elle s’occupe de la communication et du travail administratif. Durant la conversation avec le recruteur, Nathalie De Man  a été surprise par quelques questions plutôt privées du genre comptez-vous être enceinte ? Êtes-vous mariée ? Sur le coup, elle répond mais après le rendez-vous, Nathalie De Man est choquée d’avoir été questionnée à ce point par le recruteur. Elle décide alors de se confier à son entourage. Pourtant, les règles sont claires. Il existe un cadre légal qui oblige un employeur à éviter de poser certaines questions relevant de la vie privée du candidat. En 2007, la loi «genre» a vu le jour et vise à lutte contre la discrimination à l’embauche entre les hommes et les femmes. Elle a été renforcée par d’autres conventions collectives, qui interdisent catégoriquement les questions relatives à la vie privée par exemple.

Selon l’Institut de l’Egalité entre hommes et femmes, il est essentiel de ne pas laisser passer ce type de discrimination, surtout lorsqu’il s’agit de grossesse. Une étude réalisée par l’Institut de l’égalité des chances entre hommes et femmes a prouvé qu’1 femme sur 4 déclare avoir été interrogée sur sa grossesse lors d’un entretien d’embauche. Chaque année, l’Institut obtient 1000 signalements par an de propos de certains employeurs   liés à la grossesse et la maternité. Les éventuelles victimes ont la possibilité de déposer de recours en justice et s’il est prouvé que l’employeur est sorti des questions d’usage, il pourrait être contraint de verser 6 mois de rémunération en brut. Près d’une dizaine de questions peuvent donner lieu à des recours en justice : Êtes-vous enceinte ou comptez-vous mariée ? Combien d’enfants avez-vous ? Quels sont les âges de vos enfants ? Avez-vous eu un cancer ? Avez-vous le sida ? Quelle est votre religion ? De quelle tendance politique êtes-vous ? Quel est votre poids ? Êtes-vous divorcée ?

Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article