Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Cela ne surprend guère personne, surtout ceux qui connaissent bien le Cameroun. Ce n’est donc plus pour la première fois que cela arriverait quand l’AFP eut annoncé depuis hier vendredi 05 octobre 2018 qu’une  « fraude massive » est en préparation avant la présidentielle de dimanche 07 septembre 2018 au Cameroun, a accusé vendredi le camp de Maurice Kamto, un des principaux candidats d'opposition.Une « fraude massive est en train d'être organisée avec la caution d'Elecam », l'organe chargé d'organiser le scrutin, a accusé Paul-Eric Kingue, directeur de campagne de Maurice Kamto, lors d'une conférence de presse à Yaoundé.« Nous n'accepterons aucun résultat si ce type de fraude continue », a-t-il ajouté, soulignant que le parti de M. Kamto, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), appellera à « résister de la manière la plus farouche » aux fraudes.

Selon le MRC, il y a des cas de falsifications de cartes d'électeurs et des enregistrements de votants toujours en cours, alors que le processus officiel est terminé.« Dans 62% des localités, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), au pouvoir) est en train d'ajouter des inscrits sur les listes », a accusé monsieur Kingue.Mais « cette année 2018 ne sera pas comme 2011 », selon lui. A l'époque l'opposition avait déjà dénoncé des fraudes lors du scrutin presidentiel qui avait été gagné par Paul Biya avec près de 78% des voix.« Nous ne préparons pas la guerre, mais partout où il y aura de la fraude », il y aura des « réactions fermes », selon monsieur Kingue.Des rumeurs circulent depuis plusieurs jours sur une possible coalition entre différents candidats de l'opposition.Le directeur de campagne de monsieur Kamto a confirmé que des « discussions sont en cours » avec le candidat Akere Muna notamment, sans pouvoir dire si elles aboutiront avant dimanche.Le président sortant Paul Biya, 85 ans dont près de 36 au pouvoir, se présente pour 7e mandat consécutif. Il aura face à lui huit candidats, dont trois se détachent: Joshua Osih, Maurice Kamto et Akere Muna.

Eric Mocnga Topona,correspondant spécial à Bonn en Allemagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article